Toni Erdmann, de Maren Ade

Une meilleure take sur le Joker que Joker.

Film austro-allemand de 2016. Winfried, allemand de 60 ans, décide de rendre visite à l’improviste visite à sa fille Ines qui travaille comme consultante à Bucarest. Winfried passe son temps à faire des blagues et à se déguiser (notamment avec de fausses dents). Son aura chaotique clashe rapidement avec la vie professionnelle d’Ines, qui tente de se faire bien voir du PDG de la firme que son cabinet conseille, mais elle continue d’inclure son père dans sa vie – qui tourne essentiellement autour de son boulot. Winfried part au bout de quelques jours, mais revient sous une perruque et le nom d’emprunt Toni Erdmann, prétendant être le coach de vie d’un PDG connu, puis l’ambassadeur d’Allemagne.

J’ai beaucoup aimé. Le côté clash des cultures est des valeurs est bien mis en scène. Winfried est assez problématique dans la façon qu’il a de s’immiscer dans la vie de sa fille, mais comme le reste de sa vie est composé de connards prétentieux qui font du conseil, il apporte en même temps une bouffée d’air frais. C’est pas mal de ne pas être manichéen sur le côté « ouh je te fais profiter des petites choses de la vie », même si Winfried a de fait pas mal un rôle de manic pixie fairy dad. La vibe chaotique de Winfried et le maquillage qu’il porte en début de film fait aussi pas mal « je vais devenir le Joker », mais sans le côté « let’s take down a city » des blockbusters hollywoodiens. Tu sais jamais trop où le film va t’emmener, c’est assez réussi comme mouvement perpétuel. Et on n’est pas non plus sur un happy end : même si Winfried influence sa fille dans le bon sens, quand elle quitte sa boîte de connards qui lui font miroiter une promotion qui n’arrive jamais, c’est pour une autre boîte de conseil tout aussi maléfique.

Je recommande.

The Priory of the orange tree, de Samantha Shannon

Roman de fantasy britannique publié en 2019. Le royaume d’Inys existe dans un monde où une race de dragons réapparait tous les 500 ans et menace de détruire l’Humanité. Il y a 1000 ans, le fondateur du royaume, Galian le Saint, a vaincu l’Innommable, le plus puissant de tous les dragons. La légende dit que celui-ci ne pourra pas réapparaitre tant qu’une descendante du Saint est à la tête du royaume d’Inys. Mais l’histoire officielle d’Inys est fabriquée de toute pièce, et la réalité est bien moins glorieuse. On va suivre en parallèle l’histoire de plusieurs personnages en lien avec la cour d’Inys ou vivant à l’autre bout du monde, qui vont converger dans une quête pour empêcher le retour de l’Innommable et lever le voile sur la réalité de ce qui s’est passé il y a 1000 ans.

Bon. Sur le papier ça avait l’air cool. Il y a d’ailleurs des éléments assez réussis ; la religion d’Inys basée sur les Six Vertus Chevaleresques donne une chrétienté moyenâgeuse alternative assez réussi. La cour d’Inys de façon générale marche assez bien. L’idée de regarder derrière l’histoire officielle ce qui s’est réellement passé est intéressante (mais peu réussie). Le côté « Inys met tous les Dragons dans le même sac alors qu’il y a des Dragons d’eau et de feu aux intérêts radicalement opposés » marche aussi. Pour le reste par contre…

Je pense que le problème principal que j’ai avec ce bouquin, c’est qu’il tente à la fois d’avoir une approche moderne avec des enjeux féministes, des persos LGBT+ et racisés, une vision non-occidentale de l’histoire (which is good) … et qu’il colle le tout sur de la high-fantasy pas du tout déconstruite (which is not good). Du coup on se retrouve avec « mais en fait l’histoire officielle cache une part d’ombre » et simultanément « Draconis le grand Dragon est très très méchant et veut détruire l’Humanité par principe » (et nos monarques sont nobles et altruistes, pour ne rien gâchersauver). Ainsi que mes pet-hate : « Ce mystère qui a un millénaire est caché derrière une énigme qui à la fois a survécu jusqu’à nous et qui demande 15 secondes de réflexion pour la comprendre » et « l’objet qu’on cherchait était en nous depuis le début » (littéralement). Je peux pas suspendre mon incrédulité dans ces conditions, désolé, malgré beaucoup d’autres idées intéressantes. Il y a des personnages qui marchent bien (Sabran, Ead, Loth) et d’autres beaucoup moins (Tané, Niclays), mais tout est de toute façon noyé dans la guimauve d’une high-fantasy qui perso me fait penser à Eragon (et c’est tout sauf un compliment).

Bref, je ne recommande pas.

Randonnée au Roc des Tours

Une semaine de vacances du côté du Grand Bornand, dans les Alpes. Entre moult jeux de société et repas à base de fromage et pomme de terre, une rando (avant les chutes de neige de la seconde partie du séjour).

Portrait d’un bouquetin
Versant d’en face
A l’ombre
Quelques sommets enneigés
Les Aravis, il me semble
Deux petits sommets
Panorama depuis la croix du Roc des Tours
Montagne et brume bleutée
Montagne et lumière orangée
Fin de journée

Pinocchio, de Guillermo del Toro

Film sorti en 2022, produit par Netflix. Une adaptation de l’histoire de Pinocchio. J’ai beaucoup aimé l’esthétique en stop motion, les décors sont très beaux, les créatures fantastiques (les esprits de la vie et de la mort notamment) sont très réussis. L’adaptation de l’histoire au contexte de l’Italie fasciste est intéressante aussi. J’ai bien aimé les chansons dans l’absolu mais j’ai trouvé que ça clashait avec le reste de l’esthétique. Sur l’évolution des personnages, on comprend assez peu pourquoi tout d’un coup Gepetto a un amour inconditionnel pour Pinocchio, mais on accepte l’idée pour profiter du film.

Je recommande pour l’esthétique (et les lapins d’outre-tombe).

Petit Manuel de l’habitant participatif, de Samuel Landé

Essai publié en 2020. L’auteur décrit son parcours au sein de structures d’accompagnement de projets d’habitat participatif, et sa vision sur le processus de construction des projets d’habitat participatif, et ce que peuvent apporter ces projets en termes de renouvellement des formes d’habitat et de participation à la vie collective.

Globalement je pense que j’aurai été plus intéressé par un manuel plus pratique (un manuel de l’habitat plutôt que de l’habitant.e), mais il y a quand même pas mal d’éléments de réflexion intéressants dans cet ouvrage. L’auteur parle notamment du mouvement d’institutionnalisation de l’habitat participatif : là où il était quelque chose d’alternatif avec une volonté (potentielle, ça veut pas dire que tous les projets l’avaient) de bousculer l’existant et de requestionner les positions des citoyens dans la cité et dans la production de la cité, c’est devenu un item parmi d’autres de beaucoup de projets métropolitains, avec un cahier des charges à la base et un tableau d’indicateurs pour évaluer la réussite des projets à la livraison des bâtiments. Du coup s’il faut rentrer dans des cases, on ne va plus bousculer grand chose. De plus, cette vision de l’habitat participatif se focalise souvent sur la livraison des bâtiments, pas la vie dedans après, ce qui est pourtant la finalité en soi d’un projet d’habitat. S’il s’agit juste d’un montage financier et juridique pour la construction, l’intérêt en soi n’est pas apparent…

Par ailleurs, Samuel Landé insiste sur une vision dialectique de la construction des projets : l’idée n’est pas d’avoir tout le monde d’accord dès le début sur la vision du projet et donc de partir de groupes très homogènes, mais d’arriver à concilier différentes visions, expliciter les non-dits, admettre que l’ensemble des envies et des critères regardés ne sont pas compatibles, qu’il va peut-être falloir faire le choix de diminuer la qualité écologique pour permettre à toutes les bourses de rester dans le projet (ou l’inverse, ou diminuer la surface des espaces privés… bref la question c’est qu’il faut faire des arbitrages sans que certains accaparent la prise de décision).

La Synagogue, de Joann Sfar

Bande dessinée française publiée en 2022. L’auteur raconte les années de son adolescence où il faisait partie du service de protection de la synagogue de Nice. Il parle de son rapport à la violence, de son rapport à son père (et du rapport de son père à la violence), et du rapport de la communauté juive (notamment française) à la violence infligée ou subie. Il revient aussi en parallèle sur le temps de l’écriture de la bande dessinée, dans les années 2020 après une hospitalisation à cause d’une infection par le covid-19. Il parle de grandir dans le sud-est de la France (Nice, précisément) dans les années 70-80, avec une extrême-droite qui ne se cache pas mais un souvenir de la seconde guerre mondiale qui reste vivace pour beaucoup de monde.

Ça part parfois un peu trop dans tous les sens, mais c’était un témoignage/une réflexion intéressante.

Puss in Boots: The Last Wish, des studios Dreamworks

Le chat Potté de la franchise Shrek est arrivé à sa neuvième vie, à force de morts au cours de ses aventures. Craignant désormais pour sa dernière vie, il décide de prendre sa retraite. Jusqu’à entendre parler d’une étoile magique pouvant accorder un vœu à celui qui la trouve. Il se lance à sa recherche, mais il n’est pas seul sur sa trace : Boucle d’Or et sa famille d’ours, Jack Horner (c’est le personnage d’une comptine anglaise, je connaissais pas non plus) et une chatte mercenaire sont aussi sur l’affaire.

J’ai bien aimé. L’animation était très réussie à mon sens, et les personnages secondaires aussi. Si le scénario central est très classique, les persos et le voice acting font bien le taff. J’ai particulièrement apprécié Boucle d’Or, mais globalement solide travail sur la caractérisation des persos, malgré le fait qu’il y en ait beaucoup et donc pas des masses de temps d’écran pour chacun.

La Pierre Jaune, de Geoffrey Le Guilcher

Roman d’anticipation français paru en 2021. Le livre imagine les conséquences d’un attentat sur l’usine de retraitement des déchets radioactifs de La Hague : un accident nucléaire rendant toute une partie de l’Europe de l’Ouest inhabitable. Mais au lieu de suivre sur le long terme les changements géopolitiques que ça impliquerait, la narration se focalise sur une communauté autonome vivant sur une presqu’île bretonne, dans les mois suivants l’accident. La narration est portée par Jack, un policier anglais qui s’était infiltré dans la communauté dans les jours précédant l’accident pour confirmer la présence de deux militants anglais. D’une position d’outsider, il va progressivement s’intégrer à la communauté, alors que la chute des réseaux de communication le coupe de tout contact avec sa hiérarchie policière.

J’ai bien aimé. Le côté « deux minutes dans le futur » avec un faux discours de Macron fonctionne bien. Les articles de blog publiés par le collectif et repris par lundi.matin et al sont franchement crédibles. On sent que l’auteur a bossé le sujet de l’accident nucléaire (le point de départ du roman, expliqué dans la préface est un rapport scientifique sur les conséquences d’un tel accident ou attentat). Le roman est relativement court (je l’ai lu en une nuit) mais campe bien ses personnages et leurs nuances de gauchisme. Jack et son passé de flic tourmenté sont finalement les moins crédibles. Les évolutions géopolitiques transmises par bribes via les rares moments où la communauté réussit à avoir des nouvelles du monde extérieur sont tristement crédibles (une gestion du problème qui fait penser à celle du covid…), et la façon dont le livre plonge le lecteur dans le point de vue de Jack pour l’en arracher sur le dernier court chapitre fonctionne assez bien.

Je recommande.

Noon du soleil noir de LL Kloetzer

Novella de fantasy française parue en 2022. On est dans un univers de fantasy assez classique, avec une ville-capitale qui existe depuis des éons avec de la ville construite sur la ville construite sur la ville. Yors est un ancien mercenaire qui gagne sa croute au jour le jour. Il fait la rencontre de Noon, magicien autoproclamé qui débarque de nul part, et se met à son service. Noon a une vision très codifiée de la magie, qu’il exerce surtout en basculant dans un monde-reflet, où il interagit avec des entités mystérieuses ou les morts. Il va se comporter comme un Sherlock Holmes, ouvrant une boutique mais ne voulant s’occuper que de cas intéressants et réellement magique, ce qui va finir par vraiment arriver avec la disparition d’un médaillon lié à un ancien dieu-serpent…

J’ai bien aimé. J’ai tout lu en une soirée, c’est une fantasy très classique, avec une vibe Jaworsky/Miéville et un côté enquête à la Sherlock Holmes (avec le duo de personnages principaux, le narrateur qui rapporte ce que fait son maître ou ami qui a plus de compétences, la recherche d’un item disparu…). Y’a pas des masses de personnages féminins (après y’a pas des masses de personnages tout court, on voit surtout Yors et Noon).

Entre fauves, de Colin Niel

Roman français de 2020. Martin est agent du parc national des Pyrénées, obsédé par la Nature et farouchement anti-chasse. Apolline est chasseuse à l’arc, fille d’un notable palois, et en partance pour la Namibie pour y chasser un lion classé animal problématique. Komuti est un éleveur himba, dont le troupeau a été décimé par le lion en question. Leurs trois vies vont se croiser dans une narration qui fait des allers retours temporels pour raconter en parallèle la chasse du lion par Komuti et Apolline, et l’identification d’Apolline par Martin à partir d’une photo de sa chasse postée sur les réseaux sociaux.

J’ai bien aimé. J’avais peur que ce soit assez cliché au début, mais la narration propose plusieurs fausses pistes, donne en parallèle le point de vue des trois personnages (et ce qu’ils s’imaginent les uns sur les autres) et les fait évoluer. L’empathie qu’on peut avoir pour le personnage de Martin au début s’évapore au fur et à mesure du roman. C’est écrit un peu comme une murder (et comme une tragédie, pour un sous-plot qu’on voit venir de loin mais qui marche bien dans le style He who fights monsters…).