Archives par mot-clé : science-fiction

Golden State, de Ben Winters

Dans un futur indéterminé, la Californie indépendante, renommée Golden State, place le concept de Vérité Objective au dessus de tout. L’Etat entier est couvert par des caméras et micros qui enregistrent pour archivage l’ensemble de ce qui se passe, et le mensonge est puni d’exil. Une force de police spéciale est chargée de détecter les mensonges et d’enquêter sur les « anomalies », les moments où la réalité telle qu’enregistrée semble aberrante, pour comprendre ce qui s’est réellement passé. Dans ce cadre, ils sont spécialement autorisés à émettre des hypothèses contre-factuelles. On suit la vie d’un enquêteur de ce service qui lors de son enquête découvre un vaste complot.

Comme souvent avec Ben Winters, je trouve son concept général d’univers intéressant, mais je suis déçu de ce qu’il en fait. Il présente une dystopie fasciste avec une Vérité d’Etat sous-tendue par un appareil de surveillance universel, relativement intéressante puisqu’il présente ça comme une réaction aux fakenews et autres alternativefacts, et le côté original de ce qu’il ne montre pas spécialement un Etat qui tente de manipuler ouvertement la réalité officielle (contrairement à 1984), juste il est impossible d’en dévier. Et il montre bien en quoi c’est une dystopie, mais derrière son histoire n’a pas grand intérêt, et la conclusion tombe à plat.

Black Mirror, saison 3 & 4

Bandersnatch :
Sans grand intérêt. L’idée de faire un film interactif était intéressante et bien réalisée d’un point de vue technique, mais le scénario est vraiment creux. Ça part très vite en méta sur l’interactivité, ce qui donne quelques scènes rigolotes certes, mais ça se sent qu’ils ont fait ça parce qu’ils étaient à court d’idée pour faire d’autres trucs. Et par ailleurs ça n’a aucun rapport thématique avec le reste de Black Mirror.

Saison 4 :
J’ai trouvé cette saison largement inférieure aux précédentes (et comme la précédente était déjà faiblarde, voir infra, ça sent quand même bien la pente descendante).
Globalement, mon reproche c’est que ce qu’il y avait d’intéressant dans les premières saisons c’était « Comment tel développement technologique pourrait bouleverser (pour le pire, généralement) la société ? ». Là, c’est plus « comment tel développement technologique pourrait être très mal utilisé dans tel cas particulier ? », ce qui est sans surprise beaucoup moins fort. Tu ne finis pas les épisodes en te disant « ouais ça fait réfléchir quand même ».
Le premier, le concept de dénoncer une relecture de Star Trek  comme une fantaisie de pouvoir de mec blanc sans tout le côté progressiste est intéressant, mais pour le reste bof. Le second c’est celui qui fait le plus Black Mirror originel je trouve. J’ai trouvé Metalhead (le cinquième) sympa à regarder et bien réalisé, mais c’est pas du Black Mirror et c’est vu et revu depuis Second Variety de Philip K. Dick (adapté à l’écran dans Planète Hurlante). Crocodile et Hang the DJ n’ont aucun intérêt en tant qu’épisode de Black Mirror, mais Hang the DJ est rigolo à regarder. J’ai détesté Black Museum, le final qui reprend le concept de l’épisode White Christmas en moins bien. Aucun intérêt narratif, et il est juste voyeuriste (en faisant semblant de dénoncer ce qu’il te donne à voir), avec des valeurs de merde (trop cool la vengeance et la souffrance !).

Saison 3 :
J’ai trouvé cette saison plus faible que les deux précédentes. L’épisode San Junipero est cool, Shut up and dance est très bien réalisé (et glaçant, notamment parce qu’il pourrait se dérouler maintenant) mais pour les autres je trouve qu’ils sont restés très convenus. Les thèmes ont déjà été explorés depuis longtemps par d’autres œuvres, et parfois avec plus de subtilités. J’ai particulièrement été agacé par le dernier où j’ai apprécié le fait d’avoir des personnages principaux féminins dans des rôles classiquement masculins, mais l’histoire est mal racontée, les retournements de situations se voient venir à des kilomètres et y’a d’énormes failles dans le scénario.

Chew, de John Layman et Rob Guillory

Série de comics en 12 tomes. Suite à une pandémie de grippe aviaire, le poulet a été déclaré illégal, et la FDA est devenu l’agence fédérale la plus puissante des USA. Elle enquête sur tout les crimes liés à la nourriture, qui sont légions dans un monde où certaines personnes, comme le héros de la série, ont des super-pouvoirs liés à la nourriture. Tony Chu, le héros, est cibopathe : il peut voir le passé de ce qu’il consomme, faculté relativement utile quand on est enquêteur – si vos collègues acceptent de vous voir mordre à belles dents dans les cadavres.

La série est assez barrée, avec des questions d’influence extraterrestres, des sectes millénaristes, un marché noir du poulet, un coq de combat surpuissant, des superpouvoirs absurdes… Le dessin est sympa aussi, assez cartoonesque par moment, on sent que les auteurs se sont faits plaisir avec cette série (notamment toutes les doubles pages « Poyo vs… » sont géniales). Ca ne renouvelle pas profondément le genre, mais j’ai passé un bon moment en lisant les 12 tomes (même si pas totalement convaincu par la fin).

Kin, de Josh et Jonathan Baker

Un film de science-fiction discrète. Détroit, de nos jours. Un adolescent s’introduit dans des bâtiments abandonnés pour y récupérer des métaux à revendre pour se faire un peu d’argent de poche. Un jour, il y trouve une arme futuriste. Simultanément, son frère sort de prison et doit de l’argent aux caïds locaux…

J’ai vu pas mal de mauvaises critiques mais je pense que j’ai bien aimé pour la raison pour laquelle les gens n’ont pas aimé : c’est pas un film qui t’impose un univers de SF. Y’a des éléments, mis en scène avec de bons effets spéciaux, mais c’est pas le cœur de l’histoire. Les deux frères se retrouve dans un road-trip crapuleux, et leur arme futuriste y joue le rôle de toute arme dans ce genre de situation, elle n’est pas placée à part par son origine mystérieuse. Très bonne bande-son de Mogwai, de beaux décors et de jolis plans. Le perso de Milly est intéressant mais c’est pas un perso féminin original pour un sou, et c’est le seul… Et la fin fait assez greffée sur le reste du film pour pouvoir y coller une suite, le ton dénote complêtement avec le reste. Mais j’ai globalement beaucoup aimé l’ambiance.

Recommandé.

The Rain, de Jannik Tai Mosholt, Esben Toft Jacobsen et Christian Potalivo.

Série post-apocalyptique danoise. Une compagnie pharmaceutique a relâché un virus dans l’atmosphère, rendant la pluie au dessus d’une zone du Danemark mortelle. Le scientifique qui a aidé à créer le virus mets ses enfants à l’abri dans un bunker créé pour les cas d’urgence par l’entreprise avant de disparaître. 6 ans plus tard, arrivés au bout des stocks de nourriture du bunker, les enfants se résolvent à sortir…
Le concept est vachement bien, la réalisation pêche un peu par moment. Durant l’épisode 3 notamment, les persos agissent de façon totalement incohérente. Pour le reste c’est joliment filmé. De beaux paysages, des dynamiques de groupe intéressante (même si on s’attendrait à ce que Rasmus et Simone, après 6 ans à se fréquenter exclusivement l’un l’autre, soit un peu moins à l’aise en présence soudaine d’autant d’inconnus. 

Doctor Who, saison 10 & specials

Doctor Who Christmas Special S07
Avec des bonhommes de neige maléfiques. Il commençait bien, poétique et tout (un escalier qui mène sur un nuage, où est perché une cabine téléphonique), de jolies répliques (« It’s… smaller on the outside! ») mais la fin est un peu brouillonne, avec deux retournements de situation qui s’annulent en 5 minutes, et un personnage féminin fort qui finalement meurt stupidement. (Note d’Août 2013 : Globalement ce verdict s’applique à tous les épisodes qui suivront)

Doctor Who Christmas Special S10
Petit épisode de Noël de Doctor Who pour patienter en attendant la prochaine saison. Il parlait relativement peu de Noël et fonctionnait plutôt bien. Des comics, des super-pouvoirs, des aliens très méchants, et des pistes laissées ouvertes que Moffat va probablement réutiliser dans son grand adieu à la série.
[EDIT 07/2017 : finalement, non]

Saison 10
Une très bonne saison. C’est la dernière avec Moffat comme showrunner, ce que je trouve une bonne nouvelle (si le/la remplaçant.e est à la hauteur, mais Moffat n’avait plus grand chose à apporter à la série). Les épisodes étaient globalement solides, l’arc narratif à l’échelle de la saison était sympa mais venait pas trop parasiter les histoires de chaque épisode. Pas mal de remarques et éléments progressistes. J’ai trouvé que le tryptique sur les Moines était la partie la plus faiblarde de la Saison, avec beaucoup de lenteurs. Le reste était cool, l’esthétique du final était superbe. Ça se finit un peu brutalement et c’est vraiment dommage que Bill ne soit compagnonne que pour une saison, j’espère qu’on aura l’occasion de la revoir. On a vu la mort de Missy, mais on peut aussi espérer que le temps n’étant pas linéaire, on ait quand même l’occasion de la revoir (et c’était un plaisir de revoir John Simm aussi, sa version du Master est super).

[Edit au 17/07/2017 : et le prochain Docteur est une Docteure (Doctoresse ? Doctrice ? Bah, de toute façon je regarde en VO et c’est épicène) ! Ça va être vachement cool, j’espère qu’ils vont fortement insister sur le côté personnage puissant et pas le diluer. Beaucoup d’attentes.]

Saison 11
Sentiments mitigés. Le personnage de la 13e Docteure est très bien en soi, mais y’a des épisodes où il ne se passe pas grand chose. Je comprends la volonté de se démarquer des saisons précédentes et de leurs grands arcs sur la saison entière, mais parfois c’est quand même assez dépourvu d’enjeux. De très bons épisodes cependant : Kerblam!, Rosa, The Witchfinders, Arachnids in the UK. Je pense qu’n des problèmes de la saison c’est le trop grand nombre de compagnons : même s’ils sont intéressant, ça divise trop le temps d’écran

Ad Vitam, de Sébastien Mounier et Thomas Cailley

Série de science-fiction française diffusée sur Arte. Suite à des recherches sur le génome d’une espèce de méduse, un traitement de régénération des humains, promettant l’immortalité, a été mis au point et est disponible démocratiquement. Dans cette société qui a vaincu la mort, la place de la jeunesse se pose : alors qu’un référendum sur le contrôle des naissances pointe à l’horizon et que l’Humanité fête l’anniversaire de sa doyenne de 170 ans, 7 corps de mineurs avec une balle dans la tempe sont retrouvés sur une plage. Est-ce le retour des vagues de suicides de mineurs qui avaient ravagé le pays il y a 10 ans de cela ? L’enquête est confiée à un policier centenaire qui décide de demander l’assistance de Christa, mineure et seule rescapée des vagues de suicides de la décennie passée.

Y’a une jolie esthétique et la série pose des questions intéressantes, après comme souvent avec les séries de SF fr, le concept est pas exploité à fond parce qu’ils voulaient raconter une histoire précise, et c’est un peu lent et contemplatif. La fin est pas très intéressante malheureusement, ça c’est dommage.

Three Moments of an Explosion, de China Miéville

Recueil de nouvelles de China Miéville. Toutes sont plaisantes à lire, mais elles ne sont pas toutes aussi percutantes (y’en a dans lesquelles il ne se passe pas grand chose). J’ai beaucoup aimé The Dowager of bees (les possibilités de fanfictions sont infinies !), Design et Polynia, ainsi que plusieurs autres dont je n’ai pas retenu le titre. Globalement j’aime toujours autant les œuvres de Miéville.