Archives pour la catégorie D, Obi-wan Nairobi.

Travail de la Terre et Tournoi de Tarot

Bon, bon, bon. Je n’ai pas posté depuis un certain temps (l’ouverture du blogueur qui ne va rien dire dans le post et attendre encore deux semaines avant d’en écrire un autre)

Que vous dire ? Les essais aux champs n’ont jamais été aussi proches (pour rappel, ils vont durer trois mois et je pars dans un mois) : on a délimité les parcelles, commencé à couper les filets, sarclé le terrain… Mais bon, c’est toujours pas transplanté, et visiblement mon expertise en travail aux champs est nécessaire pour que la moindre manœuvre se fasse. Étant donné que les gens avec qui je travaille passent leur temps à faire ce genre d’essai et que c’est mon premier, j’aimerai un peu d’initiative de leur part (et en plus, à donner les ordres en tant que blanc qui n’y connait rien aux mecs qui font ça depuis dix ans, je me sens tout sauf légitime.)

Sinon hier soir nous sommes allés (« nous » étant Babar, sa thésarde Janis Joplin, arrivée dimanche et ici pour deux mois, et moi-même) faire un tarot chez un ami de Babar. Avec ma tendance à la sociabilité j’y suis allé en trainant un peu des pieds, mais au final ce fut une super soirée. Le rhum arrangé n’a rien gâché. Et puis j’étais un peu en mode « J’en ai marre je veux rentrer », ça m’a remonté le moral. Et il semblerait que je m’améliore enfin en tarot.

Sinon j’ai vu Django Unchained, j’ai revu le Nom des Gens et j’ai commencé la série In Treatment.

Famille d’accueil

Bon, il est peut-être temps que je parle un peu de celleux que je côtoie quotidiennement, la famille de mon maitre de stage. Pour préserver leur anonymat, leurs noms seront remplacés par ceux de la famille du roi des éléphants.

Ils ont quelques années d’Afrique derrière eux puisqu’ils ont connu le Tchad, la Côte d’Ivoire et le Bénin. Ils ont été rapatriés quand les situations sont devenus un peu trop explosives, ils sont basés sur Montpellier quand ils sont en France. Babar et Céleste fêtent aujourd’hui leurs 22 ans de mariage, donc joyeuses noces de bronze à elleux. Ils passent leur temps à se chamailler et à s’asticoter l’un l’autre, c’est mignon ils ont l’air d’être juste marrié-e-s.

Babar est donc chercheur au CIRAD, parmi les derniers qui auront connu la facette développement et expatriation du CIRAD, comme il aime le dire. Il a pas mal bougé, comprend bien l’anglais mais le parle avec un accent bien français (bah oui, il a surtout été en Afrique de l’Ouest, francophone).
Céleste parle bien mieux anglais : elle a vécu un an en Floride, ça aide. Elle est artiste, toujours des tas de projets en cours, participe au journal des francophones de Nairobi, dessine, sculpte…
Tous deux sont de gros lecteurs et plus généralement de gros consommateurs de culture : la maison est remplie de CD, de DVD, de livres et de mangas. J’ai notamment toutes les adaptations filmées des Jane Austen sous la main. De manière générale nous avons des intérêts convergents mais complémentaires, ce qui fait que mon disque dur externe a été un apport bienvenu.
Un autre point qui vaut le coup d’être mentionné est qu’els sont très friand-e-s de jeux de société : tarot, carrom, Dragon Vert, Scopa, Donjons & Dragons, Colons des Catanes, Scrabble… Il y en a pour tous les goûts. À la base c’est pas trop ma tasse de thé, mais à Rome je fais comme les Romains, et je dois dire que je m’amuse bien. J’ai fait mes premiers scrabbles (FIERTÉ), j’ai gagné des (bon, une) partie de tarot, j’affine mon carrom (on a pas du tout le même set de règles, mais on fait avec).

Les enfants, maintenant.
Alexandre, l’ainé, est en université à Rennes. Il est venu voir ses parents pour les vacances de Noël, et est reparti hier soir. Il est très sympa, le courant est bien passé, il dort beaucoup. En cinq jours j’ai pas grand chose de plus à dire.
Pom, le second, est au lycée français de Nairobi. Il envisage une université parisienne pour l’année prochaine, fait de la canne de combat, va escalader le Mont Kenya avec sa classe, joue en ligne et est ravi que je lui aie passé les Sherlock et les Misfits. Il fait pas mal de jeu en ligne, LoL, Guild Wars…
Enfin, Flore, la dernière, est aussi au lycée Denis Diderot. Elle envisage une école anglaise l’année prochaine, pour améliorer son anglais, être plus proche de la maison et avoir une meilleure ambiance de classe. Elle regarde beaucoup de films, est la seule de la maison sans ordi personnel, ce qui la frustre un peu, elle dessine et accumule des cahiers de culture et trivias.

On peut aussi compter dans la famille le « personnel de maison », que l’on nommera Luke, Léia et Han (mais aucune relation familiale ou amoureuse n’est impliquée ici). Luke, le gardien, doit avoir dans les 55 ans. Il fait l’intendance, le jardinage, vaguement le gardiennage (mais il y a aussi les gardes d’une société privée). Léia, la cuisinière, fait une excellente soupe potiron/gingembre dont je suis déterminé à me procurer la recette. Elle a aussi une technique de cuisson du riz qui est bien meilleure que tout ce que j’ai gouté comme riz jusqu’alors et qui ne laisse pas d’eau dans la casserole. A acquérir aussi.
Enfin, Han Solo, le chauffeur, a 28 ans, une femme et une fille. Je discute avec lui durant les trajets pendulaires (on est tous les deux devant pendant que Babar bosse sur son ordi à l’arrière). On discute politique kenyane, circulation, émissions qui passent à la radio, cout de la vie au Kenya et en France…

Et a priori je quitterai ce cocon bien douillet qui me donne l’impression de vivre à nouveau chez mes parents d’ici quelques jours pour me mettre en coloc avec Rataxes, un thésard français qui bosse aussi à l’ICIPE. Mais je compte bien revenir sur les weekends pour emprunter des mangas et des films, et pour jouer le support technique informatique, échanger des séries et jouer au tarot.

les personnages StarWars ont été éhontément volés sur le DeviantArt de leapylion3
les personnages StarWars ont été éhontément volés sur le DeviantArt de leapylion3

Nairobi : réflexions secondes.

Je ne connais pas encore très bien la ville, j’ai surtout vu la gated community et la route vers l’ICIPE (mon lieu de travail), mais quelques réflexions tout de même.
Premièrement, c’est grand. C’est bête mais je m’attendais à quelque chose un peu comme Pondichéry (on se raccroche au familier, tout ça) ; assez logiquement, une capitale d’État n’a pourtant pas grand chose à voir avec une petite ville de province. Mes trois minutes de scooter ont été remplacées par vingt minutes de voiture pour faire le trajet jusqu’au boulot. (Bon, aussi je pourrais être logé plus prêt si je trouve une colocation).
Le trafic à l’air très très bordélique (l’ECR c’était de la petite bière). Un concept assez ouf : l’autoroute à quatre voies dans chaque sens … avec passage piéton. Ca surprend au début.
Un truc très particulier aussi, c’est le ciel. C’est très certainement un gros cliché, mais les cieux d’Afrique sont différents de ceux d’Europe. Différence que je n’avais pas captée à Pondichéry en revanche. On a l’impression que le regard porte plus loin, que le ciel est immense et les nuages gigantesques. Aussi, c’est très vert (et un peu violet, parce que y’a des jacarandas partout (Il y aura des jacarandas et des banyans dans le jardin du manoir que je possèderai quand je serai grand). Il fait notablement plus froid qu’en Inde, et on (=je) n’envisagerai pas de dormir sans couette. Ce qui s’explique par le fait que Nairobi soit à 2000 mètres d’altitude, caractéristique qui se ressent aussi quand on essaye de piquer un sprint.
Aujourd’hui j’ai vu un garde avec une machette en train de vérifier si y’avait du courant qui passait dans les fils surplombés par des barbelés.

Sinon, il y a quelques points qui rappellent l’Inde. J’ai déja parlé des samossas et du simili-tchaï, mais cela ne s’arrête pas là. En effet, dû à la forte présence indienne, on trouve aussi des temples hindous à Nairobi, et un des chercheurs avec qui je travaille est indien (et hindou, au vu de la marque sur son front). Le séjour en Inde me donne d’ailleurs la capacité de comprendre quand il parle (très très vite), c’est toujours utile.

Sinon une photo qui ne vous renseigne en rien :

En fait, c’est même un double rainbow

First impressions of Nairobi

Quand j’ai repris ce blog pour y narrer mon intermède américain cet été, son sous-titre de l’époque, « Samossas & automates à pile », me semblait ne plus être très adapté. Je l’ai donc remplacé par l’actuel « Décalage horaire & chocs culturels » qui, s’il me semblait moins fort, me paraissait aussi plus adapté. Cette décision était peut-être un peu hâtive. En effet, aujourd’hui nous sommes allés prendre un thé avec Joseph, le chauffeur de la maison, et l’on nous a apporté une tasse de lait chaud avec un sachet de thé, c’est-à-dire un chai en devenir (le chai étant le thé indien, avec en plus du gingembre et des épices). Joseph a accompagné son thé d’un samossa, en faisant le petit déjeuner indien typique.
Je devrais donc revenir sur ce changement de sous titre, et peut-être pour prendre en compte les particularités du Kenya, choisir quelque chose comme « Samossas & kalachnikovs », puisque tous les militaires autour des bâtiments officiels en portent une négligemment passée en bandoulière. Ou encore « Samossas et embouteillages », puisque cela semble être la caractéristique principale de Nairobi.
J’ai fais mes débuts à l’ICIPE où je conduirais mes essais labo dans les mois à venir, j’ai commencé à rencontrer les gens et à discuter mise en place des expériences.
Je me suis aussi inscrit sur Ariane, le site du Ministère des Affaires Étrangères pour le suivi des français à l’étranger. Donc en cas de crise au Kenya, l’ambassadeur vient me chercher en personne en hélicoptère.
Sinon, je devrais rapidement avoir un numéro kényan, et je vais voir si je peux me mettre au swahili.

Au cas où mes talents picturaux ne vous parlent pas, il s’agit du drapeau kényan avec les couleur du drapeau indien.

Saison 3 : Kenya

Bien arrivé à Nairobi.
Pour le moment je suis hébergé par mon maitre de stage, qui vit dans une gated community. On est arrivé de nuit, donc je n’ai rien vu de Nairobi mais je compte bien m’y mettre dès demain.
Le voyage s’est bien passé, KLM essaie visiblement d’engraisser ses passagers, j’ai lu un Zola, j’ai survécu aux trois avions (Montpellier-Paris-Amsterdam-Nairobi) dont le premier à 06h45, et il est temps d’aller dormir.