Archives de catégorie : Screens, thousands of them.

La Nuée, de Just Philippot

Virginie est une agricultrice qui s’est reconvertie dans l’élevage de sauterelles à la mort de son mari. Mais son exploitation périclite, les insectes ne se reproduisant pas assez, jusqu’au jour où elle découvre que le sang de mammifères est un formidable booster de croissance des orthoptères. Elle va alors cran hir de nombreuses limites éthiques l’une après l’autre pour assurer la survie de sa ferme et de sa famille.

J’ai beaucoup aimé le début du film, qui installe très bien l’ambiance, à la fois les éléments qui permettent une trame horrifique et un côté plus social de l’agriculture qui galère, du soutien et de la méfiance entre voisins, surtout envers cette activité non traditionnelle, et du rejet des enfants à l’école à cause de cette activité. J’ai aussi trouvé que la photographie était très belle, des plan superbes (notamment un où Virginie fumé une cigarette à contre-jour sur un crépuscule bleuté, avec la tache orange de la braise de sa clope). L’ambiance musicale est très réussie aussi, avec le crissement des sauterelles qui va s’intensifiant. Mais la deuxième partie du film – à partir du moment où tout est installé et que des sauterelles s’échappent de l’élevage – tombe dans un faux rythme. La tension s’élève puis retombe, les séquences se répètent, la menace que représente les sauterelles varie d’un moment à l’autre. C’est dommage parce qu’il y avait un très gros potentiel, les acteurs jouent très juste, mais le scénario ne sait pas gérer la partie horrifique/tension. Mais c’est prometteur pour les films suivants du réalisateur.

Titane, de Julia Ducournau

Film français de 2021, lauréat de la palme d’or. Alexia est une trentenaire qui a toujours été attirée par les voitures. Un soir, elle tue un homme qui la harcèle et fait l’amour avec une voiture. Commence pour elle une cavale où elle va devoir dissimuler son identité et se faire passer pour un garçon alors qu’une grossesse étrange modifie son corps…

C’est difficile à résumer, parce qu’il se passe beaucoup de choses dans le film. Je l’ai même trouvé un peu fouillis, avec plusieurs séquences qui auraient chacune pu être un film entier. C’est clairement un film qui parle du rapport au corps, de body horror et de transformation (Ducournau cite Cronenberg comme une de ses inspirations et ça se voit). La protagoniste passe son temps à faire ou voir son corps changer (le personnage de Vincent Lindon aussi a un rapport torturé à son corps, qui présente un contrepoint intéressant). Le scénario aussi subit des changements brusques, avec des virages brusques que l’on n’attend pas et qui laissent un peu frustré d’une conclusion de la partie précédente. Visuellement ça en met plein la vue, avec des séquences très réussies (la fête dans la caserne de pompiers notamment, en terme de couleur, d’éclairage, de renversement de l’ambiance ; les séquences de feu aussi). Gros travail sur l’ambiance sonore aussi, avec une très belle bande son.

Je pense que j’avais préféré Grave en terme de cohérence thématique et d’ambiance générale, mais il y a beaucoup d’éléments intéressant dans Titane. Je recommande si vous êtes à l’aise avec le body horror et les séquences de violence graphique.

Article invité : Le Sauvage, de Jean-Paul Rappeneau

Le Jour et la Nuit en mieux, Le Misanthrope en moins bien ?

Avertissement : Si le divulgachage vous dérange, évitez de regarder ne serait-ce qu’un résumé de trois lignes (à part le mien) parce qu’ils contiennent tous d’importants spoilers.

Caracas, dans les années 1970.

Nelly (Catherine Deneuve), française, la petite trentaine, s’échappe la veille de son mariage. Poursuivie par son fiancé italien (Luigi Vannucchi) et bientôt par son ancien patron américain (Tony Roberts), elle tente désespérément de rentrer en France.

Martin (Yves Montand) est venu quelques jours à Caracas pour récupérer une gazinière, ce qui est tout de suite moins épique. Il occupe la chambre d’hôtel adjacente à celle de Nelly, et se retrouve mêlé à la fuite de cette dernière à son corps défendant.

Le film comprend deux parties principales : l’une à Caracas, avec force courses poursuites et action, et l’autre sur l’île où habite Martin, plus intimiste.

Je suis mitigée mais j’ai quand même globalement bien aimé. C’était parfois trop long ou bizarrement rythmé, et le genre est un peu bâtard (comédie mais avec des passages plus noirs), ce qui ne constitue pas forcément un problème en soi, mais ce qui ici donne ponctuellement l’impression que le réalisateur ne savait pas toujours ce qu’il faisait. Le scénario est pas mal, avec des retournements inattendus, certains un peu grossiers, d’autres vraiment intéressants.

Je trouve toutefois qu’Yves Montand n’est pas très bon, et surtout pas très crédible en objet de désir. L’article wp explique qu’il « était inquiet que son personnage soit dominé par celui de Catherine Deneuve »,* et ça se ressent à l’écran à mon avis.

Catherine Deneuve au contraire est excellente en fille libre et débrouillarde qui a de la suite dans les idées. D’ailleurs le titre français est bien pourri, je préfère à la rigueur le titre anglais (Lovers like us) et surtout allemand (Die schönen Wilden, c’est-à-dire « les Beaux Sauvages »), le film n’étant pas spécifiquement centré sur Martin.

Viens ravager notre île Catherine ! Dérobe nos tableaux de maître ! Mets le feu à notre maison coloniale !

Sinon, j’aime beaucoup le cœur du film, la rencontre de deux personnes très différentes qui sont insatisfaites de leur vie et tentent activement de la transformer, et en assument les conséquences. Mais je trouve que la thématique aurait dû être davantage creusée, ainsi que celle des dynamiques du désir (Nelly qui passe de proie à prédatrice notamment).

Quoi d’autre ? Les décors sont beaux, certaines scènes marquantes, la musique de Michel Legrand est la musique de Michel Legrand, globalement c’est agréable à regarder. Ça vaudrait le coup d’en faire un remake, mais d’un autre côté ce serait triste sans Catherine.

Cette interview avec le réalisateur est intéressante : https://www.cinematheque.fr/article/1285.html

* C’est assez intéressant comme test de féminisme pour un acteur, puisque Belmondo avait les mêmes réticences que Montand avant le tournage de Léon Morin, prêtre. Apparemment, jouer un homme qui résiste aux avances d’une très belle femme ce n’est pas viril.

Un peuple et son roi, de Pierre Schoeller

Film français de 2018. On suit une partie de la Révolution française, de la prise de la Bastille à la mort de Louis XVI. Le film suit à la fois les débats de l’Assemblée (nationale puis constituante) et le point de vue de parisien.nes du peuple : une lavandière, un souffleur de verre et un ancien paysan qui les rejoint en montant à Paris lors du retour du roi depuis Varennes. On suit notamment l’évolution des sentiments envers le roi, de « il faut lui faire quitter Versailles pour qu’il comprenne la réalité du pays, il est mal conseillé » à « il doit mourir pour que la révolution vive ». On voit les débats de l’Assemblée sur ce sujet, le vote solennel, les différents points de vue politiques, les moments de violence.

J’ai beaucoup aimé, c’était bien filmé et très intéressant. C’est difficile d’un point de vue de néophyte de juger de la réalité historique, mais ça avait l’air réaliste en tous cas, et ça recoupait d’autres récits qui je connaissais (mes souvenirs de cours, la bande dessinée Révolution, la série Netflix…)

Loki, de Michael Waldron

Série Marvel sortie en 2021, assez décevante. Loki, dieu de la malice et antagoniste des héros dans les films Avengers, est capturé par une organisation en charge de veiller à ce que l’histoire de l’univers se déroule telle qu’elle est censée se dérouler. Il est censé aider à chasser une version déviante de lui-même mais se retrouve rapidement à se demander qui a créé cette organisation et quels secrets elle cache.

Y’avait de bons éléments et l’esthétique de la TVA et du générique est cool. Par certains côté il y a une petite vibe Doctor Who : on peut voir l’ensemble du temps et de l’espace et les personnages courent beaucoup. Mais il y a aussi beaucoup beaucoup beaucoup trop de dialogues statiques, et un rythme très très inégal. Le final est particulièrement décevant, rien n’est résolu, c’est juste un prologue à une saison 2/de nouveaux films.

Wendy, de Benh Zeitlin

Adaptation de Peter Pan sorti en 2021. Wendy est la fille d’une famille pauvre du Sud des États Unis. Petite, elle voit un enfant sauter sur un train où une figure mystérieuse l’accueille, et disparaître. Elle devient fasciné par les trains qui passent sous les fenêtres de sa chambre et des années plus tard, elle embarque avec ses deux frères sur un train. Elle y rencontre Peter, un enfant qui refuse de grandir qui va l’amener sur une île où il vit libre avec une tribu d’enfants qui ne vieillissent jamais… Bon, l’histoire de Peter Pan quoi. Mais l’adaptation de Zeitlin est fort réussie. Le contexte est modernisé, certains éléments sont supprimés : les fées, le crocodile. On voit la genèse du capitaine Crochet concomitante au séjour de Wendy sur l’île et comment il devient un adversaire de Peter, d’abord réel puis narratif. Les fées et les sirènes (et le rôle de Wendy dans l’histoire originelle) sont mixées en une seule créature, la Mère, une baleine magique qui protègerait les enfants de l’île. Le fait de faire des pirates des enfants perdus qui n’ont pas réussi à ne pas vieillir est intéressante et explique leur opposition à Peter, là où c’était un donné dans l’histoire originelle.

Après il y a tout ce qui est propre à l’univers de Zeitlin, avec des acteurs jeunes qui sont lâchés dans la nature, ce qui rend très bien avec l’histoire de Peter Pan (prochaine adaptation, Sa Majesté des Mouches ?), et le côté communauté pauvre, que l’on retrouve à la fois dans la famille de Wendy et chez les pirates.

Globalement j’ai bien aimé.

In the earth, de Ben Wheatley

Film anglais de 2021. En sortie de confinement, un scientifique anglais part sur un site de recherche au cœur d’une vieille forêt anglaise. Accompagné d’une ranger du parc, il s’enfonce à pied dans la forêt pour rejoindre le site. Mais alors qu’ils campent à mi-chemin, ils se font agresser par des inconnus qui détruisent leurs moyens de communication et leur volent leurs chaussures. Partant de là, les choses vont continuer à partir en latte, et les deux protagonistes vont perdre le contact avec la réalité et un fonctionnement logique des choses.

J’ai pas mal aimé. Y’a des longueurs et des éléments bizarres, même en terme de montage parfois y’a des cut to black étranges, un pour lequel on s’est même demandé si c’était pas un bug du fichier. J’ai notamment aimé tout le parallélisme qui est fait entre l’approche ésotérique et l’approche scientifique : les protagonistes tombent sur deux personnages qui prétendent comprendre ce qui se passe dans la forêt en utilisant des clefs de compréhension présentées comme opposées, mais finalement leur relation aux protagonistes va être la même, et leurs approches mêmes converger. J’ai bien aimé aussi tout le côté psychédélique et le travail sur l’image pour faire ressentir aux spectateurs les changements de perception, avec une bande son électronique qui est à la fois intra et extradiégétique puisque un des persos fait des expériences sur la perception sonore. L’horreur reste finalement assez légère : il y a quelques passages légèrement gore, mais on a plus l’impression d’un film qui s’approprie par moment les codes du film d’horreur que d’un film d’horreur en soi. La fin reste ouverte (ainsi que l’interprétation des phénomènes), c’est plutôt réussi.

Спутник (Spoutnik), d’Egor Abramenko

Film de science-fiction russe de 2020. Dans les années 80s, une mission spatiale soviétique revient à Terre avec seulement un des deux astronautes vivant, et amnésique. Appelée par les autorités militaires pour l’examiner, une neuropsychiatre va découvrir qu’une créature extraterrestre vit dans le corps de l’astronaute…

La bande-annonce vendait ça comme un truc un peu horrifique à la Alien, c’est en fait très peu le cas. J’ai été assez déçu par le scénario qui n’a du coup pas beaucoup d’intérêt : beaucoup de twists mais c’est juste que tout le monde cache un truc, sans que ces twists n’apportent grand chose à l’histoire globale in fine.

A part l’héroïne tous les personnages sont moralement ambigus, ce qui est plutôt bienvenu (le dernier film russe que j’avais regardé, Attraction, les militaires étaient tous gentils et intègres, au moins la propagande US est un peu plus discrète). Les effets spéciaux et la reconstitution d’époque sont réussis aussi, mais bon, ça ne compense pas le manque de scénario/tension…

Cruella, de Craig Gillespie

Film Disney de 2021, qui revient sur les origines de l’antagoniste des 101 Dalmatiens.

Il y avait des passages intéressants, mais globalement le film est trop long : il dure 2h13 et il aurait dû tenir en 1h30. Beaucoup de détails, de digressions. Franchement toute la partie avant que Cruella ne soit engagée chez House of Baronness aurait dû être expédiée beaucoup beaucoup plus vite. Sa double vie de styliste punk indépendante et subalterne chez Baronness est réussie, les happenings sont bien mis en scène, et c’est vraiment ça qui aurait dû représenter l’essentiel du film. Toute la vengeance finale prend à nouveau beaucoup de temps, avec les révélations familiales multiples dont les enjeux ne sont pas passionnants. Les références au dessin animé sont aussi très lourdement amenées, c’est du fan service assez gratuit.

Cruella et la Baronne sont très bien jouée, leur dynamique marche bien (même si c’est un sacré rip-off du Diable s’habille en Prada, comme le fait remarquer MNL), y’a une jolie esthétique dans les scènes qui se passe dans le milieu de la mode, mais sinon c’est boursouflé.

Promising Young Woman, d’Emerald Fennell

Film US sorti en 202[0/1]. Cassie est une femme qui passe ses soirées à faire semblant d’être alcoolisée dans les clubs de sa ville, pour tester le comportement des hommes qui vont voir en elle une cible facile, et leur défoncer la gueule le cas échéant. Elle tombe un jour dans le cadre de son travail de jour sur un ancien camarade de promotion datant de l’époque de ses études de médecine. Elle apprend à cette occasion le retour aux États-Unis de l’homme de sa promotion qui avait violé sa meilleure amie. Elle décide alors de mettre un branle un plan de vengeance en plusieurs parties.

C’est un film de rape and revenge avec des twists et une approche plus féministe, mais ça reste un film de rape and revenge et je trouve ça pas incroyable comme genre de base. Ici, j’ai été déçu par l’approche psychologisante du sujet du film. Alors que ça démarrait bien, avec une femme qui prend un rôle de vigilante, finalement elle fait ça non pas pour des raisons structurelles mais pour venger son amie (alors oui on peut faire les deux à la fois, mais là dans les faits elle décide de se focaliser entièrement sur la vengeance au bout d’un moment). De plus, le film la montre n’ayant aucune vie sociale ou personnelle en dehors de sa vengeance. Ce n’est que quand elle tente d’abandonner sa quête qu’elle s’autorise une relation sentimentale (et qui du coup est montrée comme une relation totalement clichée – même si la relation est déconstruite plus loin dans le film, je pense que ça aurait été plus intéressant vu le sujet de montrer une relation où les enjeux de consentement sont plus présents tout du long).
L’esthétique du film est aussi très consensuelle, avec des couleurs pastels, de la violence esthétisée, j’aurai bien voulu vu le sujet quelque chose de plus tranchants sur ce point (là aussi, je vois qu’on est dans la subversion des tropes de la comédie romantique, mais ça ne me convainc pas énormément).

Après, c’était bien de faire un film sur ce sujet qui évite la nudité féminine et qui pointe à plusieurs reprises le côté structurel des problèmes (les institutions qui ignorent les soucis et préfèrent préserver la carrière des hommes que les femmes, les hommes qui se soutiennent et se protègent entre eux…) La bande son était assez réussie aussi, même si elle joue bien à fond la carte des reprises en mode mineur. Mais bon je reste quand même globalement pas très convaincu par le film.
OC a davantage aimé, peut-être une contre-revue de sa part ?