Tous les articles par Machin

L’Hypothèse autonome, de Julien Allavena

Essai politique qui revient sur l’histoire du mouvement autonome, de sa naissance dans les usines italiennes jusqu’à ses évocations sur les rond-points des Gilets Jaunes. L’auteur donne une définition de l’autonomie : articuler à la fois des revendications et une lutte pour sortir la société du capitalisme, et la mise en œuvre immédiate dans son quotidien d’une sortie personnelle du capitalisme, en refusant partiellement ou totalement le salariat, en vivant en communautés autonomes et dans des squats, en pratiquant le parasitisme social (détournement d’électricité, vols dans les magasins, sociabilité et/ou activité productive alternatives…), ce que l’auteur définit comme un communisme immédiat.

L’auteur détaille les différents groupes qui se sont revendiqués ou inspirés du concept : d’abord les ouvriers opéraistes italiens, qui veulent non pas aménager le cadre dans lequel ils travaillent comme dans une revendication syndicale, mais bien s’autonomiser de ce cadre, revendiquant qu’ils ont autre chose à faire de leur journée que produire ou que produire dans le cadre de l’usine avec sa hiérarchie. Ça passe par des sabotages, des grèves sauvages, différentes formes d’actions dans l’usine ou à l’extérieur. Il détaille comment ce mouvement va monter en puissance dans l’Italie des 30 Glorieuses, s’étendre au delà des cercles ouvriers pour être approprié aussi par les étudiant.e.s, et intégrer d’autres revendications que celles liées à l’opéraïsme : féminisme, revendications LGBT. Le mouvement autonome se constitue de groupes voire de groupuscules affinitaires : les hiérachies formelles ne sont pas reconnues, donc pas de structure telle qu’un parti ou un syndicat. Rejet des syndicats existants comme participant à l’aménagement du cadre existant (le reproche classique de cogestion des conditions de travail avec le patronat). Les mouvements féministes et LGBT qui intègrent le mouvement autonome vont rejeter les hiérarchies genrées et hétéronormées des orgas de gauches structurées comme celles du capitalisme, mais aussi logiquement celles du mouvement autonome lui-même, avec ses postures virilistes et la romantisation de la violence. Tout le chapitre sur les mouvements féministes qui se réclament de l’autonomie était vachement intéressant. L’auteur détaille aussi comment l’Autonomie va se focaliser sur la contestation de la Métropole (au début du chapitre je pensais que c’était au sens luttes anticoloniales mais non – et c’est peut-être un thème qui manque dans le livre, si ça a correspondu à une réalité) au sens de la ville néolibérale totalisante ; c’est notamment tout le mouvement d’ouverture de squats en Italie et en Allemagne. L’auteur détaille un peu la trajectoire du groupe Camarades en France, qui serait ce qui s’est le plus rapproché d’un noyau de militants autonomes en France, mais dans un mouvement beaucoup moins d’ampleur qu’en Italie ou Allemagne. Il raconte aussi comment la fin des 30 Glorieuses – où l’État tolérait ce genre d’alternatives et où l’abondance relative de la société sans chômage de masse facilitait le fait d’avoir un mode de vie alternatif – va aussi signer le déclin de ce mouvement en Italie et Allemagne, avec une répression largement accrue, et une polarisation sur des affrontements armés avec l’État (le cas le plus connu étant celui des Brigades Rouges), qui va faire disparaitre les modes de vie alternatif au quotidien.

C’était fort intéressant, et sur un sujet que je connaissais assez peu. Les questions de parasitisme/banditisme social et de toute la tension entre actions d’éclat/participation aux luttes ponctuelles d’une part et vie quotidienne alternative d’autre part était très intéressante.

Je recommande

Chernobyl, de Johan Renck

Série mettant en scène la gestion de crise de l’accident nucléaire de Tchernobyl. J’ai bien aimé, même si le fait que les acteurs n’ont clairement pas des têtes de slaves est parfois un peu déstabilisant. Mais à part ce détail, c’était intéressant d’avoir une description de ce qui a été fait pour gérer un désastre de cette ampleur, quels ont été les différents acteurs en jeu et les problèmes rencontrés. Le premier épisode met bien en scène comment les premiers acteurs sur le terrain (« first responders« , je sais pas trop comment le traduire) ont été envoyés à la mort, avec aucune idée du danger qu’ils affrontaient et aucun matériel de protection adéquat. Le dernier épisode, qui explique comment la catastrophe a eu lieu est assez effarant aussi en terme d’accumulation d’erreurs humaines, de protocoles de sécurité contournés voire juste inexistants et d’erreurs de conception. La série insiste beaucoup sur le fait que la culture du secret de l’URSS a été responsable en bonne part ; sans nier que ça a aggravé les problèmes, y’a eu le même genre de désastre dans des environnements absolument pas liés à l’URSS ; Fukushima ça s’est passé en pays capitaliste, DeepWater Horizon aussi.

Ventajas de Viajar en Tren, de Aritz Moreno

Film espagnol de 2019. Lors d’un voyage en train, une femme engage la conversation avec son voisin, qui s’avère être psychologue et va lui raconter le cas le plus étrange qu’il ait traité. La femme va en retour raconter sa vie, et leur deux récits vont à leur tour faire surgir des récits enchâssés, avec une narration sur plusieurs niveaux, et des narrateurices non fiables. J’ai beaucoup aimé toute la ligne narrative qui parle des éboueurs, moins le reste que j’ai trouvé un peu gratuitement trash.

C’était intéressant dans l’esthétique (qui rappelle un peu la série Utopia dans les couleurs saturées sur fond de WTF) et la mise en abyme des récits, par contre les récits eux-même sont parfois bien trash : même si les choses restent hors champ, ça parle de pédophilie, de zoophilie et de violences psychologiques et la mise en scène rend très claire ce qui se passe hors champ, donc trigger warnings là dessus.

Albi

J’ai obtenu un poste à Albi, pour travailler dans la fonction publique. Premières incursions sur place ce weekend pour chercher un logement, j’en ai profité pour faire quelques photos en centre-ville.

Centre ville historique
Beffroi de la cathédrale
Les murs du palais épiscopal
Le palais épiscopal depuis les jardins
Le Tarn
Le Tarn depuis le palais épiscopal

Minari, de Lee Isaac Chung

Film américain de 2020. Dans les années 80s, une famille originaire de Corée déménage de la Californie à l’Arkansas. Les deux parents travaillent comme sexeurs de poussins, mais le père a l’ambition d’investir pour monter une ferme de légumes coréens pour fournir la diaspora et se sortir du salariat. La mère ne partage pas sa vision et a peur qu’ils y perdent leurs économies, alors que leur fils a un souffle au cœur qui pourrait nécessiter une opération coûteuse. Ils sont bientôt rejoints par la grand-mère maternelle qui émigre de Corée pour les rejoindre, et clashe avec son petit-fils qui trouve qu’elle ne correspond pas du tout au stéréotype d’une grand-mère américaine.

C’est assez lent mais c’était très bien. Le film montre la vie d’une famille de cols-bleus dans l’Amérique rural et la tension que provoque le rêve de réussite du père, qui prend des risques et fait passer sa famille au second plan pour réaliser ses ambitions. Les personnages s’expriment moitié en anglais moitié en coréen selon les situations, et le film prend le temps d’installer les enjeux, les points de vue des différents personnages, de montrer les paysages et les interactions avec les personnages secondaires. Le personnage de la grand-mère est super, très réussi.

Grave, de Julia Ducournau

Film de genre français de 2016. Justine, 16 ans, intègre l’École vétérinaire, comme sa sœur et ses parents avant elle. Végétarienne depuis toute petite, la cérémonie d’intégration la force à goûter à de la viande pour la première fois. L’événement va réveiller une faim incontrôlable en elle.

J’ai beaucoup aimé. C’est un film d’horreur superbement filmé, original dans le traitement, avec des personnages réussis. L’ambiance de l’intégration des vétos est très réussie, de façon générale le film prend le temps d’installer son ambiance, toutes les contraintes qui pèsent sur la protagoniste (soit bonne en classe, soit cool en soirée, rend fière ta famille, respecte les promos supérieures, contrôle ta faim….). Les deux actrices principales jouent très bien, Adrien fait un personnage secondaire intéressant, bref, grosse recommandation si le genre horrifique vous botte.

The Goblin Emperor, de Katherine Addison

Roman de fantasy sorti en 2014. Maia est le plus jeune fils de l’Empereur des Elfes. Fils de sa quatrième épouse, une gobeline épousée pour des raisons politiques, il a été exilé de la Cour et assigné à résidence à la mort de sa mère. Mais voilà, le crash d’un zeppelin a emporté son père et tous ceux qui le précédaient dans la ligne de succession, et Maia est appelé à régner sur une Cour et un pays dont il ne connaît pas grand chose.

La focalisation est interne à Maia, et c’est ce qui fait tout l’intérêt du bouquin : le héros sort d’une enfance particulièrement traumatique, ne fait avec raison confiance à personne et passe son temps à se corriger et à tenter de s’adapter à son rôle et à ce que tout le monde semble attendre de lui sans jamais l’énoncer de façon explicite. Le roman se focalise sur les intrigues de cour et comment Maia manœuvre à travers. On voit assez peu l’univers en dehors du Palais Impérial, ce qui est dommage parce qu’il a l’air assez cool (il y a des zeppelins, donc, et un proto-syndicat, mais ça reste vraiment en arrière-plan). C’est un peu l’esquisse d’un univers, surtout qu’en tant qu’empereur, Maia interagit surtout via plusieurs couches de serviteurs avec le monde et a une parole souvent performative.

Je recommande si vous aimez les questions d’étiquettes et si vous n’êtes pas rebutés par les personnages bien écrit mais quand même très nobles de cœur. Je le rapproche un peu de The Sword of Winter pour le côté roman de cour + fantasy.

Opération Sabines, de Nicolas Texier

Uchronie imprégnée de fantasy se déroulant dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. La magie existe dans le monde, mais a fortement reculé en Europe continentale où la science a commencé à la remplacer. Aux Royaumes-Unis par contre, l’usage de la magie est encore bien présente. C’est pourquoi sur les prémonitions d’une augure, les services secrets recrutent un mage et son serviteur pour aller exfiltrer un physicien vénitien qui intéresse fortement l’armée du Nouvel Empire Romain, l’équivalent dans ce monde du IIIe Reich.

C’était assez prenant. Le livre est raconté du point de vue de Julius Khool, le serviteur du mage, le plaçant dans la tradition des aventures de Sherlock Holmes ou de Hercule Poirot, d’autant plus qu’il s’agit d’un ancien militaire. Le mage n’a rien d’un détective hors pair par contre, et c’est à Julius que revient aussi ce rôle. Contrairement au rôle traditionnel du narrateur de ce genre de roman, il se met du coup beaucoup plus en avant, évoquant ses souvenirs de campagnes notamment. C’est un personnage très réussi, j’ai trouvé, et qui porte vraiment le roman.

L’univers est cool aussi, avec une inexistence du christianisme et des explosions, poussant des armées du XXe siècle à des combats à l’épée. Les éléments d’uchronie sont intéressants, l’influence de la magie et des traditions celtes sur l’univers est assez cool. C’est le premier d’une série, j’irai lire les autres.

L’Ère de l’Individu Tyran, d’Éric Sadin

Malheureusement pas un livre sur les T-rex

C’était très décevant. C’est un essai sur les évolutions récentes des sociétés occidentales. L’intro était relativement intéressante. Elle partait des promesses originelles du libéralisme politique telles que posées à l’époque des Lumières : les individus vont pouvoir se réaliser en tant que personnes affranchies des structures les limitant que représentaient l’Église ou l’organisation de la société en États. Ensuite elle détaillait les évolutions récentes de ces promesses depuis la WWII, avec l’érosion progressive des institutions collectives qui faisaient contrepouvoirs ou filets de sécurité au fur et à mesure que l’épouvantail de l’URSS perd de sa puissance. Puis elle s’attardait sur la frustration légitime des individus qui voient que la promesse de la Croissance et du Progrès se révèle fausse, que les lendemains qui chantent ne sont plus à l’ordre du jour, et que l’influence qu’ils semblent avoir personnellement sur la politique et la marche des choses semble nulle.

Enfin elle arrivait sur l’idée que cette frustration est entretenue, amplifiée et récupérée par le néolibéralisme, via le dispositif formé par les ordiphones et l’accès au réseau qu’ils permettent. Ces outils polyvalents donnent à chacun.e l’impression dans sa vie personnelle d’avoir plus de puissance d’action. On peut commander un VTC ou de la nourriture instantanément – Sadin parle d’un « surclassement de sa propre vie », concept qui semble intéressant en terme de ce que les plateformes vendent comme idéologie mais que le livre ne développera pas plus que ça – on peut mettre en scène sa vie, documenter les événements autour de soi ou donner son avis via les réseaux sociaux depuis n’importe où. À titre individuel on a l’impression de pouvoir faire beaucoup, mais en parallèle le fonctionnement de l’économie de plateforme et plus largement du salariat actuel implique que les salariés soit soumis à plein d’injonctions venant de machines, de protocoles, de normes restreignant leur autonomie. De plus sur le plan collectif les structures qui permettent d’agir on été largement affaiblies ; ne restent alors que comme possibilité l’expression sur les réseaux sociaux, qui donnent l’impression d’agir mais n’a pas de prise sur le réel.

Bon, donc on le voit c’est dense, j’étais forcément d’accord avec tout, mais la thèse semblait intéressante. Certains aspects me faisaient penser à du Lasch ou du Michéa, mais Sadin affirmait explicitement dès l’intro que la frustration des gens par rapport au contrat social trouvait sa source dans l’influence du néolibéralisme sur la société ; ça paraissait intéressant d’avoir cette perspective plutôt que de râler sur la Nature humaine qui comprend rien et la grande ville qui aliène

La première partie du livre détaillait les aspects historique, brièvement les Lumières puis surtout entre 1945 et aujourd’hui. Tout n’était pas fou mais pourquoi pas. Mais derrière, le livre part dans le grand n’importe quoi. D’un point de vue purement méthodologique déjà, c’est affirmation gratuite sur affirmation gratuite, y’a des non-sequitur partout, l’auteur cite des faits divers ou des films pour illustrer son propos. Y’a vraiment rien de scientifique ou de solide là dedans. Il nous fait une petite recension de comment marchent FB, twitter et Instagram sans se poser la question du business model des plateformes derrière. Il affirme que la question des données personnelles est une fausse question. Ah. Il explique que si les gens se mettent en scène et cherchent les likes c’est parce qu’ils sont vaniteux, en faisant l’impasse sur tout ce qui est économie de l’attention et sur les pistes qu’il a lui même posé en intro sur la responsabilité du néolibéralisme dans le tournant individualiste des gens.

Mais le pire est à venir. Parce que derrière tout ça, il nous explique que les gens s’estiment lésés par la société (tout à coup c’est du conditionnel et des tournures à base de « pensent », « croient », « s’imaginent », visiblement il ne s’agit plus du tout de questionner ces inégalités et comment y remédier, c’est tout dans la tête des gens), et que donc ils refusent d’adhérer à tout contrat social et deviennent ingouvernables. Mais qui sont « ces gens » ? Eh bah les vilaines minorités bien sûr ! Donc là on a le droit à une attaque en règle sur les burkinis (qui n’ont été interdit que pour des régions d’hygiène, pourquoi les minorités veulent se soustraire à l’hygiène commune ?), l’écriture inclusive (c’est laid et il faudrait plutôt faire… ce que les militant.e.s font déjà, le mec montre juste qu’il ne connait rien au sujet), les gens qui empêchent la tenue des représentations des Suppliantes d’Eschyle avec des blackface, #MeToo, la PMA, et les transidentités. C’était vraiment le bingo des paniques morales de la droite. Le tout avec un raisonnement tellement décousu que je pense que le livre a été écrit à l’arrache pour répondre en retard à une commande (notamment, vous saurez que la PMA c’est mal parce que c’est comme Elon Musk et les films Marvel. Voilà.)

Bref, la conclusion c’est que le crédit social chinois avec la surveillance de tous par tous c’est mal, les tueries de masse commises par des loups solitaires c’est mal ; et mieux vaudrait trouver une troisième voix intermédiaire où on témoigne plutôt que de donner son avis. Autant vous dire que la critique du capitalisme de plateforme, les enjeux de l’économie de l’attention, les pistes pour sortir de cette frustration de l’impuissance, tout ça c’est carrément passé à la trappe depuis l’intro. À la place j’ai eu « ouin ouin les minorités elles veulent pas le contrat social tel qu’il est actuellement parce qu’elles sont pleine de rancoeurs comme les gens qui votent Trump ».

Je recommande pas trop.

Titanshade, de Dan Stout

J’étais tombé sur le bouquin via sa recension sur Le Culte d’Apophis, un blog mentionné par aaz et qui recense pas mal de bouquin de SF et de fantasy publiés en français ou en anglais. Autant je n’avais pas été convaincu par leur chronique enthousiaste de Promise of Blood, autant pour Titanshade j’ai beaucoup aimé l’ambiance.

Au delà de comment je suis tombé sur le livre, quid ? Titanshade est un polar qui se passe dans la ville éponyme, une cité perdue au nord du cercle polaire, rendue habitable grâce au microclimat du volcan sur les pentes duquel elle est perchée. On suit les aventures de Carter, un détective du TPD, qui coche toutes les cases du cliché du flic de film noir à qui il n’arrive que des emmerdes, à la fois couvert et détesté par sa hiérarchie, tentant d’œuvrer pour le bien public dans un environnement aux institutions corrompues. L’univers est très inventif : Titanshade fait partie d’une coalition de Cité-États, dans un monde couvert d’un continent unique, où cohabitent huit races intelligentes (mais toutes très anthropomorphes, ça pour le coup c’est le seul point un peu dommage), et où la magie existe, mais est en déclin depuis l’extinction pour cause de surpêche des baleines, desquelles était extraite le manna, une huile qui était à la fois une réserve de magie et d’énergie. Depuis, l’industrie mondiale a pivoté vers the next best thing, le pétrole. Ce qui explique l’importance de Titanshade, qui était situé sur d’immenses champs pétrolifères, mais qui arrivent eux aussi sur leur fin de vie… L’univers est dense, donc et l’époque mise en scène ressemble aux années 80 : il y a des pagers, des cabines téléphoniques et du disco à la radio. Entre le personnage principal flic et cet environnement, il y avait de grosses vibes Disco Elysium. L’histoire suit une enquête de Carter avec des enjeux politiques importants, on a vraiment tous les codes du polar avec une couche d’infodump en plus pour détailler l’univers, assez réussie puisqu’elle ne gène pas la progression de l’intrigue.

Je recommande, si vous n’avez pas peur des clichés du polar.