Archives par mot-clé : politique

Les Métropoles Barbares, de Guillaume Faburel

Livre d’écologie politique sur la transformation des grandes villes en métropoles. Ce que l’auteur entend par ce phénomène, c’est à la fois une extension spatiale, mais surtout l’acquisition de marqueurs spécifiques (quartiers d’affaires, stade multisport et accueil d’une compétition sportive reconnue, branding de la ville, centre historique rénové…) qui sont supposé être attractifs, et rendre la ville à la fois possédant les marqueurs génériques permettant de prétendre être dans les villes qui comptent, et démarquée des autres à l’échelle européenne ou internationale (en elle même et pas en temps que ville générique de tel ou tel pays). Les métropoles se conçoivent comme des « firmes territoriales » qui doivent faire connaître leur produit et gagner des parts de marchés (sur le marché des fameuses « classes créatives » notamment). Les villes seraient alors les territoires créateurs de (et concentrant là) richesse qui ruisselleraient sur les campagnes environnantes.

Pour l’auteur, la partie « concentration de la richesse » est bien plus pertinente que celle de création : les métropoles sont les seuls endroits restants où les taux de croissance permettent de dire que la course à la croissance du néolib à un sens, mais ça se fait à coup de subventions et de mise sous le tapis (ou de délocalisation) des externalités. Les métropoles pour maintenir cette croissance doivent forcément croître elles-mêmes et mettre en avant la vitesse de déplacement et les réseaux de transport (la « valeur mobilité »). On pousse à l’accélération des rythmes, à l’exploitation de tous les moments : wifi dans les transports, développement de l’offre de divertissements nocturnes type clubbing, poussé par des politiques d’extension des horaires de transport et un assouplissement des normes sur le tapage nocturne, les horaires d’ouverture…

Le branding des villes va mettre en avant des spécificités territoriales, des monuments emblématiques, en les repackageant pour les rendre facilement consommable, en mode « pop histoire » ou street art subventionné et pas trop contestataire et relativement propre sur lui. Gros accent aussi sur les infrastructures et compétitions sportives, les valeurs sportives étant fortement solubles dans le discours néolibéral (« se dépasser », tout ça). Les actions de métropolisation des villes se font le plus souvent via des PPP, avec des services publics sous-traités ou gérés selon le New Public Management. Gros décifit démocratique aussi dans les millefeuilles administratifs des regroupement de commune qui est intrinsèque à la métropolisation à la française. Avec en plus un vernis de consultation publique sur les projets, qui est très souvent du crowdwashing bien plus que des vraies consultations.

Les réaménagements des villes mettent souvent aussi en avant des valeurs écologiques (densification du bâti, toitures végétalisées, pistes cyclables et al), mais servent sortout à faire de la revalorisation immobilière permettant de dégager une plus-value, et de gentrifier. Les classes populaires repoussées en périphéries qui doivent venir travailler en ville prennent + de transport, ce qui ne va pas vraiment dans le sens d’un bilan écologique favorable. Les villes en décroissance et les villes moyennes sont pour l’auteur largement plus écologiques que les métropoles se densifiant et affichant un discours vert.

Au delà de ce discours sur le municipalisme et l’attraction des pôles métropolitains portés par les pouvoirs publics et les cabinets d’architectes, les Français.e.s sondé.e.s manifestent au contraire une attraction pour la vie de village ou périurbaine. Le bout de jardin, un rapport à une nature restant un peu sauvage (vs les parcs urbains) et la vie sociale de village sont des éléments particulièrement attirants. Le discours sur les métropoles comme les lieux par excellence de mélange des cultures et de l’allégement du contrôle social de tous par tous (par opposition au « petit village où tout le monde se connaît ») est aussi selon l’auteur surtout un discours portés par celleux qui ont intérêt à promouvoir les métropoles, et principalement incantatoire.

Cette première partie sur les métropoles elles-même m’a pas mal convaincu. Vient ensuite une partie sur les alternatives et les choix de vie en dehors des métropoles (écolieux et autres), que j’ai trouvé moins solide et plus jargonnante.
Le point de l’auteur est que dans les villes, le pouvoir est trop figé dans des grosses structures captés par les professionnels de la politiques et par le lobbying, ainsi que figés dans des normes ne permettant pas d’avoir de vraies alternatives : les tiers-lieux urbains servent bien souvent, avec les conventions d’occupation temporaire, à permettre aux autorités diverses de garder la main sur un lieu bien mieux que s’il était squatté, et de faire leur projet à leur sauce à la fin. Les contestation type Nuit Debout n’arrivent pas non plus à construire quelque chose de pérenne, faute de pouvoir littéralement construire qq chose et en absence d’une capacité à s’insérer dans les formes légales de fabrication de la loi (l’auteur reprend la formule du Comité Invisible sur Nuit Debout, qui serait « un Parlement Imaginaire dépourvu d’exécutif »). Les vraies alternatives ne pourraient alors ne se développer qu’à la campagne (avec évidemment l’exemple des ZADs, où il est possible de mettre en place un habitat low-tech, auto-construit, et des formes de sociabilité autogérées. A considérer par rapport au bâti urbain et a fortiori métropolitain, très normé et évoluant surtout par coup d’éclat architecturaux commandités et financés par les autorités).

Parlement, de Noé Debré

Série humoristique sur le fonctionnement du Parlement Européen. C’est multilingual et plutôt bien filmé. La première partie est bien, elle réussit à être pédagogique sur l’UE sans être trop didactique et en restant drôle. La série n’hésite pas à taper sur les différents gouvernements et pays-membres de l’UE. Par contre la deuxième partie s’enlise dans les tentatives de séduction du héros sur une de ses collègues, ce qui ne fait une histoire ni très intéressante ni très originale, c’est dommage. Les épisodes 9 et 10 relèvent un peu le niveau, mais la série gâche trop de temps sur cette romance de façon globale.

Mention spéciale au personnage d’Eamon, le fonctionnaire impassible fan de Sénèque, et à celui d’Ingeborg, l’opposante politique impitoyable.

Confinement et conséquences

Well well well, here we are again. Un événement bouleversant, et mon mécanisme de vouloir lire tout ce qui est publié sur le sujet pour tenter de mieux comprendre se réactive.
Je vais recenser ici les liens et textes que je trouve les plus intéressants, histoire que ça ne reste pas que dans ma tête. Je vais publier en l’état, actualiser au fur et à mesure, et potentiellement remanier l’article pour faire des catégories, rajouter mon ressenti personnel de la situation.

Sur l’épidémie elle-même :

Sur la gestion de la crise par le gouvernement :
Je suis très en colère contre ce gouvernement. Je veux dire, j’étais déjà bien vénère contre elleux avant le début de la crise sanitaire, mais là on atteint un niveau où ce n’est plus seulement une colère sur le plan intellectuel mais un truc qui vient des tripes. Il y a une arrogance, une nullité dans la communication, un refus de reconnaître leurs erreurs, leur méconnaissance du sujet, qui dans cette situation est criminelle.

Sur les différences de vécu de l’expérience du confinement, et leurs médiatisations :

  • Parodie de journal de confinement :

Confinement et santé mentale :

Santé mentale toujours, un article de La Croix : Confinement : « Il est indispensable de maintenir une sociabilisation ». En résumé, garder une structuration temporelle de la journée, limiter son exposition aux infos sur la pandémie à certaines plages horaires, maintenir une sociabilité sous les formes qu’on arrive à lui faire avoir. AJOUT 16/04

Divers :

  • Survivre au virus – une méthode anarchiste, sur Mars-infos auto-organisation face à l’urgence sanitaire
  • This Is Not the Apocalypse You Were Looking For, de Laurie Penny, sur Wired
    Les représentations culturelles de l’apocalypse ne correspondent en rien à ce qui nous arrive.
  • Humans are not the virus. Don’t be an ecofascist, sur wearyourvoice.
    L’article est intéressant en soi, mais je suis pas convaincu par le terme écofascisme. Jean-Baptiste Fressoz affirme que pendant qu’on fantasme un écofascisme, on est actuellement beaucoup plus sur des dérives autoritaires qui vont de pair avec la promotion de l’industrie lourde, et que la vraie menace reste le thermofascisme. Quand on vous vend parle d’écofascisme, on cherche à trouver des aspects positifs à un fascisme dont le programme sera bien plus le fascisme que l’écologie, et promouvra sans souci l’industrialisation pour ses happy few. Bref c’est du greenwashing du fascisme, rien de plus profond.
  • Les quatre scénarios pour l’hégémonie politique du «monde d’après» sur Mediapart. Article dense qui explore les possibilités d’évolution politique : néolibéralisme-zombie (on continue comme si de rien n’était avec une couche de santé-washing en plus), néoillibéralisme (plutôt que vraiment du fascisme, qui supposerait d’effacer l’individu derrière l’Etat, un mélange d’individualisme et de démocraties autoritaires), réformisme mou à la PS-EELV (les auteurs parlent de gauche élitaire) ; ou enfin (le plus enthousiasmant mais clairement pas le plus probable) un scénario de gauche inclusive. (AJOUT 29/05)

C’est tout pour le moment, je rajouterai des trucs au fil de mes lectures, et j’essayerai de développer un peu plus mon analyse propre au delà de la liste de liens. On verra.

https://open.spotify.com/playlist/4XAUUnZ8vaJG5bP1icktbE
L’intégration des liens spotify semble mystérieusement cassée, un lien le temps que Spotify et WordPress se remettent d’accord.

Nous n’irons plus aux urnes, de Francis Dupuis-Déri

Plaidoyer en faveur de l’abstention, comme le dit le sous-titre. Ça part dans pas mal de directions. Les points qui m’ont semblés les plus intéressants que j’en ai retenus :

  • On reproche aux abstentionnistes de risquer de faire élire les mauvais·es candidat·e·s. Ça suppose qu’il y en ait de bons, et c’est quand même un reproche qu’il serait un peu plus pertinent d’adresser aux votant·e·s qui ont fait le choix en question. Au contraire, une forte participation légitime l’élection, du coup l’abstention est tout à fait raisonnable si on considère que tous les choix sont insatisfaisants, et encore plus si on considère que le mécanisme même de l’élection de représentant·e·s à mandat non-impératif n’est pas bon comme système politique (ce qui est très fortement le point de vue de l’auteur : voter une fois tous les 5 ans pour une personne et non un programme, dans un contexte ou l’électabilité est réservée aux classes supérieures, dépend du fait d’avoir de l’argent et est très fortement influencée par une presse détenue par un oligopôle de milliardaires, n’est pas du tout démocratique à son sens, même si tout le monde dans le système se gargarise du mot démocratie. Parler d’aristocratie élective serait plus juste.
  • On est incité depuis l’enfance, avec les élections de délégué·e·s, les Parlements des enfants et autres mesures, à considérer l’élection de représentants comme la bonne façon de gérer une démocratie. Même si on élit dans ce cas des représentants pour de faux, sans pouvoir d’action concret : l’important est d’apprendre à se déposséder du pouvoir politique : à l’échelle d’une classe, pourquoi a-t-on besoin de délégu·e·s ? On peut très bien faire de la démocratie directe avec une assemblée générale sur les heures de vie de classe, pour gérer les questions qui concernent la vie du groupe.
  • On retrouve souvent à gauche l’argument de la double stratégie pour faire changer la société : participer au processus électoral pour avoir une légitimité et faciliter l’installation des idées défendues dans le débat public, et travailler en dehors du processus électoral : grèves, manifestations, autres actions… Les deux allant de concert. Sauf qu’en fait ça ne marche la plupart du temps que dans un seul sens : la participation aux élections voire aux instances de gouvernement prend du temps, de l’énergie, des moyens qui pourraient être consacrés au militantisme plus direct. A l’inverse les partis ou instances gouvernementales soutiennent peu les syndicats et actions qui leur sont extérieurs. En participant aux élections, on les légitime donc sans gagner beaucoup en retour, assez paradoxal quand le but politique de départ était de sortir de la démocratie représentative. FDD donne des exemples de tentative d’entrisme politique par des groupes anarchistes, satiriques ou prônant le vote blanc/nul qui ont plus ou moins bien marché, mais souvent moins, qu’ils se fassent invalider leur candidature, prennent une taule ou finissent par se détourner de leurs objectif initial, avec une personnalisation du pouvoir.

L’Arme à l’œil, de Pierre Douillard-Lefevre

Essai sur la militarisation de la police française. Court mais intéressant. L’auteur retrace comment la police s’est progressivement retrouvée équipée de flashball puis de LBD, comment l’imprécision des Flashball, conçue pour éviter les tirs directs et à la tête, a été mise en cause dans les tirs effectivement dangereux, conduisant à passer aux LBD avec des viseurs et une plus longue portée, avec pour effet de démultiplier les tirs à la tête.

Il remarque aussi que contrairement à ce qui était annoncé, le LBD n’a pas remplacé l’usage des armes à feu mais celui des matraques, réhabituant les policiers à tirer sur les gens comme une action normale. De plus, il y a un effet cascade : une fois que la police nationale a upgradé du Flashball au LBD, les polices municipales ont commencé à s’équiper en flashballs…

Bref, des évolutions bien badantes du maintien de l’ordre qui abandonne les idées de maintien à distance et de désescalade pour l’idée de blesser pour l’exemple.

Politiques de l’extrême-centre, d’Alain Deneault

Court livre d’une soixantaine de pages qui met en lumière le paradoxe qui voudrait que les positions centristes soient raisonnables et modérées parce qu’une synthèse ou un compromis entre deux positions opposées. Sauf que dire que puisque c’est au milieu c’est bien, dire que ne pas prendre de positions fortes pour faire changer les choses dans une direction est en fait une position politique très forte, et s’y tenir à tous prix est en fait un extrême aussi.
Intéressant, après le texte un peu court.

Démocratie Antique et Démocratie Moderne

Le texte d’une conférence de Moses Finley parlant des différences entre les deux systèmes que l’on met derrière le même mot. Parce que la démocratie athénienne, notre modèle applaudi, se passe au sein d’une plus petite société, dont le système économique repose sur l’esclavage, ou seul les hommes votent, ou les mandats sont tirés au sort, ou la justice est rendue par les mêmes personnes que l’assemblée législative et où tous les procès sont intentés par des citoyens privés en leur nom propre. Pas tant un modèle que quelque chose de complètement différent, donc.

Double ration de merde. C’est ça la République.

On vit vraiment une période merveilleuse, non ?

En plus de voir un parti fasciste, raciste, sexiste, homophobe et qui n’est pas Les Républicains au second tour de la présidentielle, il faut en plus se taper Manuel Valls se permettant de donner des leçons d’antifascisme dans les médias, lui qui a tout fait pour imposer ces thématiques dans le débat public (« Les Rroms n’ont pas vocation à rester en France », vous vous rappelez ?) et permettre le plus de dérives sécuritaires à l’État (eh oui, on est toujours en État d’urgence, 535 jours and counting). Je passerais bien 5 copies doubles à vous expliquer pourquoi Manuel Valls devrait être exilé à Clipperton (et encore, ça précipiterait probablement la constitution d’un black block de fous masqués), mais ce serait encore lui faire trop d’honneurs.

On a donc la possibilité au second tour de voter pour un pur produit du système (oui Manu, quand on a fait Science-Po, l’ENA, une banque d’affaires et qu’on a eu un portefeuille ministériel, on est l’incarnation même du système élitiste français, n’en déplaise à tes conseiller⋅e⋅s en communication) ou de choisir une des nuances de l’abstention (blanc, nul, néant, je vous laisse choisir, le résultat est le même). Je précise au cas où : voter Le Pen ce n’est pas un choix, c’est une erreur magistrale (si vous êtes pauvre, parce que ça va durement vous retomber dessus, vous avez tout à y perdre) ou l’expression de votre dégueulasserie profonde si vous savez ce que vous faites.

Bref, on a donc un repoussoir moral bien pratique pour balayer sous le tapis tous les défauts de l’autre option de la pseudo-alternative, tellement sûr de gagner qu’il a visiblement décidé de lâcher un peu trop tôt le masque de gendre idéal cachant son vide sidéral, et qu’il fait visiblement campagne pour perdre. C’est un sale type imbu de lui-même, pas capable pour un sou de comprendre que la question dépasse un peu sa petite personne et ses calculs politiciens à deux balles et d’appeler sérieusement à une union contre le fascisme (non je ne vais pas utiliser le terme de Front Républicain parce que justement le Front Républicain c’est utilisé pour aligner tout le monde derrière le sale type en pole position, aussi dégueulasses que soient ses idées tant que c’est pas nominalement le FN, et chacun⋅e est prié⋅e de fermer sa gueule et de remercier. C’est ce que veut Macron, et très peu pour moi).
Les gouvernements PS et LR (ou autres acronymes) qui se sont succédé ces dernières décennies ont tout fait pour reprendre les thèmes du FN, sa rhétorique, casser les forces d’opposition de gauche, détruire les logiques de solidarité (le délit de solidarité avec les migrants, par exemple), faire rentrer toujours plus de domaines dans la logique de marché et renforcer l’appareil sécuritaire. Ils ont œuvré à l’acceptabilité du FN dès que possible, pour y récolter des profits électoraux à court terme (ce qui d’ailleurs montre bien que le FN ne va pas améliorer la situation des classes populaires : si c’est l’imitation low-key du FN qui fait qu’on en est là en terme de situation sociale pourrie, ce n’est pas l’application plus intense du même programme qui va améliorer quoi que ce soit).

Néanmoins, aussi détestable que soit l’arrogance d’Emmanuel Macron, et aussi jouissive que soit l’idée de le voir perdre, il ne faut pas perdre de vue le fait que le voir perdre c’est voir gagner le FN (à moins bien sûr de prendre au sérieux l’injonction « La présidentielle n’aura pas lieu » et de lancer l’insurrection le 7 mai vers 19h45, mais je n’ai tristement pas l’impression que ce soit d’actualité. Si je me trompe, ajoutez moi sur la mailing-list [Grand Soir], merci d’avance). Et voir gagner le FN, c’est aller plus loin et plus vite encore qu’actuellement dans les politiques sécuritaires, la xénophobie, la légitimation des violences policières, la casse sociale. C’est se compliquer encore considérablement la lutte.

Si on n’a rien à gagner avec Macron, on a tout à perdre avec Le Pen.

Après, résumer la politique au cirque présidentiel et à sa mise en scène à grands flonflons médiatiques, c’est un peu court (même si hélas, ce cirque est suivi d’effets). Il y a des législatives derrière, et plus important que l’action le jour de l’élection il y a le militantisme, les actions et les discussions en amont pour rendre visible les idées et les forces de gauche dans le débat public. Il y a les manifestations, l’éducation populaire, les réseaux de solidarité, il y a plein de formes que votre action peut prendre en dehors du vote. Faut pas perdre de vue que même si c’est pas trop la tendance actuellement, un⋅e président⋅e ça se destitue, et un régime oppressif ça se renverse (pour rappel, l’article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs », même si de nouveau, je suis bien conscient que ça ne semble pas trop être le mouvement actuel).

Et si vous considérez qu’il y a une différence de degré seulement et non de nature entre les deux termes de l’alternative, il est compréhensible que valider d’un bulletin le fait d’aller dans la même direction, mais moins vite, ça ne semble pas une perspective joyeuse pour nombre de camarades. Celleux qui choisiront l’abstention ne seront pas responsables de la situation qui s’ensuivra, quelle qu’elle soit. Les responsables, ce sont les personnes politiques actuelles, ce sont les éditorialistes complaisant⋅e⋅s, ce sont tou⋅te⋅s celleux qui encouragent à la dépolitisation et à l’absence de réflexion, tou⋅te⋅s celleux pour qui « Il n’y a pas d’alternative » aux politiques actuelles, tous ceux qui encouragent le racisme, la haine en leur prêtant voix ou juste en leur laissant une tribune.

Bref, le 7 mai, pas une voix pour le FN, mais surtout dès le 8 mai, quel que soit le résultat, pas une voie pour le Système. On manifeste, on s’insurge, on résiste, on milite. On n’accepte pas la casse sociale, on rappelle à Macron que s’il est là c’est pas lui qui a été choisi, ou dans le pire des cas on montre au FN qu’il n’aura pas la possibilité d’imposer ses politiques fascistes.

Voilà, quelques liens en sus sur la tension abstention/vote Macron.
Bisous et luttes sociales.

Cesser de hurler que l’important est de faire barrage aujourd’hui et on verra demain, — Bondy Blog

Voter Macron ? Oui, hélas. — Les Mots Sont Importants

Pourquoi je ne peux pas voter Macron — Medium

Macron ou l’abstention, l’inutile querelle — blog de Léonard Bartier sur Médiapart

Guerre sociale ou guerre civile ? Macron et Le Pen vont au second tour — Contretemps

Ce n’est pas tant Le Pen qui s’est normalisée que le normal qui s’est lepénisé — Le Pire n’est Jamais Certain.


La peur viscérale et l’instinct de survie
— blog de Faïza Zerouala sur Médiapart

Plus le Front national est fort, plus certains d’entre nous sont en danger — Titiou Lecocq sur Slate. J’ai un bémol sur cet article cependant : pour moi la violence économique n’est pas indirecte et donc moins grave que la violence physique, les gens qui meurent de froid dans la rue ou se suicident au travail ils sont pas moins morts à la fin. Mais le FN ne remplacera pas cette violence économique par de la violence physique de toute façon, il ajoutera les deux, et il les exercera en priorité sur les minorités (les personnes précaires sont d’abord les femmes, les personnes de couleur, les LGBT…)

Deux fils twitter aux vues divergentes :

Face au Front National: réponse aux pompiers pyromanes qui ont voté Macron — blog d’Olivier Tonneau sur Médiapart
Arraisonner le vote — blog de Diane Scott sur Médiapart

De la prise d’otages — blog de Frédéric Lordon sur le Monde Diplo

Après l’élection :

Pour un nouveau Front antifasciste — Samuel Hayat sur Libération

Révolution, d’Emmanuel Macron

Je le lis pour me faire une idée sur ses positions, même si je me doute qu’il est bien trop à droite pour moi.

Globalement c’est juste décevant en fait. C’est pas original, y’a de grosses ficelles rhétoriques, et c’est très largement à quelques mesures près un programme de droite, favorisant celles et ceux avec du pouvoir et du capital. Beaucoup de lyrisme, de références littéraires, de storytelling, mais peu de chiffres, zéro budgétisation. C’est sûr que c’est plus facile de présenter une « vision » qu’un projet détaillé. Pas mal des trucs présentés ne dépendent pas du tout du président ou du gouvernement (mais plutôt de l’UE, de la société civile, des élus locaux…). Malgré le titre, rien de révolutionnaire. Que des propositions vues ailleurs, même le positionnement politique est préexistant (chez NKM notamment). Grosse déception sur l’écologie, que du greenwashing. Déception sur le revenu de base aussi, totalement évacué comme opposé à l’idée même de travail. Sur entreprise/emploi, sans surprise en faveur de dérégulations massives. Ça va profiter aux patrons, peu de chances que bénéficie à l’emploi et aux employé⋅e⋅s par contre. Sur le sécuritaire, moins pire que d’autres, il est notamment pour la fin de l’État d’urgence [EDIT 07/2017 on voit ce que ça a donné].Ça reste pas folichon, pas de compréhension des causes du terrorisme.

Sur l’éducation et la politique de la ville/des territoires, des propositions intéressantes, mais seront-elles vraiment appliquées ? Globalement, beaucoup de communication et peu de fond. Somme toute, un candidat de centre-droit classique, clamant être atypique pour des raisons purement marketing.