Archives de catégorie : phylactères

Cassandra Darke, de Posy Simmonds

Nouvelle bande dessinée de l’autrice de Tamara Drewe. Les histoires entrecroisées de Cassandra Darke, riche marchande d’art et arnaqueuse, insupportable de classisme, et de sa nièce, issue de la bourgeoisie mais en rupture avec ses parents, poursuivie par un malfrat à la petite semaine. Ca se lit un peu comme un conte de Noël, j’ai vu des parallèles avec Scrooge sur internet, c’est vrai qu’il y a un peu de ça avec un setup moderne.
J’ai bien aimé, c’est très Posy Simmonds dans le style avec masse texte.

Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses, de Leslie Plée

Courte BD autobiographique sortie en 2009.

L’autrice raconte son passage dans une grande surface culturelle, où elle a brièvement été libraire. Globalement c’est une assez mauvaise expérience où elle se retrouve à faire de la manutention à la chaîne à des cadences infernales, avec une équipe sous-staffée et des patrons qui n’ont aucun intérêt pour le fait de vendre des livres plutôt qu’autre chose.

Ça se lit vite et c’est intéressant d’avoir un retour sur ce genre d’expérience, mais c’est pas la BD du siècle.

Le Travail m’a tué, d’Arnaud Delalande, Grégory Mardon et Hubert Prolongeau

Bande dessinée sur les nouvelles méthodes du management, basé sur la vague de suicides au travail chez Renault. La bande dessinée suit la vie d’un cadre issu d’un milieu modeste, dévoué à l’entreprise de voitures qui l’a embauché, mais qui va se retrouver complètement sous l’eau en raison du management par objectifs individualisés et des décisions qui privent son travail de sens en fragmentant l’organisation de l’entreprise.

Assez déprimant mais intéressant.

Portugal, de Cyril Pedrosa

Une bande-dessinée française de 2011.

Simon Muchat est prof de dessin et auteur de quelques livres. Il ne sait pas ce qu’il veut dans la vie et déprime lentement. A l’occasion d’un festival de dédicace, il passe quelques jours au Portugal, le pays d’où vient son grand-père, et où il a passé quelques vacances enfant sans jamais y retourner depuis.
Ce séjour lui donne soudainement envie de s’intéresser aux origines de sa famille, un sujet jamais abordé par son père, qui comme lui n’est pas un grand communicant.

Il renoue avec ses oncles et tantes maternelles à l’occasion du mariage d’une cousine, et découvre par bribes le passé de sa famille. Pas de révélations fracassantes, mais les anecdotes d’enfance d’une famille avec des racines dans un autre pays, le rapport entre les branches de la famille, la question à laquelle personne ne sait répondre de pourquoi son grand-père n’est jamais revenu au Portugal. C’est calme comme bande dessinée, on se laisse porter par l’histoire, les indécisions du héros, les caractères affirmés au contraire de son père et de ses oncles et tantes.

Je recommande fortement.

Il faut flinguer Ramirez, tome 1, de Nicolas Petrimaux

Bande dessinée située dans les années 80, et qui en revendique l’esthétique. Falcon City, Arizona. La Robotop, compagnie d’électroménager, s’apprête à dévoiler au public son nouveau modèle d’aspirateur, dans une mise en scène et une ferveur qui rappelle les lancements de produits Apple. Au sein du service après-vente de la Robotop, un employé hors pair : Jacques Ramirez. Muet, une tache de naissance qui lui prend la majorité du visage, et le meilleur réparateur d’aspirateur que le monde ait connu. Mais pas seulement. Un membre d’un cartel mexicain qui passe par là par hasard le croise, et réalise qu’il s’agit du tueur à gages implacable qui a trahit son cartel quelques années auparavant. Le cartel décide alors d’envoyer ses meilleurs éléments pour flinguer Ramirez…

Les pages sont très belles, avec des couleurs saturées qui revendiquent l’héritage 80’s à fond, et un choix de ne pas avoir de cadre (la bd s’étend vraiment sur toute la page). Le tome est divisé en acte, avec des publicités ou extraits de journaux à la fin des actes pour accentuer l’immersion dans l’univers.

Un reproche cependant, les personnages féminins, essentiellement deux principaux, un couple de femmes en cavale, mais qui sont mises en scène pour servir d’eye candy au lecteur masculin hétéro (bon ça arrive sur la fin de la BD mais c’est franchement nul de faire ça).

Neige : Origines et Neige : Fondations

Deux trios de BDs qui servent de prélude à Neige, une série plus ancienne. Suite à une catastrophe en terme d’ingénierie du climat, l’Europe est prise sous des neiges éternelles, et encerclée par un mur qui l’isole du reste du Monde. Un nouveau Moyen-Âge se met en place, pendant qu’une confrérie oeuvre dans l’ombre pour mettre fin à l’Hiver de l’Europe.

Bref, on s’en fiche un peu du scénario, honnêtement j’ai emprunté cette BD pour pouvoir regarder de jolies planches d’une Europe post-apocalyptique sur fonds enneigés. Et de ce point de vue là ça marche très bien, j’ai beaucoup aimé l’imagination graphique des auteurs.

Un putain de salopard tome 1, de Loisel et Pont

Premier tome d’une série de bandes dessinées. Dans le Brésil des années 70, trois françai.se.s débarquent : un homme à la recherche d’informations sur son père qu’il n’a jamais connu, qui a deux photos sépia comme seuls indices, et un couple d’infirmières qui viennent gérer un dispensaire et retrouver une amie sur place. Les françai.se.s sont optimistes et fleur bleue, mais le contexte autour d’elleux est bien moins joyeux : il y a du trafic d’humains, des règlements de comptes, des mines où les conditions de travail sont atroces… Très vite les héro.ïne.s se trouvent embringué.e.s dans les affaires locales bien plus qu’iels ne l’auraient voulu. Ce premier tome ne fait que planter le décor, mais il le fait fort bien, avec de belles cases, des personnages intéressants (sauf peut-être le mec du trio central).

Sans être renversant, c’est sympa à lire.

Dial H, de China Miéville

Reboot d’un ancien comic DC par China Miéville. En composant un numéro particulier dans une cabine téléphonique un homme se transforme en héros au hasard. Les héros invoqués sont particulièrement wtf. Mention spéciale à Open Window Man, le super héros des fenêtres ouvertes.

En parallèle d’un certain nombre de batailles super héroïques, le protagoniste essaie de découvrir l’origine du cadran. S’ensuit un multivers, une guerre millénaire, un mystérieux opérateur et un Central Téléphonique. Et les services secrets canadiens – Dark Maple -, d’autres types de cadrans, l’Atlantide, des héros invoqués qui sont trop des stéreotypes racistes pour que les protagonistes acceptent d’utiliser leurs pouvoirs…

Ça part vraiment dans tous les sens, on reconnait bien la patte China Miéville, mais ça garde une cohérence interne et une pertinence malgré la premice totalement random.

Je recommande.

Le fils de l’Ursari, de Xavier-Laurent Petit

Bande dessiné sur une famille de Rroms, qui poussée par les circonstances, arrive en France. Endettés auprès d’un réseau de passeurs, atterris dans un bidonville, ils vont faire ce qu’ils peuvent pour survivre, pendant que le plus jeune de la famille se passionne pour les échecs, qu’il voit des joueurs pratiquer au Jardin du Luxembourg.
C’est classé BD jeunesse mais ça aborde pas mal de thèmes adultes : le racisme, les migrations, les réseaux de passeurs, la pauvreté, le crime… Disons que la partie jeunesse c’est qu’il y a un peu trop de gens bien intentionnés près à s’opposer aux « méchants » pour aider une famille de migrants, par rapport à la vraie vie.

Je recommande.

Le Dernier Atlas, de Fabien Vehlmann, Gwen de Bonneval, Hervé Tanquerelle et Fred Blanchard

Une uchronie française avec des robots géants et une guerre d’Algérie qui a eu lieu 10 ans plus tard. Mais ça reste un fond assez lointain pendant une bonne part de la BD, qui parle de gangs mafieux et de phénomènes physiques inexplicables.

Le scénario est dense et intéressant, j’aime beaucoup le dessin, l’uchronie est à la fois discrète et originale (la divergence et la chronologie de la France sont détaillée à la fin du 1er tome), grosse recommandation. Le tome 2 sortira normalement en mars 2020.

Couverture du tome 1