Archives du mot-clé animation

Anomalisa, de Charlie Kaufmann

(SPOILERS) Film d’animation. Un écrivain de guides pour les gens travaillant dans les services à la personne, dépressif, se retrouve à Cincinnati pour une journée, devant y donner une conférence. Il tente des retrouvailles avec sa partenaire d’il y a dix ans, mais constate qu’il la perçoit comme tout le monde, avec la même voie et le même visage. Il trouve une femme qu’il perçoit différemment des autres, la séduit et couche avec elle, mais le lendemain, alors qu’il tente de lui imposer un comportement qui correspond à ses attentes à lui, il constate qu’elle se transforme lentement en la même personne que tous les autres. Comme souvent chez Kaufmann c’est pas très joyeux, les personnages sont tristes et rendent tristes les autres, mais c’est cool à voir néanmoins.

バケモノの子, Bakemono no ko, de Mamoru Hosoda

(Mamoru Hosoda a aussi réalisé La Traversée du Temps, que j’aime beaucoup). Film d’animation japonais, un garçon se retrouve accidentellement dans le monde des animaux, ou un des deux prétendants au titre de Seigneur des Bêtes le prend comme apprenti. Mais ce tuteur est lui-même auto-formé, désordonné et incapable d’élever un disciple. Cool film, avec un univers original et des relations assez peu stéréotypées entre les personnages, ça change.

Ponyo sur la Falaise, de Hayao Miyazaki

Pour un Miyazaki j’ai été un peu déçu. Les personnages sont attachants et la magie de l’univers trippant mais le scénario n’a pas beaucoup de sens, les randoms inserts de termes biologiques tombent comme des cheveux sur la soupe (« l’océan retrouvera sa richesse du Dévonien ! », « Elle a absorbé de l’ADN humain ! »), et je trouve l’animation de la mer et des vagues assez peu réussie alors que c’est au centre du film. Mais les deux enfants (Sosuke et Ponyo) ainsi que les petites vieilles de la maison de retraite sont trippants, et tous les personnages sont sympa.

Kubo and the two strings, de Travis Knight

Animé par le studio Laika, qui avait aussi fait l’excellent Coraline, et qui a surtout la particularité de faire de l’animation en stop motion avec des maquettes plutôt qu’en numérique. L’histoire est cool et originale (surtout au début, y’a quand même un moment où ça retombe plus dans les tropes de films de quête et où ça aurait pu être plus subtil, le film ouvrant des pistes pour une histoire où les « méchants » pourraient avoir des motivations complexes et finalement non ils sont juste méchants. Les retournements de situation sont prévisibles mais les blagues sont cool, l’univers beau et l’animation magnifique. Ça m’a pas mal fait penser à Zelda par certains côtés.

Mon Voisin Totoro de Hayao Miyazaki

Deux filles et leur père aménagent dans une nouvelle maison en bordure d’une grande forêt. Elles se rendent compte rapidement que la forêt abrite des esprits de la Nature. Le film est cool, il a le même esprit que Si tu tends l’oreille, cet espèce de description d’un été japonais qui s’étire pour les enfants (c’est un peu comme ça aussi que je vois la conclusion de Good Omens de Pratchett/Gaiman). La relation entre les deux sœurs est cool. et le film est cool et enjoué. Par contre je trouve qu’il pourrait totalement y avoir une version horrifique, où les esprits ne sont pas bienveillants, en changeant très peu au film (d’ailleurs Internet ne s’y est pas trompé, il existe des théories comme quoi Totoro serait un Dieu de la Mort et les deux héroïnes le voient parce qu’elles meurent au cours du film. Il existe aussi des trailers dans le style des films d’horreur.

Ghost in the Shell, de Mamoru Oshii

J’ai beaucoup aimé l’ambiance. L’univers est très bien présenté, ça passe par plein de petits détails (et une séquence de deux minutes sans dialogue où on te montre juste des petites scènes de la vie dans l’univers, certes). Des questions philosophiques relatives à la technologie, un bel univers bien présenté et plein d’architecture cool, des combats épiques, tout ce qu’il faut.

La Tortue Rouge, de Michaël Dudok de Wit

Dessin animé sans paroles. C’était très joli et assez étrange. Un homme se retrouve naufragé sur une île. Une tortue rouge détruit les radeaux qu’il construit. Il tente de tuer la tortue, mais elle se transforme en femme… Difficile de décider de ce qui est une hallucination ou le monde réel dans le film. C’est très poétique, très joli. Je trouve que la femme/tortue n’as pas trop de motivation propre et semble un peu une <i>manic pixie turtle girl</i> mais j’ai bien aimé le film quand même. Les passage en nuance de gris durant les nuits étaient vachement cools.

Vice-Versa, des studios Pixar

Les aventures des émotions dans la tête d’une fille de 11 ans. C’est un film pour enfants théoriquement, mais qui fait passer un message assez complexe sur l’importance des sentiments négatifs pour grandir, la perte, la maturité… Au niveau des techniques de cinéma y’a pas grand chose (un passage cool où les personnages rentrent dans une zone d’abstraction et se retrouvent en 2D, mais ça ne dure pas longtemps), mais le message et la réalisation sont bien faites.