Archives de catégorie : phylactères

SuperGroom, de Fabien Vehlmann et Yoann

Série de bandes-dessinées franco-belges reprenant le personnages de Spirou, mais avec des codes plus de comics ou manga. Déprimé de ne plus être reconnu et d’être supplanté par les super-héros US dans les représentations de héros, Spirou – avec l’aide de Champignac pour les gadgets – invente le personnage de SuperGroom, justicier bruxellois. Il décide bien vite de raccrocher le costume, notamment parce qu’il se rend compte que se déplacer en jetpack s’oppose à ses convictions écologiques (qui lui fond aussi arrêter les reportages et aventures au quatre coins de la planète), mais les circonstances vont le forcer à réendosser son costume.

J’ai bien aimé la réinvention du personnage et du mythe. Vehlmann démontre bien comment il est possible de tordre légèrement l’univers de Spirou pour le faire correspondre à un univers de super-héros. Le format des albums fait comics, la structuration du deuxième tome (la Guerre Olympique) fait très compétition à la Squid Game. L’histoire de super-héros racontée reste relativement classique, mais ça vaut le coup de jeter un œil aux deux albums (si vous aimez Spirou de base).

Transperceneige : Extinctions, de Rochette

Bande dessinée en deux tomes, parus en 2019 et 2020, préquelle du Transperceneige. La BD détaille les événements qui ont menés à la Terre gelée sur laquelle se déroule l’histoire du Transperceneige, et l’embarquement dans le train. On découvre deux groupes d’éco-activistes, les Wrathers qui tuent les dirigeants de multinationales climaticides et écocides, et les Apocalypsters, carrément accélérationnistes, qui décident de déclencher une apocalypse à grande échelle pour que l’Humanité cesse de flinguer la planète. Si j’ai trouvé les Wrathers crédibles, les Apocalypsters font quand même méchants de carton-pâte. En parallèle, on voit le milliardaire bénévolent et inventeur de génie Zheng mettre la dernière main à son train équipé d’un moteur perpétuel, persuadé que l’apocalypse est proche (il a quand même visé bien juste en devinant qu’il faudrait affronter des températures subpolaires) et que la survie résidera dans l’adaptation à tout ce qui peut arriver (et pour ça, dans une capacité préservée à se déplacer sur toute la planète). Les événements étant précipité par le plan des Apocalypsters, l’embarquement dans le train se fait dans la précipitation, expliquant la surpopulation du train que l’on retrouvera dans Le Transperceneige.

J’ai bien aimé le dessin de Rochette, mais bon, le fond de l’histoire n’est pas passionnant. Les écoterroristes accélérationnistes sont très méchant, le milliardaire est très gentil, c’est quand même un peu court comme récit de l’apocalypse climatique. La nuance qu’on avait dans les premières pages avec les Wrathers qui utilisent la violence pour protéger les écosystèmes disparait très vite.

Shingeki no Kyogin, d’Hajime Isayama

Manga paru entre 2009 et 2021. Dans un univers début de Révolution industrielle, l’Humanité vit derrière trois murs concentriques, le reste de la Terre ayant été abandonné aux Titans, des créatures humanoïdes de plusieurs mètres de haut et anthropophages. Au début de l’histoire, un Titan beaucoup plus grand que les autres brise le mur extérieur, forçant l’Humanité à abandonner la majeure partie de son territoire et déclenchant chez le héros la volonté d’intégrer le bataillon d’exploration, unité de l’armée qui tente d’explorer le monde extérieur et de comprendre l’origine des Titans.

J’ai bien aimé. L’univers est assez sombre, très clairement militariste, avec des personnages principaux qui adoptent des postures fascistes par moment, mais l’histoire remet clairement leurs choix en question. L’histoire elle-même avance vite, avec des révélations et des péripéties qui s’enchainent sans temps morts ni combats qui s’éternisent.

(paragraphes qui divulgâchent en dessous du séparateur)

Continuer la lecture de Shingeki no Kyogin, d’Hajime Isayama

La Synagogue, de Joann Sfar

Bande dessinée française publiée en 2022. L’auteur raconte les années de son adolescence où il faisait partie du service de protection de la synagogue de Nice. Il parle de son rapport à la violence, de son rapport à son père (et du rapport de son père à la violence), et du rapport de la communauté juive (notamment française) à la violence infligée ou subie. Il revient aussi en parallèle sur le temps de l’écriture de la bande dessinée, dans les années 2020 après une hospitalisation à cause d’une infection par le covid-19. Il parle de grandir dans le sud-est de la France (Nice, précisément) dans les années 70-80, avec une extrême-droite qui ne se cache pas mais un souvenir de la seconde guerre mondiale qui reste vivace pour beaucoup de monde.

Ça part parfois un peu trop dans tous les sens, mais c’était un témoignage/une réflexion intéressante.

Baltimore, de Mike Mignola

Durant la première guerre mondiale, Henry Baltimore, un soldat anglais, blesse un vampire qui se nourrissait d’un soldat agonisant sur le champ de bataille. Cet événement déclenche une guerre entre l’Humanité et les forces surnaturelles, réveillées d’un long sommeil. Le comics va suivre les tribulations de Baltimore et de ses alliés à travers l’Europe pour tente de mettre fin aux différentes manifestations du surnaturel qui se déclenchent ici et là, alors que les vampires et des congrégations de sorcières préparent le retour du Roi Rouge, un Grand Ancien.

J’ai beaucoup aimé. J’ai les premiers tomes chez moi mais je n’avais jamais eu l’occasion de lire la seconde partie du comics, là j’ai tout relu d’un seul coup. J’aime beaucoup l’ambiance du comics et le dessin de Mignola. Le setup de la fin de la première guerre mondiale marche bien pour une histoire surnaturelle, et j’aime beaucoup le dessin de Ben Stenbeck, qui reprend bien le style de Mignola mais le rend plus lisible à mon sens (j’ai été moins convaincu par le dessin des autres dessinateurs mais je pense que c’est aussi une question d’habitude). Et les couleurs de Dave Stewart fonctionnent super bien avec l’ambiance de l’histoire.

Je recommande chaudement si vous aimez les trucs horrifiques.

It’s Lonely At the Centre of the Earth, de Zoe Thorogood

Comic autobiographique d’une dessinatrice anglaise, parlant de sa dépression, des attentes (les siennes et celles des autres) sur ce que vont être sa vie et son œuvre maintenant que son premier comic a connu du succès.

J’ai pas mal aimé. C’est assez méta, avec plusieurs styles de dessins qui s’entremêlent, plusieurs incarnation de Zoe qui s’interpellent les unes les autres, une tentative de rebooter la bédé de façon plus positive et linéaire à mi-chemin. Le côté introspectif (et dépressif) m’a fait penser à du Carrère, d’une certaine façon. La mise en récit graphique d’une dépression m’a aussi fait penser à C’est comme ça que je disparais, de Mirion Malle, mais j’ai préféré It’s lonely… dans sa mise en forme.

Maus, d’Art Spiegelman

Bande-dessinée étatsunienne publiée entre 1980 et 1991. L’auteur met en scène le témoignage de son père, rescapé de la Shoah. Dans le livre, les polonais sont représentés par des cochons, les nazis par des chats et les juifs par des souris. On alterne entre le récit du père d’Art et le contexte de l’enregistrement de son témoignage par Art aux États-Unis dans les années 80.

Le livre entremêle l’Histoire de l’Europe nazie, la vie personnelle d’Art et de son père (en Europe et en Amérique), la difficulté de la relation père/fils dans ce contexte, et l’impact de la parution de la bande dessinée sur son auteur.

C’est très puissant et un Pulitzer bien mérité, je recommande fortement (par contre, obvious TW racisme, antisémitisme et génocide).

Bolchoï Arena, d’Aseyn et Boulet

Premier tome d’une bande dessinée qui parle de monde virtuel. Marje est une nouvelle dans Bolchoï Arena, une simulation gigantesque qui représente plusieurs systèmes solaires, dont le notre, avec un niveau de détails hallucinant. Elle y est venu pour faire de l’exploration spatiale, son sujet de recherche dans le monde réel, mais elle s’avère incroyablement douée en combat virtuel, un atout appréciable dans un monde numérique qui brasse un argent gigantesque.

J’avais repéré la BD par hasard, parce qu’Aseyn a aussi dessiné dans le même style la réclame du Monde Diplomatique. Je suis content de cette sérépendité, le scénario est super bien (je n’ai lu que le premier tome so far donc rien n’est résolu), et le dessin est super.

Deuxième tome

Plus de questions, quelques révélations mais pas vraiment de réponses définitives en plus, mais l’histoire tient toujours la route. Vivement la suite !

Troisième tome

Je suis assez bluffé par la capacité des auteurs à étendre l’univers à chaque tome, tout en gardant une cohérence d’ensemble. Dans ce tome encore pas mal de nouvelles questions, une évolution intéressante et crédible des relations entre les personnages. Par contre j’ai l’impression que la question « qui a créé le Bolchoï ? » est assez centrale depuis le second tome, et que c’est un point qui reste pour le moment totalement ignoré par les protagonistes.

Illustration d’Aseyn pour le Diplo, sur leur twitter

Les Strates, de Pénélope Bagieu

Bande-dessinée française autobiographique publiée en 2021. L’album est constitué d’histoires courtes qui courent sur quelques pages, dessinées au crayon en noir et blanc. Les histoires couvrent différentes périodes de la vie de Pénélope Bagieu, des événements ou relations qui l’ont marquée. Ça se lit très bien, ça tape un peu émotionnellement. Le dessin au crayon à papier est intéressant et correspond bien à la tonalité des récits.

(oui c’est une critique succincte, j’ai bien aimé mais je vois pas trop quoi dire de plus)

Les Ignorants, d’Étienne Davodeau

Bande dessinée française autobiographique et pédagogique. Davodeau décide de collaborer avec un vigneron, Richard Leroy, pendant un an. Il participe aux travaux de la vigne, et Leroy va lui apprendre les différentes facettes du métier de vigneron. En échange, Davodeau lui montre comment fonctionne la création d’une bande dessinée et lui fait lire les œuvres de différents bédéastes. La BD retrace cette année et les échanges entre les deux hommes et leur entourage. C’est intéressant à lire pour apprendre des choses à la fois sur les deux univers. J’avais assez peu aimé la précédente BD de Davodeau que j’avais lue, mais celle-là m’a réconcilié avec l’auteur. J’ai trouvé assez intéressant par rapport à la démarche d’avoir au milieu une page dessinée par Trondheim, ça rentre bien dans la démarche globale de l’ouvrage.

Je recommande donc.