Archives de catégorie : Textes & Réflexions

State of the Machin : doutes sur le travail

Ce n’est jamais totalement évident de faire un point sur sa propre situation. J’ai tendance à osciller entre des états plus ou moins satisfaits de ma situation, en raison de cause physiques (faim ou non, fatigue ou repos…) et psychiques. Dans ce cas, comment dresser un portrait objectif de la situation ? Comment savoir ce qui relève de la tendance de fond et des oscillations locales ? Idéalement, il faudrait garder une trace des différentes opinions, de leur récurrence, des facteurs corrélés, pour tenter d’atteindre une forme de vérité. Mais c’est beaucoup de boulot, pour arriver à une information qui est de toute façon subjective.

Tentons de dégager de façon plus empirique les tendances.
J’ai déménagé à Pau depuis un an. J’aime bien la région. J’ai fait un certain nombre de randonnées et je compte en faire d’autres. La qualité de vie est meilleure qu’à Paris, j’ai un rapport différent à la nature. J’aimerais bien rester plus longtemps dans le coin et continuer à profiter des Pyrénées. Je me dis qu’un jour j’aimerai bien faire le GR 10 en entier (visiblement c’est ~55 jours de marche).

Côté relations humaines, bilan mitigé. Ça se passe très bien avec mes colocataires, j’ai des collègues de mon âge avec lesquels je m’entends bien, et j’ai quelques amis/relations sur place en dehors d’elleux. Néanmoins, je fréquente quand même largement moins de gens qu’à Paris. Il y a une question de moyens de communications aussi, je pense que ne pas être sur des réseaux sociaux limite la facilité avec laquelle je peux proposer et être invité à des événements. J’ai récupéré un ordiphone avec Whatsapp et Telegram pour pallier partiellement à cette situation, mais ce n’est pas encore parfait. Je me rends aussi compte que la non-possession d’un véhicule motorisé est plus handicapant ici : il y a un cœur de ville bien fourni en magasin, mais typiquement pour aller à Décathlon acheter du matériel de randonnée ou des boules de pétanque, c’est compliqué à faire en vélo (je l’ai déjà fait pour du matériel léger, mais les boules de pétanque typiquement je suis un peu refroidi). Il faut peut-être que je me force plus à demander des services aux gens, mais c’est compliqué d’être toujours en position de demander.
En ce qui concerne la relation avec OC ça va bien, il nous a fallu un peu de temps pour nous adapter à la relation plus à distance qu’avant, j’ai l’impression qu’on a trouvé notre rythme de croisière en ce moment, à voir comment ça évolue sur le plus long terme selon nos potentiels déménagements respectifs.

Enfin côté travail. C’est surtout là que j’ai de grandes oscillations sur ce que je pense de ma situation. Je ne suis pas satisfait du travail que j’effectue au quotidien en ce moment. C’est beaucoup de tâches administratives reloues, et pas/peu de fond technique. J’ai déjà râlé sur la situation auprès de mes deux hiérarchies, tout le monde me dit que c’est normal, que c’est un passage temporaire le temps de lancer le programme (en gros je suis en charge d’un portefeuille de projets. Le début du poste, choisir les thématiques que l’on devait mettre dans le portefeuille, était intéressant. Maintenant il faut lancer les actions sur les différentes thématiques, et ça veut dire faire les procédures internes pour lancer des contrats, relancer des gens pour avoir les informations à mettre dedans, communiquer sur les actions choisies dans le portefeuille… Toutes choses que je trouve fort peu intéressantes), que le technique va revenir quand je ferai les réunions de suivi des différents projets, et que de toute façon cette partie administrative, c’est inévitable jusqu’à un certain point dans tous les postes. Alors je veux bien mais perso je trouve quand même ça démesuré, et si ce niveau correspond à un niveau basal, je ne veux pas continuer dans ce genre de carrière. Si ça redescend ensuite, il faut voir…
Autre point, l’isolement. Je travaille dans deux structures, dans lesquelles je suis la seule personne à travailler dans mon domaine. Les deux structures veulent lancer un département de ce domaine, dont je serai la première pierre. C’est valorisant, mais du coup au quotidien pour le moment je n’ai personne de calé sur mon sujet avec qui discuter. Ça devrait changer à la rentrée avec un recrutement, et c’est quelque chose que j’attends avec impatience pour voir comment ça change ma dynamique de travail. Rétrospectivement, je pense que lancer ce domaine dans les deux structures à la fois était une erreur, ça aurait été beaucoup plus confortable d’avoir du backup d’un des deux côtés pour plus facilement développer l’autre.
Enfin, l’indépendance. J’ai eu pas mal de choix pour décider des sujets dans mon portefeuille. Certains m’ont été imposés mais assez peu. Au quotidien je m’organise comme je veux pour choisir sur quoi travailler, quelles actions lancer, quoi suivre aujourd’hui. D’un côté c’est très confortable et satisfaisant, je suis un adulte autonome. Mais d’un autre côté parfois c’est décourageant. J’ai l’impression que je brasse du vent et que mon utilité est très limitée : les objectifs sont lointains et je me les suis fixés moi-même pour une bonne part, les structures de décision, de validation et de transfert des résultats de ce que je fais sont floues, les limites de mon domaine sont peu claires. C’est en bonne partie dû au fait de travailler pour une entreprise gigantesque qui est fortement bureaucratisée, mais je n’interroge souvent sur ce qui est structurel à cette entreprise, au salariat, et ce qui relève de ma responsabilité personnelle : vu que je suis si libre, est-ce que ce n’est pas moi qui m’organise mal, qui ne va pas parler aux bonnes personnes, qui ne relance pas assez les couches du mille-feuille administratif ? D’ailleurs, un effet pervers de cette liberté, c’est que j’ai tendance à me raccrocher aux aspects administratifs relous : contrairement à lire des documents de fond et à réfléchir sur la structure du programme ou sur un sujet technique, quand je relance d’un courriel, d’une part c’est une action unitaire courte donc plus facile à réaliser, et je vois un résultat concret à court terme, c’est plus satisfaisant. Du coup je me retrouve à faire beaucoup de la partie que je trouve la moins intéressante sur le long terme parce qu’elle est rassurante sur le court terme.
Bref, ça fait un certain nombres de points non-satisfaisants, mais qui sont potentiellement amenés à évoluer dans les 3 à 6 prochains mois. Je pense que si rien n’a évolué à Noël par contre il faut sérieusement que j’envisage un changement de métier. J’y songe déjà actuellement, mais les points négatifs sont contrebalancés par des conditions de travail confortables : salaire décent, journées pas trop longues, collègues et supérieur hiérarchique direct sympa… Je me demande parfois si ce cadre confortable ne permet pas de masquer les problèmes structurels d’organisation du travail, mais comme je le disais c’est difficile d’arriver à regarder ça objectivement, et je me dis parfois que je risque de tomber sur les mêmes problèmes ailleurs moins les conditions confortables.

Aventures en fanfiction.

J’en ai pas spécialement parlé sur ce blog, mais j’écris des fanfics de temps à autre. Je les publie sur Archive of our Own, un des gros sites de fanfic. Ce qui m’a valu récemment un échange de courriel surréaliste avec une des instances du site. En gros, la question était de savoir si certains des textes que j’avais écrit relevaient de la fanfiction ou non.

Je vous reproduit l’échange de courriel-ci dessous :

From: AO3 Abuse
To: BlueFloyd
Subject: Re:[## REF ##]  Comité Modération d’AO3 : Suspension de votre compte

Hi BlueFloyd,

Thank you for your contact. We have reviewed your case and determined that your works are fanworks. We have lifted your suspension, effective immediately, and apologise for any distress you experienced as a result of this process.

You are welcome to host the work « Fifty Shades of Bat » elsewhere and link to it from your profile or from the author’s notes of another work. However, we require that there be some fanwork in your post, and therefore a link posted by itself would be considered a non-fanwork and not appropriate for the Archive.

For security reasons, the AO3 Policy and Abuse committee will only ever contact users through their emails. It is the responsibility of users to ensure that they have an up-to-date email address, but you are welcome to change your email here: [[lien pour changer l’email]]

We hope that this information is of help.

Yours,

AA
AO3 Policy & Abuse

>    —- On Sat, 12 May 2018 21:18:00 +0000 BlueFloyd  wrote —-

> Bonjour Comité de Modération, / Hello Abuse Comittee,

> Version fr / French version (english below)
> Je souhaiterais faire appel de la suppression des deux œuvres “La Théorie des Anciens Astronautes” et “La Malédiction des Pyramides”. Dans le courriel ci-dessous, vous justifiez la suppression de ces deux œuvres au motif qu’elle ne sont pas des œuvres de fans. De mon point de vue, l’écriture de ces œuvres était clairement faite dans une perspective fan. Ces deux œuvres s’inscrivent dans la même idée, à l’intersection de 2 fandoms : Historical RPF, un fandom clairement identifié sur AO3, et conspiracy theories, (le fandom ne me semble pas exister en tant que tel sur AO3 mais le « creepypasta fandom » existe, j’argumenterai que les théories du complot sont le même genre d’objet que les creepypasta, et sont des œuvres communes à partir desquelles on peut produire des fanfictions). L’idée était de traiter deux événements historiques contemporains (la conquête spatiale dans un cas, la création du centre d’entreposage des déchets radioactifs de Bure dans l’autre) comme s’il s’agissait de théories du complot réfutées par des experts, en dressant des parallèles avec d’autres événements (la construction des pyramides, ou la théorie du complot postulant qu’il y a eu des contacts dans l’Antiquité entre l’Humanité et des extraterrestres). Il s’agit donc de la transposition d’un récit (historique) dans un autre contexte (complotiste), suivant un mécanisme similaire à celui que l’on peut trouver dans des fanfictions des plus classiques du type « coffeeshop AU », ou dans une transposition d’un oeuvre d’un genre littéraire à un autre.
> En résumé, ces deux œuvres ont été écrites comme des historical RPF, et sur cette base, je souhaiterais leur restauration dans l’Archive.

> Deux points mineurs additionnels :
> 1/ Vous signalez aussi dans votre courriel que l’œuvre « 50 shades of Bat » ( https://archiveofourown.org/works/14040414 ) contient trop de copier-coller direct d’une œuvre sous copyright. C’est indéniable, je suis désolé et je vais la retirer. Est-il acceptable de l’héberger ailleurs et de remplacer l’œuvre par un lien et une explication de pourquoi elle a été supprimée de l’Archive, où est-ce que cela serait aussi une entorse aux règles ?
> 2/ Point technique : je n’ai vu votre courriel qu’après une semaine de délai et je n’ai jamais vu le courriel du 26/01 que vous référencez, n’utilisant quasiment pas l’adresse courriel liée à mon compte AO3. Je ne sais pas si c’est quelque chose de techniquement envisageable avec l’infrastructure d’AO3, mais serait-il possible d’avoir des copies de ces courriels dans l’inbox interne au site ?

> En vous remerciant par avance de vos réponses (et de votre travail en général pour le site),
> — 
> BlueFloyd.
>
> __________________________________
>
> English version / Version anglaise :
>
> I would like to appeal against the deletion of my two works “La Théorie des Anciens Astronautes” and “La Malédiction des Pyramides”. In the email below, you explained the works were deleted because they weren’t fanworks. But I did wrote them as fanworks. Both works share a same idea, intersecting two fandoms: Historical RPF, a fandom identified as such on AO3, and Conspiracy Theories fandom (which isn’t categorized as a fandom on AO3, but « creepypasta fandom » is. Conspiracy theories have a lot of similarities with creepypastas, and are common works from which fanfiction can be derived). The idea at the core of my two fanworks was to consider contemporary historical events (spatial conquest in one work, the building of an center for stocking raioactive waste in France in the other) as if they were conspiracy theories debunked by experts, with parallels to others events (the building of the pyramids, the conspiracy theory about aliens visiting Earth during the Antiquity). So both works are transpositions of narratives (historical ones) in another setting (conspiracies), following a similar mecanism as the classic « coffeeshop AU » or any rewriting of a story in another literary genre.
> In short, both works were meant to be historical RPFs, and I would like to ask for them to be restored into the Archive on this basis.
>
> Two more minor points:
> 1/ In your email you also mention the work « 50 shades of Bat » ( https://archiveofourown.org/works/14040414 ) as citing too much of a copyrighted work. That’s true, I’m sorry and I will delete it. Is it acceptable to self-host it and to replace the work on the Archive by a link and an explanation of why it was taken down, or would it count as a rule violation as well?
> 2/ Technical point: It took me a week to see your email and I’ve never seen the email you sent me on the 26/01, as I almost never check the email account linked to my AO3 account. I have no idea if it is technically feasible to do so, but would it be possible to get copies or notifications of these kind of emails (abuse and technical ones) in the internal inbox of AO3?
>
> Thanks in advance for your answers (and a general thanks for your work on the Archive),
> — 
> BlueFloyd.

>> On 12/05/2018 21:33, AO3 Abuse wrote:
>> Bonjour BlueFloyd,
>>
>> C’est avec regret que nous vous annonçons que vos œuvres “La Théorie des Anciens Astronautes”, se trouvant auparavant à l’adresse https://archiveofourown.org/works/12095088, et « La Malédiction des Pyramides”, se trouvant auparavant à l’adresse https://archiveofourown.org/works/13965126 ont été signalées au Comité Modération comme n’étant pas des œuvres de fan.
>>
>> Archive of Our Own – AO3 (Notre Propre Archive) est un endroit dédié aux œuvres de fan. D’après la Section IV de nos Conditions d’Utilisation,> que vous avez accepté de respecter lorsque vous avez créé votre compte, seules les œuvres de fan peuvent être publiées sur AO3. Voici quelques exemples de travaux n’étant pas considérées comme des œuvres de fan : demandes de prompts, listes de prompts, textes débordant d’enthousiasme et de sentiments, martelage de clavier, œuvres fictionnelles ou non-fictionnelles n’étant pas liées au fandom, recherches de fanfics ou de partenaires de jeux de rôle, listes de recommandations, messages adressés à d’autres utilisateur-trice-s, réactions à des épisodes de séries, billets Tumblr et les autres types de contenu éphémère (tout ce qui est temporaire). (Pour plus d’informations sur le contenu autorisé sur AO3, veuillez consulter notre FAQ “Conditions d’Utilisation” : http://archiveofourown.org/tos_faq#fanwork_kind).
>>
>> Par conséquent, vos œuvres ont été supprimées d’AO3.
>>
>> Le 26 Janvier 2017, nous vous avions envoyé un avertissement formel pour une violation similaire de nos Conditions d’Utilisation. Nous vous avions également indiqué que toute nouvelle violation des Conditions entraînerait une suspension temporaire ou permanente de votre compte. Comme ceci constitue votre seconde violation de la section IV, votre compte a été suspendu de manière temporaire jusqu’au 7 juin 2018. Dans le cas d’une troisième violation de nos Conditions, votre compte sera suspendu de manière permanente.
>>
>> Ces sanctions s’appliquent aux utilisateur-trice-s, et non à leurs pseudonymes ; les utilisateur-trice-s dont le compte a été suspendu n’ont pas le droit de créer un nouveau compte en utilisant une autre identité. Vous pouvez en lire plus sur les avertissements et les suspensions dans la FAQ de nos Conditions d’Utilisation : http://archiveofourown.org/tos_faq#content_faq.
>>
>> Au cours de notre enquête, nous nous sommes également rendu-e-s compte que dans votre œuvre « Fifty shades of Bat », se trouvant à l’adresse : https://archiveofourown.org/works/14040414, figure une quantité de contenu protégé par des droits d’auteur-e, qui dépasse celle préconisée par nos Conditions d’Utilisation.
>>
>> Selon la Section IV.D de nos Conditions d’Utilisation : “Les épigraphes et les citations courtes, y compris les citations des paroles d’une chanson et les vers d’un poème, sont autorisées. Une création qui se place dans le contexte d’une œuvre existante ou qui s’en inspire est autorisée. La reproduction intégrale d’œuvres sous droits d’auteur-e (chansons, poèmes, transcriptions, ou autres) n’est pas autorisée sans le consentement du/de la propriétaire des droits d’auteur-e.”
>>
>> Quand bien même vous n’avez pas reproduit le livre entier à l’identique, une très large portion de votre œuvre est du mot pour mot. Ceci excède de loin les « citations courtes » autorisées par les Conditions d’Utilisation.
>>
>> Par conséquent, cette œuvre a été cachée, et ne peut être vue que par vous-même et les administrateur-trice-s d’AO3, grâce au lien indiqué ci-dessus. Vous ne serez pas en mesure d’y accéder pendant votre suspension. Nous vous demandons de retirer les passages protégés par les droits d’auteur-e ou de supprimer l’œuvre entière d’AO3 dans les 7 jours suivant la fin de votre suspension (14 juin 2018). Si vous ne l’éditez pas, ou ne la supprimez pas avant cette échéance, un/une administrateur-trice AO3 s’en chargera. Si vous souhaitez faire appel de notre décision, ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à répondre à cet e-mail.
>>
>> — 
>> AA
>> Comité Modération
>>
>> — 
>> Comité Traduction

State of the Machin

Une année de plus, un bilan annuel de plus.

J’ai déménagé il y a une semaine et quelque à Pau, après avoir signé un CDI dans un cabinet de conseil qui y est situé. J’ai pris une chambre dans une colocation en centre-ville, c’est plutôt sympa pour le moment. Quand il ne pleut pas c’est très joli (cf photos infra), mais il pleut beaucoup. À voir si je supporte sur le long terme. A priori je suis là pour minimum un an, très probablement 2, ayant une mission dans la Grosse Entreprise dans laquelle je travaillais déjà l’année précédente, mais côté R&D cette fois. L’ambiance de travail est plus détendue qu’au siège à Paris (on peut venir en T-shirt ! La folie !). Le lieu de travail est organisé en format campus, avec des vélo en libre service pour se déplacer dessus, et un vestiaire et un atelier pour réparer son vélo sur place. Ça c’est plutôt cool. J’attends encore de voir l’ambiance au quotidien mais ça se présente bien.
J’ai descendu mon vélo ici, j’ai pris le temps de le réparer un peu (resserrage de freins, nouvelle roue arrière avec un axe pas tordu, cf infra pour la photo du matériel que je me suis créé à la volée pour réussir à desserrer la roue).
Côté habitation, j’ai une grande chambre dans une colocation avec 4 autres personnes. Iels sont sympa (même s’iels regardent un peu trop la télé et chantent trop peu l’Internationale, mais j’entends bien faire changer ça). Iels vont probablement tous partir au cours de l’année cependant, faut voir comment seront les colocs suivants. Je suis sorti un peu avec elleux, histoire de voir des gens et de découvrir un peu la partie sociale de la ville. J’ai aussi quelques membres de la famille côté paternelle en ville, il faut que je les fréquente aussi. Globalement je voudrais trouver des gens avec qui faire des randos ou des explorations des environs de Pau. Ça a l’air d’être pas mal dans l’esprit des gens ici (le Décathlon où je suis allé acheter ma roue de vélo était abondamment fourni en matériel pour les sports de montagne), mais il faut réussir à déjà les connaître un peu. Et que la pluie se calme un peu parce que ça démotive quelque peu. Encore que si je trouve des gens avec qui faire de la spéléologie… (je crois que y’a des clubs sportifs tournés vers tout ça dans le CE de Grosse Entreprise, à voir si c’est une bonne porte d’entrée quand je pourrais y accéder).

J’ai géré le déménagement sans trop de problème comme un vrai adulte™. Je me suis totalement fait arnaquer par Pôle Emploi par contre : « hey, vous avez eu un paiement de vos jours de congés pas pris à la fin de votre emploi précédent ? Eh bah c’est tout ça qu’on retire de vos indemnités ! » (enfin pas retire, je crois que ça décale juste la date de, mais dans mon cas où je savais à quelle date je prenais le travail suivant, ça m’a juste bouffé le mois d’indemnités que j’aurais voulu avoir en inter-contrat). Je trouve toujours que le système de chômage en France est un pur scandale qui considère par défaut les chômeurs comme des parasites, il y a urgence à changer ça, et pas dans le sens préconisé par la clique au pouvoir.

Globalement, j’attends de me faire des amis/relations dans cette ville pour commencer à en profiter (pour le moment je profite surtout d’un setup correct pour gavisionner des séries dans ma chambre). Je pense que la région a du potentiel pour y être posé un petit temps, mais il faut voir ce que ça donnera côté travail et côté relation avec OC : Grenoble-Pau c’est pas le trajet le plus pratique du monde, y’a probablement un moment où l’on va vouloir se rapprocher, et faut voir comment se feront les arbitrages (Cabinet de Conseil a des bureaux à Grenoble, donc le mouvement pourrait se faire dans ce sens comme dans l’autre, indépendamment de la poursuite ou non des relations professionnelles avec eux).

Église Saint-Martin au couchant

Coucher de soleil sur la ville (et au loin les collines contrefort des Pyrénées)

Un bras de levier pour soulever le monde (ou décoincer un shimano)

State of the Machin

It’s that time of the year again. Je suis même un peu en retard par rapport à mon post habituel de juin, but who cares? Et maintenant j’arrête les bouts de phrase en anglais.

Une année riche en événements. J’ai perdu mon père, un événement qui fait un peu relativiser tout le reste, forcément. C’est toujours douloureux 7 mois après, il ne se passe pas un jour sans que je pense à lui.

J’ai été au chômage 6 mois, c’était pas très enthousiasmant. Personnellement le chômage tel que conçu dans le système français, c’est pas le truc qui me donne envie de prendre mon café sur mon balcon le matin avant d’aller fonder une startup. Même si les indemnités  et les perspectives sont confortables (dans ma situation personnelle de mec blanc issu de la bourgeoisie et diplômé ayant travaillé avant), le flicage de Pôle Emploi et le regard de la société me donnent davantage envie de me rouler en boule que d’aller chercher la croissance avec les dents. Vivement le revenu universel.

J’ai retrouvé un boulot. Un contrat d’un an dans une grosse entreprise. C’est confortable matériellement, mais je ne me vois pas faire ça sur le long terme. Les gens avec qui je bosse sont globalement passionnés, informés et attentionnés, mais néanmoins, l’environnement plus large n’est pas fou. Je voudrais à terme retourner dans le domaine dans lequel j’avais fait mon année supplémentaire d’études l’année dernière. J’ai donné une communication lors d’un colloque sur ce sujet, c’était stressant parce que le colloque était plein d’expert-e-s du domaine, mais ça c’est bien passé et les gens étaient intéressés par ce que j’ai raconté. Un point positif donc, faut que je réussisse à capitaliser dessus pour me faire plus de contacts dans le domaine et être au courant des opportunités d’emploi.

Suite au décès de mon père, ma mère a déménagé et moi avec. J’ai vécu deux mois d’abord à droite à gauche puis chez des oncles et tantes qui m’ont accueilli dans leur chambre d’amis. C’était très sympa de leur part (ainsi que de celle de tous les autres gens qui m’ont accueilli), néanmoins c’est rapidement usant de vivre dans ce genre de conditions plutôt que dans un espace vraiment à soi. J’ai trouvé un appartement dans lequel je suis depuis le 01/07, en colocation avec mon compère de longue date, T. L’appart est pas immense et pas en super état, mais avec un aménagement correct (et la proprio avait l’air assez OK sur le fait que l’on fasse des petits travaux et même qu’elle paie le matos pour), ça devrait être une garçonnière cozy (on va néanmoins tenter de ne pas tomber dans le cliché de la coloc à deux garçons, pleine de bières, de canapés défoncés et de part de pizza froides abandonnées sur la cage du hamster). C’est dans l’Ouest parisien, ce qui est pratique pour avoir peu de temps de transport vers le boulot, mais entre le travail en grande entreprise à La Défense et l’appartement dans les banlieues BCBG, je me pose quand même des questions sur l’abandon de mes valeurs de gauche (et même si je me dis que ça me permet de mettre de l’argent de côté pour investir dans des locaux pour une communauté auto-gérée après, mettre de l’argent de côté pour investir dans l’immobilier ça reste très bourgeois comme comportement…). Le fait de récupérer l’ensemble de mes affaires (enfin presque, ça devrait être bon d’ici la fin de la semaine) dans cet appart m’a fait réaliser que j’avais trop d’objets, aussi. J’aime bien avoir des trucs et me les procurer en les récupérant et en les retapant notamment, mais quand vous vous installez dans 45m² et que vous déballez votre troisième théière, vous réalisez qu’il est temps de se détacher un peu du matérialisme qui vous habite. J’ai donné/jeté quelques objets pour le moment, faudrait que j’amplifie un peu le mouvement une fois mieux installé et avec une vue d’ensemble de ce dont j’ai besoin et de ce à quoi je ne touche jamais.

J’ai écrit quelques fanfictions pendant cette année, ce qui était assez rigolo à faire. J’ai parlé de cette activité à une journaliste, et j’ai évalué l’intérêt de deux livres de SF pour le compte d’une éditrice. J’ai un projet de nouvelle fantastique que je voudrais écrire, mais faut que je me motive pour (et y’a un auteur de SF que j’aime pas qui a écrit qq chose de relativement similaire récemment visiblement, j’ai pas lu son bouquin pour pas me laisser influencer, mais c’est frustrant). Devenir un écrivain riche et célèbre ça pourrait être un bon plan pour sortir du salariat d’ailleurs. C’est toujours une idée qui trotte dans un coin de ma tête, mais j’ai assez peu la motivation pour écrire, ce qui complique la tâche.

Enfin, je suis toujours avec OC, 1,75 années maintenant. On est en relation à distance puisqu’elle est installée dans une autre ville française. We manage. Nous sommes partis en vacances en Italie ensemble, on va aller dans la maison de ma famille puis chez des amis à elle en Corse cet été. Elle vient relativement régulièrement à Paris, faudrait que je prenne un peu plus l’initiative d’aller la voir « en région » (ie faut que je prenne dès bientôt des billets de train pour passer le weekend là-bas, allez chop chop moi-même).
On est bien ensemble, on se soutient et on s’encourage mutuellement, c’est plutôt cool (litote de l’année).

Double ration de merde. C’est ça la République.

On vit vraiment une période merveilleuse, non ?

En plus de voir un parti fasciste, raciste, sexiste, homophobe et qui n’est pas Les Républicains au second tour de la présidentielle, il faut en plus se taper Manuel Valls se permettant de donner des leçons d’antifascisme dans les médias, lui qui a tout fait pour imposer ces thématiques dans le débat public (« Les Rroms n’ont pas vocation à rester en France », vous vous rappelez ?) et permettre le plus de dérives sécuritaires à l’État (eh oui, on est toujours en État d’urgence, 535 jours and counting). Je passerais bien 5 copies doubles à vous expliquer pourquoi Manuel Valls devrait être exilé à Clipperton (et encore, ça précipiterait probablement la constitution d’un black block de fous masqués), mais ce serait encore lui faire trop d’honneurs.

On a donc la possibilité au second tour de voter pour un pur produit du système (oui Manu, quand on a fait Science-Po, l’ENA, une banque d’affaires et qu’on a eu un portefeuille ministériel, on est l’incarnation même du système élitiste français, n’en déplaise à tes conseiller⋅e⋅s en communication) ou de choisir une des nuances de l’abstention (blanc, nul, néant, je vous laisse choisir, le résultat est le même). Je précise au cas où : voter Le Pen ce n’est pas un choix, c’est une erreur magistrale (si vous êtes pauvre, parce que ça va durement vous retomber dessus, vous avez tout à y perdre) ou l’expression de votre dégueulasserie profonde si vous savez ce que vous faites.

Bref, on a donc un repoussoir moral bien pratique pour balayer sous le tapis tous les défauts de l’autre option de la pseudo-alternative, tellement sûr de gagner qu’il a visiblement décidé de lâcher un peu trop tôt le masque de gendre idéal cachant son vide sidéral, et qu’il fait visiblement campagne pour perdre. C’est un sale type imbu de lui-même, pas capable pour un sou de comprendre que la question dépasse un peu sa petite personne et ses calculs politiciens à deux balles et d’appeler sérieusement à une union contre le fascisme (non je ne vais pas utiliser le terme de Front Républicain parce que justement le Front Républicain c’est utilisé pour aligner tout le monde derrière le sale type en pole position, aussi dégueulasses que soient ses idées tant que c’est pas nominalement le FN, et chacun⋅e est prié⋅e de fermer sa gueule et de remercier. C’est ce que veut Macron, et très peu pour moi).
Les gouvernements PS et LR (ou autres acronymes) qui se sont succédé ces dernières décennies ont tout fait pour reprendre les thèmes du FN, sa rhétorique, casser les forces d’opposition de gauche, détruire les logiques de solidarité (le délit de solidarité avec les migrants, par exemple), faire rentrer toujours plus de domaines dans la logique de marché et renforcer l’appareil sécuritaire. Ils ont œuvré à l’acceptabilité du FN dès que possible, pour y récolter des profits électoraux à court terme (ce qui d’ailleurs montre bien que le FN ne va pas améliorer la situation des classes populaires : si c’est l’imitation low-key du FN qui fait qu’on en est là en terme de situation sociale pourrie, ce n’est pas l’application plus intense du même programme qui va améliorer quoi que ce soit).

Néanmoins, aussi détestable que soit l’arrogance d’Emmanuel Macron, et aussi jouissive que soit l’idée de le voir perdre, il ne faut pas perdre de vue le fait que le voir perdre c’est voir gagner le FN (à moins bien sûr de prendre au sérieux l’injonction « La présidentielle n’aura pas lieu » et de lancer l’insurrection le 7 mai vers 19h45, mais je n’ai tristement pas l’impression que ce soit d’actualité. Si je me trompe, ajoutez moi sur la mailing-list [Grand Soir], merci d’avance). Et voir gagner le FN, c’est aller plus loin et plus vite encore qu’actuellement dans les politiques sécuritaires, la xénophobie, la légitimation des violences policières, la casse sociale. C’est se compliquer encore considérablement la lutte.

Si on n’a rien à gagner avec Macron, on a tout à perdre avec Le Pen.

Après, résumer la politique au cirque présidentiel et à sa mise en scène à grands flonflons médiatiques, c’est un peu court (même si hélas, ce cirque est suivi d’effets). Il y a des législatives derrière, et plus important que l’action le jour de l’élection il y a le militantisme, les actions et les discussions en amont pour rendre visible les idées et les forces de gauche dans le débat public. Il y a les manifestations, l’éducation populaire, les réseaux de solidarité, il y a plein de formes que votre action peut prendre en dehors du vote. Faut pas perdre de vue que même si c’est pas trop la tendance actuellement, un⋅e président⋅e ça se destitue, et un régime oppressif ça se renverse (pour rappel, l’article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs », même si de nouveau, je suis bien conscient que ça ne semble pas trop être le mouvement actuel).

Et si vous considérez qu’il y a une différence de degré seulement et non de nature entre les deux termes de l’alternative, il est compréhensible que valider d’un bulletin le fait d’aller dans la même direction, mais moins vite, ça ne semble pas une perspective joyeuse pour nombre de camarades. Celleux qui choisiront l’abstention ne seront pas responsables de la situation qui s’ensuivra, quelle qu’elle soit. Les responsables, ce sont les personnes politiques actuelles, ce sont les éditorialistes complaisant⋅e⋅s, ce sont tou⋅te⋅s celleux qui encouragent à la dépolitisation et à l’absence de réflexion, tou⋅te⋅s celleux pour qui « Il n’y a pas d’alternative » aux politiques actuelles, tous ceux qui encouragent le racisme, la haine en leur prêtant voix ou juste en leur laissant une tribune.

Bref, le 7 mai, pas une voix pour le FN, mais surtout dès le 8 mai, quel que soit le résultat, pas une voie pour le Système. On manifeste, on s’insurge, on résiste, on milite. On n’accepte pas la casse sociale, on rappelle à Macron que s’il est là c’est pas lui qui a été choisi, ou dans le pire des cas on montre au FN qu’il n’aura pas la possibilité d’imposer ses politiques fascistes.

Voilà, quelques liens en sus sur la tension abstention/vote Macron.
Bisous et luttes sociales.

Cesser de hurler que l’important est de faire barrage aujourd’hui et on verra demain, — Bondy Blog

Voter Macron ? Oui, hélas. — Les Mots Sont Importants

Pourquoi je ne peux pas voter Macron — Medium

Macron ou l’abstention, l’inutile querelle — blog de Léonard Bartier sur Médiapart

Guerre sociale ou guerre civile ? Macron et Le Pen vont au second tour — Contretemps

Ce n’est pas tant Le Pen qui s’est normalisée que le normal qui s’est lepénisé — Le Pire n’est Jamais Certain.


La peur viscérale et l’instinct de survie
— blog de Faïza Zerouala sur Médiapart

Plus le Front national est fort, plus certains d’entre nous sont en danger — Titiou Lecocq sur Slate. J’ai un bémol sur cet article cependant : pour moi la violence économique n’est pas indirecte et donc moins grave que la violence physique, les gens qui meurent de froid dans la rue ou se suicident au travail ils sont pas moins morts à la fin. Mais le FN ne remplacera pas cette violence économique par de la violence physique de toute façon, il ajoutera les deux, et il les exercera en priorité sur les minorités (les personnes précaires sont d’abord les femmes, les personnes de couleur, les LGBT…)

Deux fils twitter aux vues divergentes :

Face au Front National: réponse aux pompiers pyromanes qui ont voté Macron — blog d’Olivier Tonneau sur Médiapart
Arraisonner le vote — blog de Diane Scott sur Médiapart

De la prise d’otages — blog de Frédéric Lordon sur le Monde Diplo

Après l’élection :

Pour un nouveau Front antifasciste — Samuel Hayat sur Libération

La Veillée et la Vermine

La date de cette nouvelle est celle à laquelle j’avais commencé à l’écrire. Je revenais effectivement des US et j’étais seul dans l’appart parental avec le chat. Après ça diverge. Puis ça a traîné dans mes brouillons pendant pas mal de temps, et j’ai eu un sursaut absurde de motivation récemment, je l’ai finie et relue (et merci à MNL pour la seconde relecture). La voici donc.

Paris, le 20 août 2012.

Le bruit de mon clavier résonne contre les murs de la chambre, perturbant les accords lugubres qui sourdent des enceintes égrenant Dark Side of the Moon. Je laisse ce document comme un témoignage, espérant qu’un jour une autre âme lise ces mots et sache ce qu’il est advenu de moi, et comment a pris fin mon passage sur cette Terre. Je n’ai ni mangé ni bu ni dormi depuis deux jours, mais je sais que la fin est proche. Que la mort ou ma famille m’atteigne en premier, je l’accueillerai avec reconnaissance, une délivrance, la cessation de mes tourments.

Mon nom est Allan, Allan Edgar. Jeune homme de bonne famille, j’ai achevé en juillet des études en droit international. Mes parents, pour me récompenser, m’avaient offert un voyage aux Amériques, où j’avais pu revoir des amis rencontrés quelques années plus tôt. Une fois cette parenthèse outre-atlantique arrivée à sa fin, je suis revenu dans ma ville natale pour prendre quelques semaines de repos avant de commencer à travailler pour le cabinet d’avocats dans lequel ma mère avait su me trouver une place par ses relations professionnelles. Mes parents avaient depuis longtemps planifié un séjour dans le manoir familial et j’avais tout d’abord prévu de partir avec eux goûter au charme de la côte océanique – j’ai toujours apprécié le spectacle de l’océan se brisant sur les rochers. Las, ma complexion a toujours été fragile, et après l’harassant voyage en aéroplane, je me sentais en proie à l’une de ces crises d’épuisement qui me saisissent parfois. Je décidais donc de rester à Paris, où la solitude me ferait le plus grand bien. J’étais à peine rentré que déjà mes parents partaient, après quelques mots échangés. Je m’effondrai sur le lit et sombrai dans un sommeil agité qui ne dura qu’une heure à peine. Mon sommeil avait toujours été fragile et peu reposant, ce qui expliquait la faiblesse de ma santé.
Après ce bref repos, je décidai de prendre un encas avant que d’aller me promener sur les boulevards de la ville. Le réfrigérateur était plein, je n’eus que l’embarras du choix pour me sustenter. Je me dirigeai ensuite vers la porte de la demeure, mais celle-ci refusa de s’ouvrir. je la secouai dans tous les sens, rien à faire. Mes parents avaient dû la verrouiller avant de partir. Qu’à cela ne tienne. Je plongeai la main dans ma poche pour y saisir mes clefs. Qui ne s’y trouvait pas. Une sueur froide me saisit. Je me revis distinctement laisser mon trousseau de clefs à mes parents avant d’embarquer pour l’Amérique, ils pensaient en avoir le besoin pour laisser la voisine arroser les plantes qui ornaient l’appartement. Sûrement l’avaient-ils laissé dans leur chambre avant de partir.
Une demi-heure de recherches acharnées après, je devais me rendre à l’évidence : le trousseau de clef n’était pas ici. Ni sur les draps empesés du lit conjugal, ni dans le secrétaire à l’ornementation tourmentée qui servait de bureau à ma mère, ni nulle part ailleurs. J’appelai mes parents pour en avoir la confirmation, et c’est d’une voix navrée que mon père me dit qu’il avait effectivement gardé le trousseau. Mes parents revenaient dans dix jours, il me faudrait prendre mon mal en patience et attendre à l’intérieur de cet appartement. J’avais de l’eau et de la nourriture, la technologie me fournissait le téléphone et l’Internet pour communiquer avec le monde extérieur, j’aspirais déjà au repos et à l’isolement, dix jours passeraient rapidement.

« Meow. » Je me retournai vers l’origine du bruit, en reposant le téléphone. Le chat, dieu lare du foyer, me fixait depuis l’autre bout du couloir. Je m’approchait pour le caresser. Sans doute voulait-il sa pitance, son tribut quotidienne. Il me précéda jusqu’à la cuisine, et une fois que son offrande fût versée et son museau plongé dedans, il me laissa le caresser. Je sentis comme un mouvement sous ma main et la retirai lentement. Je tournai la paume vers moi. elle était moucheté de minuscules tâches de sang. Sur la fourrure du félin, un mouvement confirma ce que je craignais. L’animal avait été infecté par des puces, des parasites qui festoyaient de son sang. Depuis toujours, j’avais une sainte horreur des créatures qui prospéraient en se gorgeant du sang d’innocentes victimes. Les histoires de vampires avaient alimenté les terreurs nocturnes de mon enfance.
Je reculai lentement, envahi par la crainte que ces monstres puissent passer sur mon corps. Je lavais soigneusement ma main avec le pain de savon sur l’évier, en envisageant la conduite à tenir. Alors que j’étais plongé dans mes pensées, le chat se frotta contre ma jambe ; je m’éloignai d’un bond, avant de secouer ma jambe pour en déloger les éventuels envahisseurs. Je sortis de la cuisine en fermant la porte derrière moi . Saisissant une bombe anti-puces, je commençai à vaporiser le produit sur le tapis noir ornant le salon, les plinthes qui faisaient le tour de la pièce et les rideaux de velours cramoisi. Le reste de la journée s’écoula rapidement, et je ne me glissai dans la cuisine que brièvement pour prendre ma nourriture et servir la sienne au chat, en évitant ses horribles démonstrations d’affection.
La nuit venue, je cherchai en vain le sommeil. Je me tournai et retournai sans cesse entre les draps de ma couche, les pensées dansant en une sarabande folle sous mon crâne. À bout de patience, je finis par ouvrir mon ordinateur et me connecter à l’Internet, où d’autres âmes infortunées et comme moi tourmentées par l’insomnie n’attendaient qu’une discussion. C’est ainsi que l’aube me trouva, toujours en train d’échanger des propos sur l’Éther. Je me levai et effectuai quelques mouvements d’étirement pour faire circuler le sang dans mes membres engourdis. J’ouvrais en grand les rideaux et contemplait la rue, une vingtaine de mètres plus bas. Les premiers passants commençaient à circuler, engrenages qui permettaient la vie de la cité. Ils étaient proches mais me semblaient infiniment loin, séparé que j’étais d’eux par cette porte infranchissable.
Je sortis de ma chambre et parcourus le couloir jusqu’à atteindre la cuisine. Le chat était dedans, mais il me fallait bien manger. Je pris une inspiration avant de saisir la poignée et d’ouvrir le battant. Le chat était là et me regardait. J’entrai rapidement et me dirigeai vers le réfrigérateur imposant autour duquel s’organisait la pièce. Je pris quelques denrées dedans et m’apprêtais à faire demi-tour quand le chat commença à s’approcher de moi. Je l’écartai d’un coup avant de sortir de la pièce en trombe. Je posais le butin conquis de haute lutte sur la table du salon avant de m’y asseoir. J’avalai rapidement ma pitance en réfléchissant aux moyens que je pouvais utiliser pour tenir le félin à distance. J’allais ramener ma vaisselle à la cuisine quand j’aperçus quelque chose qui me fis frémir d’horreur. Sur la chaise, sur la chaise même sur laquelle je m’étais assis, se trouvait une puce. Était-elle là auparavant ? Venait-elle de moi ? Je me précipitai pour attraper la bombe de gaz anti-puces et vaporisai abondamment la chaise. Je sentis ma tête tourner sous les émanations du produit. Mais ce n’était pas assez, je pulvérisai méticuleusement le salon. Ou du moins le tentais-je. Alors qu’il me restait encore tout un mur à traiter, la bombe arriva à sa fin. Je cherchais furieusement la maison pour en trouver d’autres, mais il me fallut me rendre à l’évidence ; cette bombe était la seule et l’unique que nous possédions. J’étais désormais seul. Je retournai dans le salon quand un bruit m’arrêta net. Un grattement suivi d’un miaulement plaintif. Le chat grattait à la porte de la cuisine, tentant d’en sortir. Je laissai ma vaisselle là où elle était et reculai à pas lents vers le couloir, mettant une porte de plus entre le chat, la peste qu’il transportait et moi.
Mais le couloir, et les autres pièces de la maison n’avaient pas été traitées avec la bombe anti-puces. Comment savoir si elles n’étaient pas déjà porteuses de la peste que je cherchais à éviter ? Ne serais-je pas plus en sécurité dans le salon ? Mais j’avais la preuve que des puces s’y étaient trouvées, et je n’avais pas pu le désinfecter en entier. Je me dirigeai vers le fond de l’appartement. L’ennemi était invisible et m’entourait, me scrutait, n’attendant qu’une erreur de ma part, un dos contre un mur, une main sur un objet, pour m’assaillir et grouiller sur mon être. J’entrai dans ma chambre et fermai la porte derrière moi. La pièce était restée fermée durant mon absence, mes parents respectaient mon intimité. Il était moins probable que le chat y ait traîné sa lèpre. J’entrais dans mon sanctum sanctorum, fermai la porte et m’appuyai contre de tout mon poids. Il me fallait trouver de quoi la calfeutrer. Fiévreusement, je bourrai mes chemises et mes costumes dans l’interstice sous le lourd panneau de chêne. J’aurais voulu avoir des clous pour pouvoir isoler tout le contour du chambranle, mais les outils étaient de l’autre côté de la porte, à l’autre extrémité du couloir grouillant. J’empilai comme je pouvais des habits sur les côtés du chambranle, jusqu’à ce que ma penderie soit vide. Enfin je me reculai et m’affalai sur le lit. J’étais en sécurité pour le moment. Cherchant le repos, je sombrai dans un sommeil agité, une mauvaise sieste dont je sortis vingt minutes plus tard, trempé de sueurs. Des cauchemars s’étaient succédé dans mon sommeil, une sarabande folle qui tournait dans mon esprit. Il ne m’en restait aucune image nette, juste une sensation générale de malaise. Je titubai jusqu’à mon bureau et m’affalai sur ma chaise. Après quelques secondes l’ordinateur était allumé. Je rassemblai mes esprits et réfléchis à un plan d’action. Je ne pouvais pas rester confiné à cette chambre, mais il était hors de question que je risque le contact avec les puces ; j’allais contacter un serrurier, faire forcer la porte, commander à un droguiste une quantité conséquente de poudre anti-puces, en recouvrir le domicile familial, faire traiter le chat par un spécialiste et finir mes vacances ailleurs. Une fois que l’appartement serait immaculé, j’y pourrais revenir. Tout cela coûterait une somme conséquente, mais ma famille était loin d’être sans ressources et ma tranquillité d’esprit était à ce prix. Je démarrai le navigateur pour regarder quel serrurier je pouvais contacter. « Réseaux non disponibles ». Damnation. Je me revis en train de déplacer le boîtier fournissant l’accès aux Réseaux lors de ma recherche de produit anti-puces. J’avais dû le débrancher. Que faire ?
Je me ressaisis. Le salon avait été traité à l’anti-puces, il devait être relativement sûr. Si je courais jusque-là bas, rebranchais le boîtier, courais jusqu’à une salle d’eau et procédais à des ablutions méticuleuses, les chances étaient très largement de mon côté. Et de toute façon, je n’avais pas le choix. Il le fallait. Quelle que soit la répugnance que m’inspiraient les puces. Je cherchai des vêtements couvrants, mais hélas ma chambre ne contenait que des affaires d’été. Je dénichai un chapeau que j’enfonçai sur mon crâne, j’entortillai mes bras dans les deux seuls foulards que je trouvai. Je commençai à enlever les affaires entassées devant la porte de ma chambre. Alors que j’enlevais les derniers habits fourrés sous le chambranle, je vis un point noir sur le lin blanc de la chemise qui scellait ma chambre. Elles étaient juste de l’autre côté de la porte ! Je renfonçai la chemise sous la porte de toutes mes forces, m’ouvrant la main contre le panneau de bois. Je rempilai les habits du plus vite que je le pus ; elles me guettaient. J’adressai une prière aux dieux pour qu’elles n’aient pas eu le temps d’entrer pendant l’intervalle où j’avais si stupidement ôté la barrière de tissus qui me protégeait. Sortir était désormais hors de question. Il me faudrait attendre ici. Mais attendre avec quoi ? Ma chambre ne contenait pour toute nourriture que quelques tablettes de cacao sucré, et pour tout liquide une bouteille de vin acheté à l’occasion d’une fête à laquelle une migraine m’avait finalement empêché d’aller.

Les heures passèrent lentement. J’écoutai de la musique, je relus mes passages favoris de L’Invasion des Horlas, la saga magistrale de Maupassant, je jouai à New Hampshire Road Zero. Je fis durer la nourriture et la boisson le plus longtemps possible, mais du cacao et du vin ne durent jamais, et cela fait désormais plusieurs jours que mes maigres réserves sont épuisées. Il m’a été impossible de dormir, la chaleur et mon angoisse me tiennent éveillé, rendant mes pensées de plus en plus incohérentes. J’ai programmé la musique pour jouer en continu, et j’utilise mes dernières forces pour écrire ce récit. Bientôt je sauvegarderai le document, j’éteindrai l’ordinateur et j’irai m’allonger sur le lit. Je me tiendrai immobile et économiserai mes forces au maximum, et je prierai pour survivre jusqu’au retour de ma famille, qu’elle me délivre de cette prison forgée par la vermine et la veillée.

Le Sommeil de la Raison

J’interromps ma série d’articles avec de jolies photos du street-art parisien planifiés 15 jours à l’avance pour un nouvel article politique pour discuter de ce qui est en train de se jouer à l’Assemblée Nationale et (pas vraiment)dans les médias. Après la marche des endormis, le Sommeil de la Raison donc. Parce que ça part en roue libre au niveau des parlementaires.

J’ai l’impression que la conversation porte peu là dessus, de voir pas grand monde en parler par rapport à ce qu’il y avait eu en Novembre, ça peut être un biais de perception mais c’est quand même flippant. Certains parlementaires disent fuck au concept d’État de droit. C’est pas une formule, c’est littéralement ce que dit Eric Ciotti (« si vous aviez vu les cadavres, vous ne poseriez pas la question de l’État de droit » : cette mauvaise contrefaçon d’être humain n’hésite donc pas à instrumentaliser les morts et l’émotion à vif pour tenter de faire reculer les droits de ses concitoyens. S’il y a un prix de l’immondice, on a un gagnant tout trouvé, même si l’ordure n’en est clairement pas à son premier coup). Et le Parlement a donc prolongé l’État d’urgence pour six mois d’un coup. La fameuse urgence de six mois. On va donc se coltiner plus d’un an de ce régime d’exception. Et quand je dis un an, franchement, je ne suis pas sûr qu’on en sortira un jour. Pour rappel, Vigipirate aussi c’était censé être temporaire. Ce qui me fait peur (le mot est faible. Ce qui me terrifie) c’est l’absence de débat là dessus, et les propos pire les uns que les autres que sortent les « élites ». On dirait un concours de celui qui dira la pire saloperie. Et franchement entre la détention préventive et le « Guantanamo à la française » y’a du niveau. Mais on réagit pas, ou si peu. Parce qu’en six mois et quelques, l’État d’urgence est devenu notre nouveau normal. Voir l’État nasser préventivement les manifestations c’est normal. Voir l’État interdire à certain⋅e⋅s d’aller manifester c’est normal. Les perquisitions de nuit et sans accord judiciaire c’est normal (bon ça y’a pas tant de gens qui l’ont vécu mais on sait que c’est ok de nos jours). Surtout, les militaires dans les rues avec des armes de guerre c’est normal (on me fait remarquer que ça existait déjà dans le cadre de Vigipirate, mais ça a été largement amplifié en nombre de militaires déployés et en lieux concernés). Les bâtiments fermés, les vigiles à toutes les entrées, c’est normal. Vigipirate aussi ça devait faire drôle au début. Mais quand on a toujours vécu avec, qui s’en soucie ?
J’ai peur qu’on ne sorte pas de l’État d’urgence. Qu’on lui adjoigne un État d’urgence extrême, puis un État d’exception, puis qui sait quoi encore. Oh, pas d’inquiétude, on ne perdra pas les apparences de la démocratie, on aura toujours nos jolies élections tous les cinq ans, avec une saine alternance PS/LR, même éventuellement d’autres partis. Mais les élections tous les 5 ans, si la contestation sociale est défoncée, si le militantisme est réprimé, si l’utilisation de l’espace public est restreint, ça sert à quoi ? On va évoluer lentement mais tranquillement vers des situations comme ce que l’on trouve dans d’autres pays : un pouvoir totalement isolé de la population qu’il gère, avec aucune influence des citoyens sur les décisions prises. Un espace public dangereux et totalement délaissé par les plus riches. Des centres commerciaux et des ghettos pour riches cloisonnés, entre lesquels on circulera en voiture. Et dans lesquels on rentrera pas sans voiture ou laisser-passer, parce que les pauvres c’est suspect. Bref, une ségrégation toujours plus importante selon les classes sociales, et un statu quo de plus en plus écrasant.
On est déjà bien avancé sur cette voie, hein. La classe politique est déconnectée des gens (et consanguine avec les dirigeant⋅e⋅s d’entreprises), les pauvres sont suspect⋅e⋅s et fliqué⋅e⋅s, les richesses sont accaparées, la police tue (comme à Beaumont-sur-Oise) et mutile (comme en manif) avec l’approbation des dirigeants qui l’assurent de tout son soutien. Mais ça peut être largement pire (enfin, j’écris ça depuis un point de vue de classe moyenne supérieure qui avait jusqu’à peu, l’impression d’avoir une influence sur la politique du pays, quelqu’un de moins favorisé dirait probablement que c’est foutu depuis longtemps). Et j’ai pas envie dans 10 ou 15 ans de me dire « C’était pas mal quand même quand on vivait en démocratie, et qu’on avait pas trois attentats par an. »

Et tout ça pour quoi ? Parce que désolé mais « lutter contre le terrorisme » c’est bien gentil, mais on lutte *pour* quoi exactement ? C’est une question importante parce que si on a rien a défendre, autant pas se battre, ça évitera les morts. Donc on lutte pour quoi ? Pour défendre notre modèle de société, me dit-on. Ah, fort bien. Mais quelles parties ? Ce qui a vaguement l’air de devoir être défendu contre les dictatures (parce que ce qui me pose problème chez l’EI c’est le coté dictature. Le côté islamique, bah figurez-vous que je défend le droit pour chacun⋅e d’exercer sa religion), ce qui a l’air de valoir le coup de défendre donc, ce sont les libertés individuelles : liberté de religion, liberté de rassemblement, liberté de pensée, liberté d’expression, droit à un procès équitable… Sauf que c’est précisément ce que les connards partisans d’un « Guantanamo à la française » veulent nous retirer. Tou⋅te⋅s suspect⋅e⋅s et pas de procès à partir du moment où on a un vague soupçon.
Soyons clair : si vous avez pour but de retirer autant de libertés individuelles aux citoyen⋅ne⋅s français⋅e⋅s que l’État Islamique voudrait le faire, alors vous êtes dans leur camp. Le camp adverse c’est celui qui veut préserver les libertés, pas celui qui envoie des bombes qui font plus de mort chez les civils là-bas que ce que les dirigeants de là-bas en font ici. Bombarder des civils, soupçonner des gens sur la base de leur religion, enfermer des gens sans procès, torturer, ce n’est pas lutter contre le terrorisme, c’est l’alimenter.
Et c’est pas des trucs neufs que je raconte, c’est pas une idée un peu folle dans mon coin. C’est des fucking concepts prouvés et reconnus (au parlementaire surdébile qui veut un Guantanamo à la française : y’a des études menées par la CIA – pas les plus gros gauchistes du monde – qui montrent que la torture est inefficace. C’est prouvé, et c’est ton boulot, littéralement, de te renseigner sur ce genre de choses avant de proposer des trucs à tort et à travers. Tu veux torturer des gens pour rien. Comme ? Comme l’État Islamique. On a aussi l’autre génie qui propose de légaliser le port d’arme pour empêcher les attentats. Mais bon sang, il suffit de regarder 5 secondes la situation aux USA pour voir que ça fonctionne pas et que ça fait des morts. C’est prouvé. Pourquoi proposer ça ? C’est quoi le but ? Ajouter à l’insécurité ambiante pour gagner plus facilement les élections avec un discours de connards sécuritaire derrière ? Favoriser l’industrie de l’armement ?) Avoir le droit à un procès équitable avec une défense et la présomption d’innocence, avoir le droit de vivre sans être fiché⋅e⋅s, scruté⋅e⋅s, contrôlé⋅e⋅s, pouvoir aller là où l’on veut, pouvoir contester le gouvernement, avoir la possibilité matérielle de renverser le gouvernement s’il ne respecte pas la loi ou son mandat, avoir un équilibre des pouvoirs et des contrôles, c’est ce qui nous différencie (différenciait ?) d’une dictature. Pas « les élections ». Pas le fait que notre chef à nous il a un costard cravate et non pas un uniforme militaire ou une tenue traditionnelle pas de chez nous.
Une fois de plus, je ne suis pas le premier à le dire, très loin de là, on lutte contre le terrorisme en intégrant les gens dans la société. Les gens qui passent à l’acte ce sont des gens qui se trouvent une cause dans le djihadisme parce que la société française les a tellement stigmatisés et isolés qu’une idéologie de mort leur a paru préférable. Je ne dis pas qu’il faut plaindre les connards qui sont passés à l’acte, mais je dis que l’on peut prévenir les redites en arrêtant de stigmatiser les immigré⋅e⋅s et les musulman⋅e⋅s, en mettant du fric dans le développement des banlieues, en arrêtant de taper sur les pauvres et les chômeurs/chômeuses pour vivre des conditions qu’els n’ont pas choisi. Et aussi, peut-être, en demandant des comptes à Lafarge, société française pour laquelle visiblement c’était plus important de continuer à faire des profits en Irak que d’avoir des valeurs et qui a financé l’État Islamique.

Y’a aussi celleux qui veulent qu’on se batte pour des valeurs qui sont pas celles de la démocratie mais celles de « la France » : visiblement ça veut dire être une nation blanche et chrétienne, qui mange du fromage et harcèle les femmes dans l’espace public. Désolé mais les musulmans qui vivent ici sont français, les femmes qui vivent ici sont françaises, les personnes racisées qui vivent ici sont françaises, et même les personnes qui ne mangent pas de fromage sont françaises. La France n’a pas toujours été chrétienne, l’immigration est ce qui a maintenu la France comme un pays important durant les 30 Glorieuses, se comporter comme un connard envers les femmes ne fait pas de vous un homme mais juste un connard. Si vous défendez vraiment la laïcité, vous vous en fichez que de plus en plus de gens soient musulman.e.s (ou chrétien.ne.s, ou juif/ves, ou bouddhistes ou whatever), vous vous en fichez qu’els l’affichent dans l’espace public, du moment qu’els ne tentent pas de vous convertir ou de faire passer des lois pour forcer votre conversion. La laïcité c’est la liberté de conviction, pas l’interdiction d’afficher des convictions. Interdire d’afficher des convictions c’est renforcer le statu quo, les pouvoirs déjà en place et les dominations installées.
Donc bon. Vous avez le droit d’être attaché⋅e⋅s à ces valeurs (sauf le harcèlement des femmes, évidemment), mais de la même façon que vous ne voulez pas qu’un hypothétique califat français (sérieusement, quoi…) vous les interdise, vous n’avez pas le droit de les imposer aux autres. Les autres cultures, les autres religions, les autres modes de vie que le votre représentent tout autant la France, et ce pour quoi il faut se battre c’est pour la liberté pour chacun⋅e d’avoir celui qu’el veut.

Si vraiment la France était « le pays des Lumières », au lieu de se prétendre comme tel, si on défendait vraiment des valeurs humanistes (plutôt que de faire des courbettes devant des dictateurs pour leur vendre des armes), si on affirmait haut et fort nos valeurs (et qu’on alignait l’argent pour défendre des mesures allant dans le sens de la justice sociale, de la redistribution des richesses, de l’intégration des populations immigrées…), mécaniquement le terrorisme chuterait.

Fallait que ça sorte.

EDIT 22/07 : un truc qui m’étonne aussi avec les gens qui veulent se débarrasser du contrôle judiciaire ou de la Constitution, c’est qu’ils ont l’air de faire comme si la justice ne condamne pas, comme si la Constitution ne permet pas de poursuivre, juger et emprisonner les gens. Mais c’est le cas. Demander un contrôle judiciaire c’est pas avoir des mecs tatillons qui vont dire « ah bah non c’est mort la pièce B23 est pas bonne, du coup même si vous avez totalement prouvé que c’est un terroriste tueur d’enfants, on fait que dalle ». Des gens arrêtés avant de lancer des attentats, une fois qu’on a des preuves qu’ils vont le faire, il y en a, dans le cadre de l’État de droit. Ce que le contrôle judiciaire fait, c’est que y’a pas un policier random qui dit « Ok je suis sûr de moi, je vais défoncer ce mec que je pense être un terroriste » sans qu’il y ait une vérification par une seconde personne. Ça évite les erreurs grossières du type défoncer la porte du mauvais appartement et menacer des gamines de 6 ans avec une arme à feu. Ça évite que les procédures anti-terroristes soient détournées vers des maraîchèr⋅e⋅s bio qui ont l’air de pas trop aimer la COP21, ou vers des musulman⋅e⋅s qui auraient le tort de ne pas avoir la bonne religion.

Je vais probablement sourcer un peu tout ça dans les jours qui viennent (et corriger l’orthographe), éventuellement faire une petite recension de liens comme la dernière fois.
Vers un État « d’exception » permanent ? ­— Politis.fr
Manifestations interdites, manifestations réprimées, comment détruire l’État de droit — Analyse – Synthèse

State of the Machin

[Bon, à la base cet article avait un long préambule auto-référentiel qui devenait de plus convolu au fur et à mesure que je revenais dessus et que je changeais la date de publication dans ma tête ; essentiellement ça se résume à : j’ai commencé à faire un petit bilan avant de me rendre compte que c’est la période de l’année où je le fais habituellement. Je suis pas au jour près mais qu’est-ce qu’on s’en fout.]

Or donc : ça va mieux. J’ai eu une année de formation et de stage, j’ai rencontré des nouvelles personnes intéressantes, je me suis davantage engagé politiquement, je continue à photographier du street-art, je suis dans une relation avec OC depuis bientôt 7 mois, relation qu’on arrive (je trouve) plutôt bien à faire fonctionner.
Je suis content de ma formation, plus appliquée et concrète que mes études précédentes, ce qui me convient mieux. Après tout n’est pas encore parfait : je suis toujours angoissé par rapport à mon avenir (y’a des moments où je me dis que je me vois pas du tout être adulte, que toutes ces décisions et cette gestion au quotidien c’est épuisant), je dois trouver un emploi mais faire de la recherche d’emploi me déprime en cinq minutes. C’est jamais les bonnes compétences, le bon profil. Mais déjà je suis davantage motivé par le boulot décrochable derrière :)

Je pourrais être plus efficace dans mon stage, y’a des moments où je ne suis vraiment pas motivé. Mais de façon générale le service dans lequel je travaille n’est pas très nerveux, ça pousse pas à repousser ses limites.

Que dire d’autre ? Je vais moins dans les tréfonds ces temps ci et je regrette un peu, j’ai un peu l’impression d’être souvent débordé alors qu’il y a beaucoup de moments où je ne fais pas grand chose. Mais ça je pense que c’est un peu mon stress inhérent (plus peut-être des temps de trajet un peu plus long que ce que je voudrais (et où je ne fais rien vu que c’est pas des transports en commun ; après tenter d’optimiser chaque moment de sa vie c’est pas top non plus). Ou alors faudrait que je vois moins de gens, me lance dans moins de trucs différents. Peut-être qu’habiter dans une ville où je connais moins de monde serait pas mal de ce point de vue. Parce que je suis toujours content de voir les gens mais j’ai souvent l’impression de laisser passer plus d’occasion que je n’en saisis.

Bref, on verra bien pour la suite, mais les choses vont mieux.

La marche des endormis

Article écrit à chaud. C’est un peu dans le désordre, ça ne se veut pas une analyse, j’ai linké des gens plus doués que moi pour faire ça à la fin de cet article. Mais j’ai l’impression que si je reste sans réagir publiquement à l’inflexion que prends la vie politique française je me rends complice de ce qui se passe (oui, ça fait très grandiloquent mais ce qui se passe m’inquiète vraiment donc voilà).
EDIT 20/11/2015 : orthographe, féminisation, précisions.
EDIT 21/11/2015 : le titre de l’article était censé être une référence vachement érudite et brillante à « Les somnambules. Été 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre » de Christopher Clark. Sauf que je retrouvais plus le titre sur le coup et voilà comment ça s’est mélangé dans ma tête.

Je ne comprends pas ce qui se passe depuis une semaine. Je ne comprends pas que trois jours après les cérémonies du 11 novembre, dont l’idée est quand même « plus jamais ça », on puisse adopter une rhétorique martiale, parler de guerre totale et se féliciter de bombardements aériens. Les bombardements aériens, pour rappel, ça tue indistinctement terroristes, civil⋅e⋅s, otages, enfants, tout le monde.
Je sais qu’on a peur et qu’on est sonné. J’ai peur. Je n’ai pas envie de mourir en allant au ciné, au resto ou autre. Mais si je veux que ce risque diminue, ça ne passe pas par un tapis de bombes sur un autre pays. On va tuer les têtes pensantes de Daech, et après ? Il y aura un vide du pouvoir parce qu’aucun des problèmes de la Syrie ni de l’Irak n’aura été résolu, et des gens encore plus fanatiques prendront leur place ? Comment, après des décennies d’interventionnisme occidental allant d’échec en échec, on peut encore penser que des tapis de bombes vont régler quoi que ce soit ?
Je ne comprends pas qu’un représentant de la Nation puisse proposer de mettre des gens qui n’ont pas commis de crime dans des camps d’internement et qu’on le laisse continuer à assumer ses fonctions. Il faut voir ce que ça veut dire. Ça veut dire qu’un jour on vient vous voir, on vous dit « votre neveu est terroriste, du coup vous allez en prison ». C’est contraire à toutes les règles de l’État de droit. Et je pensais qu’en plus en France, on avait appris quelques leçons du passé sur le fait de mettre arbitrairement des gens dans des camps.
Sur le plan intérieur, je ne comprends pas que tout le discours politique ait changé du jour au lendemain sans que ça ne semble déranger personne. L’austérité semblait sacrée, maintenant elle peut être balancée sans une seconde de regret si c’est au nom de la sécurité ? Les libertés peuvent être restreintes sans problème ? Personne dans une position officielle (ou si peu, 6 député⋅e⋅s sur tout l’hémicycle) ne remet en cause l’idée d’un état d’urgence qui fait disparaître le contrôle judiciaire ? Les discours sont dignes de 1984 (« l’état d’urgence c’est l’état de droit », sérieusement ?)
On nous dit que c’est pour pouvoir lutter contre la menace terroriste, mais quand on envoie le RAID déloger des squatteu⋅se/r⋅s, avec des armes à répétition, c’est contre le terrorisme ou c’est immédiatement abuser de ces nouveaux pouvoirs de police ? Les mesures que fait passer le gouvernement, on sait qu’elles ne marchent pas contre le terrorisme. On sait qu’elle ne permettront pas d’arrêter les prochains terroristes. La surveillance de masse ne permet pas de détecter les terroristes, qui sont des raretés statistiques. Ce qu’il faut pour détecter le terrorisme ce sont des moyens humains, du suivi, des enquêtes. Mais personnellement je ne veux pas détecter les terroristes, je veux qu’il n’y ait plus plus de terroristes. Et pour ça, il faut arrêter de stigmatiser des gens pour leur religion, pour leur couleur de peau, pour « ne pas s’intégrer » dans une société qui ne leur a jamais donné la moindre chance de le faire en les traitant comme des citoyen-ne-s de seconde zone. Si on veut que les « jeunes de banlieue » ne se radicalisent pas, il faut leur filer des perspectives dans la société, et ce n’est pas avec 50% de chômage dans leur catégorie sociale et des contrôles d’identité au faciès que ça va arriver.
Les mesures actuelles prises par la classe politique, elle permettent de mieux encadrer la population, de banlieue comme d’ailleurs. Elle permet à l’État de montrer ses biceps en étant débarrassé des contrôles pour faire peur aux gens. En leur rappelant avec des militaires en armes dans les rues que décidément non, ils ne sont pas en sécurité, et qu’ils feraient bien de réclamer un peu plus de sécurité. Je suis désolé mais personnellement, des militaires armé-e-s dans la rue c’est ça qui me fait peur. Il y a déjà eu des méprises, des accidents et des abus, des contrôles d’identités qui tournent mal parce que la personne avait eu une mauvaise journée et a refusé d’obtempérer, et le policier avait aussi eu une mauvaise journée et lui il avait une arme. J’ai peur que ça m’arrive à chaque fois que je croise quelqu’un avec une arme apparente, et encore, moi j’ai la « bonne » couleur de peau pour ce genre de situation.

Que des gens en marge de la société se laissent endoctriner par une idéologie fascisante, intolérante et mortifère, c’est horrible, il faut faire tout ce que l’on peut pour l’empêcher, mais je comprends que ça arrive.
Que des gens qui sont aux postes de pouvoir et parfaitement intégrés dans la société, qui ont eu la chance de pouvoir faire des études et de bénéficier de conditions matérielles confortables décident sciemment que la réponse adaptée aux attentats qui ont eu lieu est la vengeance, le largage de bombes et la limitation des libertés, dans un monde qui a connu deux guerres mondiales, l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak, le constat d’inefficacité de la surveillance de masse, je ne le comprends pas. Enfin, je comprends que ce sont des manœuvres politiques profitant du choc de la population, mais je ne comprends pas que l’on ose les faire dans un moment comme celui-ci. Et je ne comprends pas que la population, nous, ne réagissions pas plus.
Oui il faut lutter contre le terrorisme, mais avec des moyens que l’on sait adaptés, en favorisant une transition démocratique dans les pays en guerre civile, en appuyant celleux qui semblent être à même d’exercer le pouvoir dans la population de ces pays, sans interventionnisme armé. Et en intégrant, éduquant, accueillant l’ensemble de la population française, en filant vraiment les mêmes opportunités à tou⋅te⋅s.

Oui, la France a peur et nous avons peur, et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions.

Quelques liens que je trouve pertinents sur ce sujet :

État d’urgence, État policier — La Quadrature du Net
Vos guerres, nos morts — Résisteràl’airdutemps.blogspot.fr
J’ai peur — blog de p4bl0 sur médiapart
Le retour du boomerang — Libération.fr
Nos bombes tuent aussi — lmsi.net
Déroger aux droits de l’Homme, voici comment ça peut être légal — Numérama
À qui sert leur guerre ? — Tribune sur Libération
Et respirer on a le droit ? — Quartiers XXI
« Le flic m’a dit tu vas prendre 30 ans » — L’Humanité
Sécurité ou Libertés : faut-il choisir ? — Le Monde
Il est fascisme moins le quart — Babordages

L’autoritarisme rampant à la française — Slate
Petit bilan 7 mois après. Les dérives dénoncées à chaud se sont installées dans la durée, le gouvernement méprise aussi bien les syndicats que l’Assemblée, le racisme est de plus en plus décomplexé et les violences policières se multiplient (enfin, se multiplient envers les classes moyennes, parce que comme beaucoup l’ont souligné, les violences policières ça fait un moment qu’elles existent en banlieue et que tout le monde s’en fout).

Pour moi, ces mois auront été l’occasion de me rendre compte que si dans les livres d’Histoire on te présente « les démocraties » d’un côté et « les dictatures » de l’autre, avec une belle ligne bien nette entre les deux, bah la réalité c’est que y’a un continuum entre les deux et que l’on passe assez facilement de l’un à l’autre, sans avoir à changer les institutions, sans coup d’État, sans changement de vocabulaire, il suffit juste de vider les mots de leur sens et de contourner ou même simplement ignorer les institutions.

Un État d’urgence permanent, mais pour quel résultat ? — Le Monde
Article du 19/07/2016, après l’annonce de la sortie puis du maintien dans l’État d’urgence après l’attentat de Nice. Globalement, l’État d’Urgence prive de libertés sans apporter plus de sécurité, et en transformant en routine l’autoritarisme (et les détournements type utilisation contre les mouvements sociaux) et en épuisant les forces de l’ordre.

All these good intentions and here we are again

L’année dernière à la même date j’avais fait un petit bilan de mon année. Je me suis dit que ce serait une bonne idée de refaire la même chose cette année. Certain-e-s parlent des vertus thérapeutiques de la tenue d’un blog, je pense que vu à quel point je parle peu de ma vie je suis peu concernée, but let this be my annual reminder.

Le bilan n’est pas brillant. De façon générale ce fut une année pas folle. J’ai tenté de passer un concours et si les sujets m’ont intéressé, je me suis trop mal pris pour le réussir. J’ai été angoissé par mon avenir over and over and over. Je suis retourner habiter chez mes parents et s’ils sont adorables on ne peut pas en dire autant de l’espèce de boule de mesquinerie haineuse qu’est un de mes frères. Habiter sous le même toit que lui, sous la menace permanente d’une explosion de colère, d’invasion de ma sphère privée (et je tiens énormément à ma sphère privée) a été un poids énorme sur mon bien-être psychique. Je sais qu’il est probablement bourré de problèmes lui aussi et que ça ne doit pas être facile pour lui, mais les problèmes n’excusent pas tout.
J’ai perdu une relation dans laquelle j’étais heureux parce que la fatigue, parce que la distance, parce qu’on était à ce moment ni l’un ni l’autre assez fort-e pour faire fonctionner une relation sur le moment.
J’ai réussi encore moins que d’habitude à communiquer aux gens ce que je voulais, ce que j’attendais de ma relation avec eux, ce que je ressentais. J’ai blessé des gens, j’ai été blessé par des gens qui n’en avait probablement pas la moindre intention, simplement parce que j’étais à vif. Il y a eu des moments où tout semblait dur, insurmontable, épuisant.

Il y a un mois ou deux je me serai arrêté là. The world was a cold dark place and that was it. Tout n’est pas devenu rose d’un coup, malheureusement. Mais il fait plus beau, plus chaud, je me sens mieux. Je pense que de manière très basique je suis fortement sensible à la luminosité ambiante, et que ça a joué. Et puis j’ai des ami-e-s sur lesquel-le-s je peux m’appuyer dans ce genre de moment. Paradoxalement, savoir que certain-e-s n’étaient pas au top (et osaient en parler), m’a fait aller mieux. Pouvoir voir des gens à chaque fois que j’en avait besoin m’a aidé. Voir que des gens cherchaient ma compagnie, étaient intéressé par mon avis, a été crucial. Avoir lu des trucs sur ce genre de situation et garder une certaine hygiène de vie même quand j’avais envie de rien a été utile (habiter chez mes parents et avoir un frigo toujours plein aussi).
Et dernièrement certains points ont commencé à s’éclairer : j’ai trouvé des gens avec qui faire une coloc, donc j’aurais un environnement plus sain l’année prochaine (ie à la fois disposant d’une intimité et avec du monde chez moi). J’ai postulé à une formation (j’ai un entretien bientôt, mais il y a visiblement beaucoup de candidat-e-s et 5 places, donc je ne sais pas trop ce que ça va donner :/ ). J’ai recommencé à parler de façon active à une personne avec laquelle j’avais ~coupé les ponts (toi aussi, parle en périphrases vagues comme si tu rédigeais un statut facebook).
Tout n’est pas parfait, loin de là. Je serais strictement incapable de vocaliser ce post. Je suis toujours aussi terrifié des incertitudes de mon avenir (malgré le fait d’être l’enfant chéri du système éducatif français). J’ai peur que l’idée de dire que je vais pas bien ne fasse concrétiser le fait (mais n années de littératures sur le sujet semblent dire que non, donc me voici en train de tapoter sur un clavier).

À la question « Are we out of the woods? » je répondrais que non. Mais on se rapproche de l’orée. Merci à tous les gens qui m’ont fait office de système de support cette longue année. Que vous ayiez su que j’allais mal ou non, qu’on soit restés proches ou pas depuis. I’m not okay but that’s okay.