Archives de catégorie : Around the World

Spéléologie

Deux sorties spéléo. Une à la grotte de la Verna, pour avancer dans le méandre Martine. Les photos ne sont pas de moi mais des deux spéléologues avec qui j’étais.

Stalagtite
Couronne de stalagtites
Grande salle de la Verna, aménagée pour la visite touristique (contrairement au reste de ce qu’on a fait)

Et un entraînement spéléo en extérieur, pour apprendre à progresser sur corde. Ça me plaît bien, je pense que je vais continuer (il faut que j’apprenne à équiper, puis il faudrait que j’aille plus souvent sous terre)

Corde entraînement spéléo
Arbre sur falaise

Un Livre des Pyrénées, de Kurt Tucholsky

Recueil de chroniques écrites en 1927 par un journaliste allemand qui traverse les Pyrénées d’Ouest en Est. C’est très drôle, de gauche (il râle sur la police, l’Église et les frontières), ça reste très actuel dans le rapport à la Nature, aux paysages, au patrimoine. J’ai beaucoup aimé, après je pense que ça s’apprécie d’autant plus qu’on connaît les lieux (il est dubitatif devant les Palois qui sont à fond sur Henri IV par exemple, ou encore il trouve que Lourdes c’est le mercantilisme de la foi).

Nancy 2020

Une semaine à Nancy avec des amis pour notre traditionnel rassemblement estival. Jeux de société, fabrication de confitures, lecture, une promenade le long de la Meurthe. C’était fort peu actif mais très bien comme ça.

Fenêtre
Salade de tomates
Coucher de soleil et antenne relais
Trouvé dans la forêt en allant chercher des mûres

Et le traditionnel bâtiment abandonné, le même quand dans un article de 2016.

Tréfonds, 65

Descente express en solo pour aller observer un coin du réseau qui pourrait être refermé bientôt. Des passages d’eau étaient prévus et la canicule se faisait sentir à l’extérieur, je suis descendu en tongs et maillot de bain, avec mes affaires dans un petit sac de plage. Je n’ai malheureusement croisé personne, alors que j’aurais pu lancer un tout nouveau style souterrain, inspiré de Paris Plages.

Homme qui danse (jérome mesnager)
Réservoir de la Vanne Côté du Couchant
Couloir au niveau d’un fontis
Escalier
Plaque commémorative de la consolidation
Escalier
Réservoir de l’Ouest § Réservoir de l’Est
Côté du Nord
Réservoir de l’Ouest § Réservoir de l’Est
Côté du Nord
(seconde plaque moins dégradée)
Puits en béton
l. 14 (numérotation des piliers de consolidation)
Fontis
h=11m85

Promenade parisienne

Une petite semaine à Paris, pour voir la famille, les ami.e.s, et se réapproprier un peu la ville (à chaque fois que je réarrive à Paris depuis la gare Montparnasse j’ai un petit mouvement de recul à base de « mais c’est bruyant, plein de monde et ultra dense et urbanisé », et il me faut le temps de retrouver les bons aspects). Une promenade sur les quais de Seine par grand soleil a aidé. J’ai retrouvé les séries de street-art que j’aime bien photographier et cataloguer, et Paris-plage ça avait l’air plutôt sympa sous ce soleil.

Mosaïque sur 2020, rue de Cluny
Morèje, jeu de piste 24 (rue des blancs manteaux)
C215, le Grand Siècle du Marais, François Couperin
Notre-Dame de Paris en réfection
Maisons médiévales
Tour Saint-Jacques
La Seine depuis sous le pont d’Arcole

Boucle dans la réserve du Néouvielle

Grimper le pic n’était que le début ! Nous sommes revenus au parking vers 15h. Là, nous avons récupéré tente et duvets, et nous nous sommes lancés dans une boucle à travers la réserve. Lac d’Aumar, col d’Aumar, lacs d’Estibère, et enfin lac du Gourguet où nous montons le camp pour la nuit (c’était d’ailleurs infesté de moustiques, je pense qu’on en a tué plusieurs dizaines chacun, et malheureusement peut-être nourri plus encore).

Le lendemain matin, poursuite de la boucle : abri de Port-Bielh, lac de Bastanet, lacs de Bastan, descente au lac de l’Oule pour le déjeuner, remontée au col d’Estoudou (montée bien rude en plein cagnard post digestion), retour au lac d’Aumar. Brève baignade, puis redescente au parking au lac d’Aubert, pour reprendre la voiture et rentrée.

C’était deux jours bien bien intense niveau effort physique, mais ça valait le coup en terme de paysages.

Lac d’Estibère supérieur
Le Néouvielle de loin
Massifs granitiques surplombant le lac du Gourguet
Lac de l’Oule en contrebas
Lac de l’Oule dans la longueur
Col d’Estoudou
Vue sur le barrage de Cap de Long
Lac d’Aumar

Ascension du Néouvielle

Petite activité du samedi. Avec G. nous nous sommes chauffés au vu des prédictions météo radieuses pour le weekend. Réveil à 6h, retrouvailles à la voiture à 6h40, deux heures et quelques de route, arrivée en vallée d’Aure, montée à la réserve du Néouvielle, avant 9h00 (à 9h30, la barrière vers le parking du haut ferme pour limiter la fréquentation).

Nous voici donc au lac d’Aubert. En vue, le Néouvielle, un des rares sommets dépassant les 3000 m dans les Pyrénées françaises (bon, je dis rare, mais y’en a quand même 189 si on prend les fr et les espagnols, mais y’en a une poignée de vraiment connus).

Une ascension réussie, avec plus de neige que ce qu’on pensait pour juillet (mais bon, le nom du Néouvielle (Neige vieille) vient de ses neiges ~éternelles, on aurait pu penser plus).

Lac d’Aubert
On attaque la montée
Premier nevé
La pente est dure mais la trace est droite
Avec même du social distancing !
Le pic du midi depuis le Néouvielle
Aiguille mineure
Vers Gavarnie et la brèche de Roland
Les lacs en contrebas