Archives par mot-clé : film US

Network, de Sidney Lumet

Film étatsunien de 1976. Howard Beale, le présentateur historique du journal télévisé d’UBS, va être remplacé dans deux semaines, au vu de ses audiences. Lors de l’annonce de son départ, il annonce qu’il se suicidera en direct. La direction de la chaîne le vire immédiatement, puis accepte de le laisser revenir une fois pour faire des adieux en bonne et due forme au public. Mais il en profite pour sortir un discours cynique et désabusé, … qui fait un carton en termes d’audiences. Contre la direction du directeur du JT inquiet pour la santé mentale d’Howard, la corporation qui possède la chaine décide de continuer à mettre Howard à l’écran, et de rajouter d’autres segments racoleurs pour augmenter leur part d’audience.

C’était assez cool. Je voulais le voir depuis longtemps parce que je connaissais un segment célèbre qui était samplé dans la chanson ci-dessus (le discours « I’m as mad as hell and I’m not gonna take it anymore« ) ; tout le reste du film vaut le coup. J’aime beaucoup notamment le fait que la réplique I’m as mad as hell… passe d’un cri de révolte au jingle de début d’émission, scandé par le public, belle illustration de la récupération des révoltes par le capitalisme.

Ça remet en perspective les émissions racoleuses de la télé actuelle, on n’a rien inventé. C’est clairement un film à thèse, où les gens font de grands discours pour défendre leur point de vue qu’on écoute religieusement, mais ça marche bien.
Le subplot avec le parti communiste américain est très drôle, la romance entre Dany et Max un peu superflue (et le discours de rupture ultraviolent), mais franchement pour un film de 1976 il s’en tire bien, le personnage de Dany étant bien écrit, même en étant présenté clairement comme une mauvaise personne (mais parce qu’elle a totalement fait allégeance au Capital, pas pour son genre).

Gone Girl, de David Fincher

Film étatsunien paru en 2014. Amy Elliott Dunne et son mari Nick habitent à North Carthage, Missouri. Le jour de l’anniversaire des 5 ans de leur mariage, Amy disparait.Nick parait le parfait mari éploré, mais rapidement des éléments vont laisser penser qu’il cache peut être un certain nombres de secrets, et qu’il en sait peut-être plus sur la disparition de sa femme qu’il ne le laisse entendre…

Spoilers ci dessous

Dream Scenario, de Kristoffer Borgli

Film états-unien paru en 2024. Nicholas Cage interprète un professeur d’université qui se met a apparaître dans les rêves de milliers de personnes sur la planète, sans avoir aucune maîtrise sur le phénomène. Il devient d’abord une célébrité, puis quand les apparitions dans les rêves deviennent violentes, il devient haï.

Le pitch de depart était intéressant mais ils n’en font pas grand chose. Quelques poncifs sur la célébrité et ce que ça amène (surtout ce que ça amène aux mecs blancs moyens bombardés sur le devant de la scène d’un seul coup), un passage un peu drôle où l’extrême droite US essaye de le coopter en disant qu’il a été victime de la cancel culture tout comme eux, mais c’est tout.

Gremlins, de Joe Dante

Film fantastique américain sorti en 1984. Durant les fêtes de Noël, un père de famille ramène à son fils un animal de compagnie acheté dans une mystérieuse boutique chinoise : un mogwai.
Cette créature intelligente et mignonne est accompagnée de trois règles pour en prendre soin : ne pas l’exposer à la lumière, ne pas l’exposer à l’eau, ne pas lui donner de nourriture après minuit. Évidemment ces trois règles sont transgressées, et le mogwai donne naissance à une pléthore de gremlins, son alter ego maléfique, qui vont dévaster la petite ville de Kingston Falls, jusqu’à ce que les héros réussissent à s’en débarrasser avec l’aide de Gizmo, le mogwai originel.
C’était assez sympa, ça respecte bien la forme du conte de Noël avec des personnages (les humains comme les gremlins) over the top, la dévastation causée par les gremlins est cool à regarder (les gremlins ont d’ailleurs une compréhension assez instantanée de comment fonctionnent la société et les machines humaines – renforçant leur statut de créatures magiques)

C’était cool comme film de Noël, et il en existe une bien meilleure critique dans Chroma.

To be or not to be, d’Ernst Lubitsch

Film étatsunien de 1942. Dans Varsovie occupée par l’Allemagne nazie, une troupe de théâtre va se retrouver en position d’empêcher un agent double de dénoncer à la Gestapo ses contacts dans la Résistance. Équipé d’une flopée de costumes issus d’une pièce sur le nazisme qu’ils n’ont jamais pu jouer, ils vont élaborer une série de mises en scène pour tromper et la Gestapo et l’agent double et récupérer les documents compromettants. Le tout alors que l’acteur principal de la troupe est obsédé par sa renommée et le fait que sa femme ait des contacts avec un aviateur polonais de la Royal Air Force anglaise.

J’ai beaucoup aimé. Tout le côté quiproquos et double jeu est très réussis, les setups/payoffs et le comique de répétition fonctionnent très bien, les nazis sont minables exactement comme il faut. J’ai trouvé intéressant d’avoir une structure où le personnage de Tura, crucial pour toute l’opération et qui se met en danger n’est pas pour autant héroïque et apparait même franchement ridicule avec son égo surdimensionné.

Je recommande.

Emily the Criminal, de John Patton Ford

Film étatsunien de 2022. Emily (Aubrey Plaza) est diplômée d’une école d’art. Mais à cause d’une mention sur son casier judiciaire, elle galère à trouver un travail qui ne soit pas de l’autoentreprenariat merdique. Via un collègue, elle rentre en contact avec des arnaqueurs à la fausse carte bancaire. Elle va s’engouffrer dans cette voie, la seule qui lui permette de se faire de l’argent pour payer son prêt étudiant.

J’ai bien aimé. Aubrey Plaza porte le film, elle joue très bien la personne coincée dans une situation merdique. On voit ses tentatives de trouver des sources légitimes de revenus, sa peur et sa fébrilité lors des arnaques, et l’escalade de la situation. C’est un film avec beaucoup de tension, qui est très bien rendue, je me suis souvent retrouvé crispé sur mon siège.

Je recommande.

Renfield, de Chris McKay

Comédie étatsunienne de 2023. Renfield apparaît dans le roman Dracula, où il est un aliéné au service du comte. Le film imagine que cette servitude s’est poursuivie à travers les décennies jusqu’à l’époque actuelle, où Dracula (joué par Nicolas Cage, qui cabotine à mort) et Renfield se trouvent à la Nouvelle-Orléans. Renfield participe à un cercle de parole pour personnes codépendantes pour essayer de se libérer de l’influence du vampire. Il va rencontrer la seule flic intègre de la ville (jouée par Awkwafina), et utiliser la force qui lui donne le vampirisme pour agir comme un super héros, le tout culminant dans une bataille avec Dracula (allié à une famille de mafieux).

C’était rigolo. Les acteurs cabotinent juste comme il faut pour ce genre de film, les tropes sont étalés à la truelle, l’acteur qui joue Jean-Ralphio dans Parks and Rec reprend exactement le même rôle ici (mais en tant que fils de mafieuse plutôt que de dentiste – I guess ses parents sont divorcés et il est en garde alternée ?)

Revolutionary Road de Sam Mendes

Film étatsunien de 2008, adaptation du roman éponyme de 1961. Frank et April sont un jeune couple persuadé qu’ils sont destined for greatness. Évidemment en moins de 7 ans ils se retrouvent avec la même vie suburbaine que toute leur classe sociale : ils ont deux enfants, elle est femme au foyer dans un pavillon, il va travailler en costard gris dans un bureau du centre-ville où il est un rouage de l’organisation interne d’une grosse firme qu’il méprise et a des aventures occasionnelles avec des secrétaires.

April va proposer qu’ils s’échappent de ce carcan normatif, prennent leurs économies et partent vivre à Paris où elle travaillera pour une agence internationale et Frank pourra avoir du temps pour lui. Mais au même moment Frank se voit offrir une promotion, et elle tombe enceinte… Frank, aidé par tout le poids du patriarcat, va alors tout faire pour saborder méthodiquement le projet de départ à Paris auquel il avait initialement souscrit.

Les rôles principaux sont joués par Kate Winslet et Leonardo Di Caprio, ie le couple mythique de Titanic, ça a beaucoup été mis en avant à l’époque de la sortie du film. C’est un peu un « et si leur aventure avait continué ? » pas très optimiste. On voit April totalement coincée par la société. Si Frank est malheureux dans son job, au moins il a un peu d’agency et il peut choisir entre plusieurs options. April est vraiment coincée dans sa vie domestique et ce couple avec ce mec qui l’épuise à tout moment. Le film n’est pas sur la dérive d’un couple : franchement le seul tort d’April dans le film c’est de ne pas se laisser faire et de ne pas accepter que Frank prenne toutes les décisions unilatéralement. C’est globalement un film sur le patriarcat et l’impossibilité pour April de sortir du conformisme qu’elle sent l’étouffer. Quand elle tente de coucher avec un voisin, il lui déclare immédiatement qu’il l’aime, alors qu’elle voudrait quelqu’un qui la prenne au sérieux sur le fait que la vie qu’ils mènent empêche toute forme d’amour réel.

J’ai bien aimé le voir, c’est bien composé, les acteurs jouent bien, après ce n’est pas un film bouleversant : le thème est paradoxalement un peu trop facile : j’ai l’impression que l’aspiration à l’exceptionnalité et l’horreur de se rendre compte que la vie quotidienne, ses propres compromis et ceux des gens autour vous coincent, c’est un sujet qui met tout le monde d’accord. On ne peut qu’empathiser avec April et détester tous les autres persos, il n’y a pas d’ambiguïté.

Next Exit, de Mali Elfman

Film étatsunien de 2022. A 20 minutes dans le futur, l’existence d’une vie après la mort a été scientifiquement prouvée. Pour conduire davantage de recherches sur le sujet, les scientifiques à l’origine de la découverte recherchent des volontaires pour une euthanasie contrôlée. Deux newyorkais, Rose et Teddy, se portent volontaires. Le film les suit dans leur road-trip de New York à la Californie.

La prémisse était cool, et les acteurs jouent bien. Mais le scénario perd rapidement de l’intérêt, en développant une romance entre les deux persos et en adoptant un point de vue très convenu à base de « l’amour est la réponse ». Les petits éléments d’arrière plan sur l’impact de la découverte scientifique sur le monde sont cools, mais plus ça va et moins on est intéressé par l’histoire des personnages (qui se résume à from enemies to friends to lovers avec un ajout d’intimité forcée, des tropes certes appréciables en soi mais pas particulièrement bien ni originalement traités ici).

Pour un film qui parle des conséquences sociales de l’euthanasie, je recommande plutôt Plan 75, et pour un film qui parle de fantômes, A Ghost Story.