Archives par mot-clé : essai

La Colonisation du quotidien, de Patrick Cingolani

Essai publié en 2021. Cingolani parle de comment le capitalisme néolibéral étend le temps du travail à toujours plus de moment et de situations de la vie quotidienne, en multipliant les formes de travail possible. Il constate que contrairement à ce que disait Deleuze, les sociétés de contrôles décrites par Foucault existent toujours : les usines totalitaires sont toujours la réalité de certain.es travailleureuses, par exemple celleux qui officient dans les entrepôts Amazon. En parallèle, pour d’autres catégories de la population, les formes qu’ont pris le travail sont différentes, et sont plus dans une société de surveillance : on n’est pas dans un contrôle strict instant par instant, mais les outils permettant de travailler, et de surveiller que le travail est fait à tout moment on été démultipliés par le numérique : c’est l’ère du travail nomade, entre deux autres tâches, sans lieu clairement défini. Ca peut s’appliquer aux cadres en télétravail mais aussi aux microtravailleureuses qui font des tâches pour une plateforme depuis chez elleux.

Cingolani parle notamment de comment les plateformes sont devenues un des nouveaux avatars du capitalisme : les plateforme ne font plus rien elles-mêmes, elle font faire : elles mettent en relation un.e client.e et un.e travailleureuse, surveillent les deux (et revendent éventuellement leurs données au passage), et récupèrent leur plus-value sous forme de commission. Elles externalisent tous les frais du travail aux travailleureuses « indépendant.es » et nie la relation hiérarchique. Enfin, il pointe que les contorsions des plateformes pour se dédouaner du droit du travail permettent aux travailleureuses de déployer de nouvelles formes de mobilisation, puisqu’elleux aussi n’ont du coup pas à respecter les limitations au droit de grève puisque la plateforme a tout fait pour construire la fiction de leur indépendance.

C’était un essai intéressant et facile à lire, je le recommande.

Zelda : le Jardin et le Monde, de Victor Moisan et Alex Chaumet

Essai qui détaille les parallèles entre l’architecture de Ocarina of Time et les jardins japonais, et par extension entre les jardins et les jeux vidéos.

J’ai été très convaincu et intéressé par la première partie, qui se focalise vraiment sur cette question du jardin, sur les principes de construction, la reconstruction d’un monde en miniature, les jeux de dissimulation des éléments pour faire paraitre le jardin plus grand, l’intégration d’éléments extérieurs dans certaines perspectives pour donner l’impression que le jardin les inclut et s’étend démesurément. On retrouve effectivement ces éléments dans la construction d’un monde de jeu vidéo, avec un décor inaccessible, la condensation sur un terrain de jeu relativement petit d’éléments qui sont censés représenter un monde plus vaste, l’usage d’éléments codifiés pour guider le joueur/promeneur. Les réflexions sur l’intégration de la temporalité dans le monde du jeu, les trois types de temps (cycle dans la plaine d’Hyrule, temps figé dans les villages, absence de temps dans les donjons) est aussi intéressante, ainsi que l’analyse de la fonction de la plaine comme carrefour et espace vide qui souligne les éléments d’intérêts sur son pourtour, laissant le joueur les explorer comme il le souhaite.

L’analyse des donjons et de la construction d’un monde faussement ouvert qu’ils représentent est intéressante : on peut aller faire les boucles dans le sens qu’on veut, mais on sera bloqué par certaines portes/le manque de certains objets et on adoptera in fine la progression que les développeurs ont voulu.

Les passages sur l’errance, à la fois dans la figure du chevalier errant ou du vagabond qui parcourt le monde sans attache à une routine quotidienne, et à la fois dans la façon d’appréhender un jeu en monde ouvert, laissant une place à la sérendipité, où le joueur ne verra pas toutes les quêtes, tous les secrets placés dans le jeu était intéressant aussi. C’est aussi une idée qui introduit celle du déchiffrage du monde : pour orienter le joueur et lui faire comprendre qu’il doit aller vers certains éléments, pour lui laisser une chance de remarquer qu’il y a un secret a un endroit, le jeu se repose sur des motifs et des indices, que le joueur apprend à lire, et qui vont réorienter son errance. On peut trouver un équivalent dans le monde réel avec les géocaches, qui sont une forme de ludification du réel (d’ailleurs, commencer cet essai au parc Georges Valbon était assez idéal en terme de mise en contexte et d’illustration).

J’ai été moins convaincu par les passages sur la musique et sur le symbole de l’œil.

Par ailleurs; le livre est très beau, avec des pages en noir sur fond blanc (sauf les notes de bas de page, en vert) pour la majorité du texte, des pages en blanc sur fond noir pour les donjons, des pages en noir sur fond vert pour les pages de titre. Il y a des beaux plans des donjons, pas mal d’illustration originales, une belle couverture avec un rabat dépliant, il vaut le coup d’être lu en version physique.

L’Ennemi principal, de Christine Delphy

Essai d’économie et de sociologie féministe. Il s’agit d’une compilation d’articles écrits par Delphy entre 1970 et 2001, sur le sujet de l’exploitation des femmes depuis une perspective marxiste. Delphy montre que les rapports hommes/femmes sont un rapport de classe, avec une classe exploitante et une classe exploitée. La classe des hommes bénéficie du travail gratuit des femmes, que ce soit du travail ménager ou plus largement du travail domestique (ie tout le travail effectué par les femmes dans le cadre de leur couple : ça inclut le travail ménager, mais potentiellement aussi la compta de l’activité de leur mari, des activités productives sur une exploitation agricole…). Ce que montre Delphy c’est que ce travail domestique recouvre de multiples activités, que le seul point commun qui en fait un tout cohérent est sa réalisation par des femmes, hors des rapports de production marchand, et sa captation par un homme. Les mêmes activités effectuées dans un autre cadre pourraient avoir une valeur d’échange, c’est vraiment la relation domestique qui donne un statut particulier à ce travail. Delphy montre aussi que ce statut de travailleur gratuit n’est pas stricto sensu réservé aux femmes : dans certains systèmes familiaux agricoles, les cadets (ou même plus largement tous les enfants sauf uns) peuvent avoir ce statut de travailleurs gratuit, un seul héritant de l’exploitation et de la position du père, tous les autres vivant à jamais dans une position subalterne.

Plusieurs articles s’emploient à démontrer en quoi les analyses qu’elle propose sont bien des analyses marxistes, qu’elle étend la méthode matérialiste à d’autres sujets que le rapport de domination salarial, mais que c’est bien une extension pertinente et non une trahison comme le faux procès lui a pu être fait. Liée à cette question est sa démonstration que le rapport de classe homme/femme est bien un rapport distinct du rapport salarial : ce ne sont pas « les capitalistes » qui exploitent les femmes dans le couple, en extrayant leur valeur via leur exploitation de l’homme : c’est bien une exploitation distincte, on ne peut pas tout ramener au capitalisme et absoudre les prolétaires hommes en couple hétéro d’une certaine position de domination.

Il y a aussi une analyse intéressante qui démontre en quoi non seulement le genre est socialement construit, mais le sexe aussi (bon c’est pas une surprise, avec la position matérialiste de Delphy, rien n’est immanent, tout est construit). En gros, se crée d’abord une relation d’oppression entre deux classes, qui fait advenir ces classes : on divise l’humanité entre hommes et femmes, en affirmant que la différence entre les deux est porteuse d’un sens profond qui justifie une différence de traitement et de socialisation (contrairement à la couleur de cheveux ou la latéralisation, par exemple), et que les catégories ainsi créées sont nettes et naturelles. Je ne détaille pas la partie où l’on attribue des comportements et des jugements de valeurs sociales aux deux catégories pour créer le genre, ce qui me semble intéressant ici c’est surtout la façon dont pour naturaliser l’oppression, on va lui chercher un support dans des différences physiques qu’on va cherry-picker : on déclare que les organes sexuels, les caractères sexuels secondaires, puis avec les avancées de la science les hormones, les chromosomes… tombent bien nettement dans deux catégories distinctes, de chaque côté de la barrière genrée, puis on va décréter que les cas qui ne s’y conforment pas sont anormaux dans le sens non-naturels, alors qu’ils le sont dans le sens où ils ne correspondent pas à une norme construite.

Globalement, très bonne lecture. J’ai eu un peu plus de mal avec le T2 (qui reste intéressant cependant), davantage basé sur des réponses à des controverses de l’époque, mais le tome 1 se lit très bien, les démonstrations de Delphy sont très claires, et son style d’écriture est super accessible, un point rare dans les essais je trouve. Et même s’il y a eu des évolutions importantes de la société depuis ses premiers articles, les analyses restent tout à fait pertinentes. Une très bonne façon d’aborder le féminisme matérialiste.

L’Amour sous algorithme, de Judith Duportail

Essai de 2019. L’autrice retrace son propre rapport à Tinder et expose des éléments sur le fonctionnement du site de rencontre, sa collecte de données, ses algorithmes de mise en relation des utilisateurices, et son impact sur le déroulement des relations romantiques qu’il médie.

C’était court, un peu plus subjectif que ce que je préfère comme style d’essai, mais assez intéressant. Duportail met en scène sa quête d’éléments supplémentaires sur la note de désirabilité que Tinder attribue aux profils et aux photos, et à comment l’entreprise met en relation des profils. Elle met en lumière une collecte massive de données pour la construction des profils, utilisées en interne pour construire des métriques, et évidemment aussi revendues aux annonceurs publicitaires. Elle révèle aussi comment les choix de fonctionnement de Tinder favorisent les mises en relation selon des schémas patriarcaux : femme plus jeune, moins riche et moins diplômée pour les couples hétéros. Le passage sur l’utilisation de points communs entre utilisateurs pour faire des matchs qui vont voir ce point commun comme « un signe du destin qu’ils étaient faits pour être ensemble » est assez édifiant, ainsi que les éléments sur la construction du modèle de présentation des profils selon un modèle de récompense aléatoire, un des modèle qui favorise l’addiction (et qu’on retrouve au coeur d’énormément d’applications désormais). Les éléments sur les comportements des utilisateurs et utilisatrices sur la plate-forme sont présents mais assez succincts.

Je recommande si le sujet vous intéresse de base.

À l’écart de la meute, de Thomas Messias

Essai paru en 2021 sur le problème posé par les groupes d’amis composés exclusivement d’hommes cis et hétéros (points bonus s’ils sont tous blancs).

Le sujet est intéressant et l’essai soulève quelques bons points, mais globalement j’ai été déçu : l’ouvrage reste trop superficiel à mon goût, s’appuyant surtout sur du ressenti, des anecdotes personnelles ou des exemples tirés de films. J’aurais voulu que ce soit creusé davantage, là c’est un peu du pop-féminisme.

Si je résume à grands traits la thèse du livre : les groupes d’amis rassemblant des dominants on pour effet de renforcer les mécanismes de domination à la fois à l’intérieur du groupe et dans la société toute entière. À l’intérieur du groupe, la dynamique de groupe va conduire à une surenchère dans la domination, à renforcer un discours dominant et à établir une hiérarchie interne qui reproduit celle de la société (hétéropatriarcat, donc). À une échelle plus large, ces groupes homogènes fonctionnent comme des boys club qui vont permettre des retours d’ascenseur entre dominants et pousser chacun des membres à performer une masculinité toxique même en dehors du groupe. Thomas Messias exhorte les hommes cis à sortir de ce type de relations sociales et à cultiver des amitiés d’une part dans des groupes hétérogènes et d’autre part des amitiés masculines qui ne passent pas par des groupes mais par des relations entre deux hommes, pour gommer l’effet groupe. Il insiste sur le fait que l’on peut exiger des amitiés de meilleure qualité plutôt que de juste garder les mêmes amis qu’on avait dans sa jeunesse à cause du hasard des circonstances qui nous ont réunies à l’époque.

Globalement je suis d’accord avec ces points, mais le tout reste un peu léger : je pense qu’il existe des phénomènes de hiérarchie qui se mettent en place dans les groupes indépendamment de l’homogénéité de celui-ci. Il est clair qu’un groupe d’hommes cis qui n’a pas réfléchi aux questions de justice sociale est bien plus susceptible de faire de la merde, mais la mise en place de hiérarchies internes, reproduisant ou non celles de la société, me parait indépendante de l’endogamie sociale.

Le livre développe aussi tout un passage sur le témoignage d’une femme dont le compagnon se retrouve une fois par an avec des amis exclusivement hommes cis pour un « weekend entre couilles ». Si le terme est bien beauf (et probablement utilisé dans le classique second degré des CSP+ qui adoptent un langage beauf de façon distanciée, permettant de dire des horreurs « pour blaguer » mais en les énonçant in fine), Messias semble condamner le fait que le compagnon en question veuille disposer d’un weekend où il est clair que sa compagne ne sera jamais invitée. Si le fait que ce rassemblement soit endogame entre hommes cis à blagues beaufs ne semble pas terrible, par contre ça me semble au contraire hautement bénéfique d’avoir dans un couple des moments de loisirs qui soient explicitement vécus de façon séparée. Plus généralement, j’ai l’impression que le livre tourne autour d’un point pourtant crucial pour son propos, qui est que l’on se comporte différemment avec différentes personnes et différentes configurations de personnes, et que donc le visage que l’on présente au travail, avec un ami en particulier, au sein de son groupe d’ami.es, au sein de sa famille d’enfance, au sein de son couple ou quand on est seul sont assez différents, et qu’il peut être complexe de concilier ces facettes si les situations fusionnent. Et ces changements comportementaux ne me semblent pas être des changements hypocrites, il n’y a pas un visage réel et des masques mais différents aspects d’une même personnalité (par contre certains peuvent être plus ou moins toxiques).

Autre point que j’aurais voulu voir creusé et qui me semble pertinent pour dénoncer les amitiés masculines toxiques de groupe, c’est le fait que la relation qu’on a à un groupe n’est pas la somme des relations que l’on a à chacun des membres du groupe. Messias aborde le sujet quand il établit que cette relation amorphe facilite le fait de reproduire les hiérarchies sociales dominantes, mais il ne détaille pas. Perso c’est un phénomène qui m’a toujours un peu fasciné et que je trouve super intéressant dans les relations de groupe, en positif comme en négatif, donc je trouve regrettable de le glisser sous le tapis comme ça.

Explorations urbaines, de Julien Martin Varnat

Essai qui parle de la pratique de l’exploration urbaine. L’auteur revient sur la généalogie du terme, comment une pratique assez large à la base s’est contractée dans son acceptation grand public pour signifier spécifiquement l’exploration de bâtiments abandonnés, qu’ils soient en contexte urbain ou non d’ailleurs. Mais à la base et dans certaines des pratiques que l’auteur relate (et met en application) c’est une exploration plus large de tous les espaces d’une ville, en refusant l’aspect « un espace = une fonction » et en empruntant des parcours non majoritaires.

L’auteur pointe aussi comment l’exploration de bâtiments abandonnés (qu’on va nommer urbex pour simplifier) peut adopter des codes virilistes, avec une performance de la capacité à s’introduire, à atteindre des espaces le premier, et à documenter cette performance, documentation qui rentre en contradiction avec un certain culte du secret dans la collectivité. Les autres formes d’exploration urbaines incluent le place hacking : s’introduire dans des immeubles, des cérémonies, des toits, des caves… sans ques les espaces soient forcéments abandonnés, juste se trouver là où l’on est pas supposé. Il parle aussi des promenades situationnistes, des marches exploratoires à travers la ville : l’exploration urbaine peut-être une déambulation sans introduction ou dépassage de barrière, juste pour appréhender des espaces que l’on ne traverse ou on ne regarde pas habituellement. L’auteur revient aussi sur sa propre pratique à Clermont, avec le groupe du Grand Lustucru, collectif informel qui pratique cette exploration urbaine déambulatoire. Il parle aussi de la pratique des sentiers de randonnée urbain et de comment ces pratiques peuvent être réintégrées dans des approches plus acceptées comme la randonnée.

J’ai bien aimé, c’était particulièrement intéressant pour la réflexion que ça me permet sur mes propres pratiques ; je ne fais plus énormément d’urbex ni de déambulation urbaines ces derniers temps mais ça m’attire toujours et je trouve ça intéressant d’avoir une réflexion dessus, qui soit justement un peu détachée de ce culte de la performance et de la mise en scène que l’on peut trouver chez Lazar Kuntzman ou Psychoze.

L’Âge des lowtechs, de Philippe Bihouix

Essai de 2014, réactualisé en 2021. Bihouix discute de l’insoutenabilité du fonctionnement de l’économie mondiale et du mode de vie occidental, en terme d’exploitation de ressources finies. Plutôt que d’adopter une perspective catastrophiste dans le style de la collapsologie, il détaille ce que pourraient être des alternatives qui passeraient par l’abandon de la high tech, l’ensemble des technologies et innovations actuellement promues, qui sont là pour minimiser les efforts des utilisateurs et le sentiment de friction avec le monde, mais au prix d’une énorme consommation de ressources et de très gros besoin de maintenance.

A la place, il propose de se tourner vers les low techs, des technologies moins efficientes mais plus résilientes, faisant la part belle à une sobriété d’utilisation des ressources rares, une augmentation drastique de la réparabilité, du réemploi et du recyclage des différents composants des appareils techniques nous entourant. Il avertit que celà passe par une modification importante des modes de vie, un renoncement à un certain confort matériel mais au profit d’une diminution énorme de leurs coûts cachés, qu’ils soient délocalisés dans des pays non occidentaux ou aux classes moins aisées de ces pays : on perd la possibilité de la voiture individuelle et des trains à grande vitesse, mais au profit d’une diminution énorme de la pollution et d’une augmentation du temps libre. On renonce aux projets mégalos d’énergies fossiles comme renouvelables pour le fait de mettre davantage de pulls en intérieur en hiver, en promouvant la sobriété énergétique.

C’est une approche intéressante, pas forcément très optimiste sur le succès que nous aurons a effectivement effectuer cette transition, mais qui rassemble des éléments que j’avais pu lire chez Fressoz, Servigne, Négawatt… un ouvrage intéressant pour penser la transition de façon globale et en évitant les pièges du marketing autour du développement durable et de la croissance verte ou autres équivalents greenwashants.

Steaksisme, de Nora Bouazzouni

Essai féministe sur l’influence du genre, des stéréotypes genrés et du marketing genré sur l’alimentation.

Globalement, le marketing des aliments est basé sur la pensée magique : les aliments auraient des qualités intrinsèques en sus de leur composition en lipides/glucides/protéines ; qualités qui seraient transférées à cellui qui les consomment : les carottes rendent aimables, les yaourts font mincir… On a là une excellente base pour rajouter une couche de marketing genré et de stéréotypes sexistes sur l’alimentation.

Typiquement, la masculinité hégémonique s’exprime dans l’alimentation par les grosses quantités, la consommation d’alcool, les aliments épicés, le salé et l’excès. A l’inverse la féminité hégémonique va se traduire par le contrôle, le sucré, les aliments nature… Dans les faits les hommes consomment plus de sucré que les femmes (la prescription sur le sucré clashant avec celle sur le contrôle), mais ce n’est pas l’image qui est renvoyée par la publicité ou les représentations culturelles, qui construisent bien plus le stéréotype genré que la réalité des consommations.

Ces assignations différenciées vont s’exprimer dans des contextes où il est important de performer le genre : typiquement les premiers rendez-vous d’une relation. C’est assez straightforward pour les hommes, ça peut être compliqué pour les femmes, avec des injonctions à être « une fille cool », ie celle qui se comporte comme un mec sur certains points tout en se conformant d’autant plus aux injonctions à la féminité sur le reste : commander un burger au restaurant mais surtout en restant mince, dans un double bind de beau niveau. Les injonctions sur la nourriture font d’ailleurs écho à celles sur la sexualité (on parle de plaisir charnel dans les deux, c’est assez logique) : les hommes sont supposés en redemander, les femmes être dans la retenue.

Derrière ces représentations, il existe tout un marketing genré qui mobilise les stéréotypes pour vendre des produits : soit directement (quand on vend des steaks aux hommes avec les mêmes arguments et le même vocabulaire que quand on leur vend des voitures ou quand on vend des yaourts aux femmes en leur rappelant leur obligation de rester mince), soit de façon plus convolue quand on vend des yaourts aux hommes : soit en repackagant le produit comme des broyourts, avec de plus grosses portions, un emballage noir et des arguments sur leur contenu en protéines ; soit en essayant de jouer au second degré sur les clichés en montrant un homme qui apprécie son yaourt comme une femme mais qui assume de briser les clichés (tout en restant un homme). L’autrice donne aussi l’exemple d’un marketing aussi assez tordu sur le chocolat pour les femmes, qui leur enjoint de « succomber à la tentation sans honte », ce qui veut surtout dire « appréciez le goût maintenant, prenez vous un retour de bâton sur les injonction au contrôle et à la minceur plus tard », à nouveau un double bind qui est un terreau pour les troubles de l’alimentation.

Techno-féodalisme, de Cédric Durand

Essai de 2020 sur les évolutions du capitalisme à l’ère des firmes qui gèrent l’économie des données.

Durand détaille l’idéologie qui soutient les startups: plus que la mise en marché de tout, c’est l’application de la destruction créatrice (renommée disruption) à tout qui est au cœur du phénomène. Sur le papier, ça veut dire tout faire pour favoriser l’entrée de nouveaux petits acteurs sur les marchés qui vont pouvoir challenger les grosses firmes en place fossilisées dans leurs process, et donc ça justifie la flexibilisation du marché du travail, la dérégulation pour ne pas favoriser des méthodes spécifiques, etc…

Dans les faits, s’il y a eu une vague de nouveaux entrants sur les marchés numériques dans les années 90’s, les gagnants de cette période d’instabilité qui ont tiré leur épingle du jeu sont devenus les nouveaux monopoles et font tout pour ne plus être délogeables et rachètent les startups prometteuses depuis leur position de force. La concurrence exacerbée n’était pas un nouveau paradigme mais le moment d’un cycle des marchés.

En parallèle, l’intrusion du numérique dans le monde du travail a conduit à plus de contrôle des exécutants : les cadres sont nomades et autonomes (mais joignables partout et tout le temps), pour tous les autres il y a des scripts détaillés d’actions à faire et des indicateurs mesurés en permanence.

Enfin, la démocratie est érodée par la capture de la conversation publique par les médias de masse concentré entre les mains de quelques firmes et milliardaires. Ces médias personnifient les enjeux politiques, faisant qu’on ne se positionne pas sur des programmes mais sur des personnes (les médias ne sont pas les seuls responsables, les politiques s’engouffrent aussi à fond dans ce système, mais les médias l’accentuent au lieu de le contrer). Avec l’avénement des réseaux sociaux, le phénomène s’est encore accentué : même les déclinaisons entre petits groupes de personnes de la conversation publique sont médiées par des plateforme privées qui revendiquent d’utiliser leur position pour influencer le débat, expérimenter sur les gens, mettre en place du nudge et récolter des données. De plus il est difficile de quitter ces plateformes une fois qu’on y a investit du temps, construit son réseau de relations sociales, personnalisé leur fonctionnement et transféré nos données. On se trouve littéralement inféodé à ces plateformes, travaillant pour elles à créer des données qu’elles peuvent monétiser et avec de forts coûts sociaux rendant difficile de les quitter.

Durand effectue une comparaison entre les modes de production que sont esclavagisme, capitalisme et féodalisme : dans le féodalisme, les producteurs sont libres d’organiser leur production comme ils le souhaitent (les paysans gèrent leurs parcelles et leur temps comme ils l’entendent, contrairement aux salariés d’une entreprise), mais pas de changer de seigneur (saufs coûts prohibitifs dissuasifs, avec la nécessité de reprendre à zéro la culture d’une terre et de laisser tous les gens que l’on connaît derrière soi). L’économie de plateforme des GAFAM s’apparente, sur le point de la création/monétisation des données à ce système.

Sandinista!, de Vincent Brunner

Livre qui revient sur la genèse du triple album Sandinista! de The Clash. J’étais content d’en savoir un peu plus sur The Clash, qui est un groupe que j’aime bien sans y connaître grand chose, mais après le livre n’avait rien d’extraordinaire. L’album a été composé et enregistré entre des premières sessions à Kingstown, une grosse partie à New York et une partie à Londres. Le groupe a été fortement en conflit avec sa maison de production qui ne voulait pas d’un triple album, et à sa sortie l’album a été considéré comme surgonflé par des chansons qui n’y avaient pas trop leur place, ce qui s’explique du point de vue du groupe par sa volonté de s’ouvrir à d’autres influences musicales et de ne pas rester dans leur sillon punk. Il a été un peu réhabilité par la postérité, avec quelques morceaux très connus dessus comme Police on my back ou The Magnificent Seven.

Comme je disais, pas transcendé par le bouquin en soi, mais je pense que c’est difficile d’écrire de façon documentaire sur un sujet pareil, ça aplatit beaucoup les choses. Ca aurait peut-être valu le coup d’avoir une approche plus docu-fiction, à la HHhH, mais bon c’est facile à dire sans se fader le travail d’écriture.