Archives de catégorie : Des livres et nous

Les Aiguilles d’Or, de Michael McDowell

Roman étatsunien de 1980. Durant l’année 1882, on suit la lutte entre deux familles newyorkaises.
D’un côté d’influents républicains, les Stallworth, bien décidés à gagner encore en influence en mettant en scène leur croisade contre le crime et le vice.
De l’autre les Shanks, famille des bas-fonds qui vie de diverses combines criminelles (avortement, recel, vol à la tire…), se retrouve pointée du doigt par les Stallworth et organise leur contre-attaque.
C’est un bon pageturner, avec une très jolie couverture pour la VF, mais c’est loin d’être inoubliable, l’histoire d’affrontement et de manigances est assez classique, et l’écriture est blanche.

Féminicène, de Véra Nikolski

Essai antiféministe paru en 2023. C’était … intéressant à lire. C’était mauvais, hein, mais édifiant. Globalement, l’ouvrage part avec une thèse intéressante : le progrès technique a permis une élévation incroyable du niveau de vie de tous les humain.es, et encore plus de ceux vivant dans les société occidentales, qu’on a totalement occulté parce que l’on vit dedans. Cette progression des conditions de vie a encore plus bénéficié aux femmes qu’aux hommes parce qu’elle a permis de gommer les fondations de l’inégalité H/F.

Pour l’autrice, qui insiste sur le fait que naturel ne veut pas dire moralement juste, il y a bien une fondation originelle à cette inégalité : le dimorphisme sexuel notamment en termes de force physique moyenne et le handicap temporaire que sont la gestation et l’allaitement ont conduit à une spécialisation sexuée des rôles, qui a ensuite été rétrojustifiée en raisons morales et religieuses, et étendues à toutes les femmes en tant que groupe sans tenir compte des différences individuelles. Je suis pas très convaincu par le besoin d’un dimorphisme originel pour avoir une brisure de symétrie, mais soit. Le passage à des sociétés agricoles avec des grossesses potentiellement plus rapprochées (variation sur l’apport calorique) mais plus de mortalité infantile (conditions de vie) a encore aggravé cette différence entre les sexes et empiré la position féminine.

Là dessus arrive la révolution industrielle et la mécanisation, qui permette de faire disparaitre le besoin de force physique dans l’agriculture, dans l’industrie, et crée un secteur des services où elle n’a jamais été nécessaire. Décollage aussi de la médecine, avec l’asepsie, les antibios : effondrement de la mortalité infantile, puis techniques de contrôle des naissances (qui pour l’autrice sont la cerise sur le gâteau mais bien moins cruciales que la baisse de la mortalité infantile et des risques liés à l’accouchement), et financement collectif du système de santé et d’éducation (école, modes de garde, hôpital public). Dans notre monde dopé à l’énergie abondante, toutes les raisons qui pouvait expliquer historiquement (selon l’autrice) une différence de rôle H/F ont été supprimées par la technique. Ce serait ce phénomène selon elle, et non pas les combats féministes, qui expliquent les progrès de la cause des femmes dans le monde (elle concède que c’est pas le cas partout, même dans des pays industrialisés comme l’Arabie Saoudite, mais c’est selon elle 1/une survivance de l’ancien système et 2/ le poids de la religion).

Mais du coup, dans un monde qui voit arriver une triple crise climatique/des ressources/de l’antibiorésistance qui risque de gommer ces progrès techniques, sera-t-il possible de préserver le progrès social ? L’autrice note qu’on ne va pas avoir le retour au moyen-Âge : les connaissances, notamment en termes de médecine, ne vont pas disparaitre. Mais il y a un risque réel, et les débats actuels du féminisme ne se focaliseraient pas sur ce risque mais sur des combats juridiques/législatifs qui ne serviront à rien si l’État de droit disparait. Pour elle le féminisme devrait pousser les femmes à investir les domaines techniques pour pérenniser les techniques qui sous-tendraient leur émancipation.

Ça, c’était la partie intéressante de l’ouvrage. C’est une thèse avec des éléments pertinents, je suis pas d’accord avec tout, mais ça pose des sujets intéressants. Mais c’est noyé dans des attaques totalement gratuites sur le mouvement féministe actuel, et l’autrice n’a pas peur de nous ressortir tous les poncifs du genre, dans une magnifique bingo de droite : les féministes se trompent de combat, desservent la cause, ne s’intéressent qu’au point médian et à la dénonciation de doléances individuelles et n’incitent pas les femmes à s’engager dans les sciences dures (ah). On a le marqueur ultime de la droitardise recuite : un nombre hallucinant d’ad hominem sur Sandrine Rousseau. Parmi les affirmations gratuites, visiblement les féministes actuelles ne se préoccupent pas de santé (toutes les personnes bossant à ou soutenant le Planning Familial apprécieront), et personne ne fait le lien entre changement climatique et féminisme (deux lignes plus loin elle cite un rapport de l’ONU sur le sujet). Et puis les féministes ne connaissent pas le nom de l’inventeur de l’asepsie alors qu’il a tant fait pour les femmes (je gage que l’autrice ne le connaissait pas non plus avant de le googler pour l’écriture du livre). C’est quand même tout à fait dommage de gâcher un propos de fond qui gagnerait à être effectivement débattu par autant d’attaques complétement gratuites.

Pour en revenir au fond, j’ai l’impression que même si la thèse est intéressante, l’autrice mélange un peu trop progrès relatif et progrès absolu : oui les femmes ont beaucoup gagné aux progrès de la médecine depuis le Moyen-Âge. Les hommes aussi. Peut-être que les femmes comparativement un petit peu plus, mais je ne vois bien en quoi ce serait pour autant la tâche des féministes en particulier de sauvegarder les acquis de la médecine plus que de n’importe quel humain.e. De plus, si un monde instable va effectivement affecter les femmes encore plus que les hommes, l’enjeu n’est pas tant pour moi de sauvegarder la flamme de la civilisation dans la tempête (mais je suis pas surpris de cette vision décliniste de la part d’une personne de droite) que de réfléchir à une décroissance planifiée et socialement juste pour que la baisse de conso des ressources amène à perdre les voyages en avion plutôt que le système hospitalier. Bref, l’argument de la crise climatique sert surtout à dire que les féministes se trompent de combat et ferait mieux de devenir physicienne et militaire plutôt que de réclamer sans cesse. Dommage, parce qu’il y a un vrai sujet de comment aller vers un monde à +2°C qui reste le plus juste possible, mais la première étape n’est pas de taper sur le féminisme.

Rosie Carpe, de Marie Ndiaye

Roman français de 2001. Rose-Marie Carpe grandit à Brive-la-Gaillarde, dans une famille sans amour. Elle monte à Paris pour ses études avec son frère, les abandonne, va travailler dans un hôtel à Antony. Elle couche avec le manager assistant, a un enfant, retrouve son frère, part le rejoindre en Guadeloupe. Pendant ce temps elle est dissocié, comme à côté d’elle même, spectatrice de sa propre vie.

C’est un roman assez déprimant, les personnages sont globalement tous infects (sauf Lagrand, mais qui n’est quand même pas incroyable) et veules, surtout la protagoniste principale (il lui arrive plein de merdes mais elle est aussi horrible elle-même). Mais c’est bien écrit et prenant (alors qu’il ne se passe pourtant pas grand chose).

Pour en finir avec la démocratie participative, de Manon Loisel et Nicolas Rio

Essai de science politique paru en 2024. Les deux auteurices sont consultant·es en coopération territoriale. Ils reviennent dans cet essai sur leurs expériences de mise en place de consultations citoyennes pour des collectivités et sur les limites de ces dispositifs.

La mise en place de dispositifs de participation citoyenne en France est conçue comme une réponse à la crise démocratique (centralisation des décisions, absence de débat contradictoire, manque de représentativité des élu.es, poids des lobbys) du pays, alimentant l’incapacité des institutions à prendre en compte la diversité des besoins et faire accepter les mesures retenues, et la défiance des citoyen·nes. Pourtant ce déploiement a plutôt aggravé les problèmes que contribué à les résoudre.

La gueule de bois du renouveau démocratique

Deux lois (Barnier, 95 et Vaillant, 2002) ont obligé à mettre en place de la participation citoyenne dans certains types de projet. C’est vraiment devenu quelque chose de totalement institutionnel, alors que c’était à la base dans les 60’s un dispositif plus issu des contre-pouvoirs (grassroot organizing). La participation citoyenne cadrée par l’institution (même si elle est de bonne volonté) sert alors à canaliser la mobilisation citoyenne (en posant les modalités du débat, les thèmes abordés, le financement du dispositif, …) les tables de quartier (Québec) ou le community organizing (US) sont bcp plus indépendants des municipalités, structurés par des assos et fondations indépendantes.
La participation citoyenne devient une fin en soi : les institutions communiquent sur le fait d’avoir mis en place un dispositif la permettant. Devient un marqueur en soi, un créneau politique ou professionnel, alors que l’accent devrait être mis sur les conséquences de la consultation, car une PC ne produisant pas d’effets accentue la défiance envers les institutions des citoyen·nes qui ont perdu du temps en s’y impliquant. Lassitude aussi du côté des organisateurices qui la perçoivent comme un jeu de dupes sans effets réels mais consommant du temps et des ressources que la collectivité pourrait mieux employer.
Enfin, la participation citoyenne effectue un contournement des corps intermédiaires et des contre-pouvoirs : mise en place par l’exécutif, elle en tire sa légitimité et ne s’adresse qu’à lui, qui fait ce qu’il veut des résultats. Ce n’est donc pas un contre-pouvoir mais une légitimation de l’exécutif. Dans ce sens elle présente le même problème de désintermédiation que les référendums.

La participation contre l’égalité démocratique

La participation citoyenne donne une voix à celleux qui ont le temps de venir participer : c’est une présentocratie, qui le plus souvent redouble la voix des mêmes catégories qui se sont déjà exprimées par le suffrage : retraités, militant.es, personnes sociologiquement proches de celles qui font fonctionner les institutions, personnes qui ont de la facilité à prendre la parole en public… Pourtant, cette parole très située va être présentée comme la parole citoyenne.

Au contraire, la participation citoyenne devrait rendre audible celleux qui ne s’expriment pas autrement, pour contrebalancer les biais de représentation du suffrage « universel ». Pour cela, besoin de demander du silence à celleux qui s’expriment habituellement et de construire un cadre qui facilite la prise de parole, temps d’échanges entre pair·es pour conforter son expérience et restitution globale. Le but est de permettre la construction d’une expertise alternative dont l’institution s’enrichira, pas que l’institution impose son pt de vue à des acteurices en situation dominée.

De l’expression des citoyens à la capacité d’écoute des institutions

Au delà de la prise de parole, enjeu surtout de l’écoute, ie de la prise en compte des éléments par les institutions. Cette non-écoute peut être une façon de masquer le manque de moyens pour prendre en compte les retours de toute façon, mais c’est un pb supplémentaire à adresser, pas une excuse acceptable.
Piste d’écoute par les institutions qui fonctionne : la/le Défenseur.e des Droits, qui propose une écoute individuelle (prise en compte des vécus subjectifs et réponse individuelle aux pbs ) et une consolidation des témoignages en rapports pointant les pbs systémiques. Autre piste possible : auditions de témoins dans le cadre judiciaire. Laisse une personne s’exprimer pleinement. Ne prétend pas que son témoignage est une vérité absolue, mais une version des faits à prendre en compte pour bien appréhender une situation avant de prendre une décision.
Importance de réintégrer l’administration comme acteur dans le dialogue élu.es/citoyen.nes, pour ne pas prétendre que les élu.es ont toutes les cartes en main alors que les agents avec leur expertise technique et leur rôle de mise en œuvre, ont un vrai poids dans la déclinaison des décisions. Permet de plus de poser plus clairement que l’admin apporte une expertise technique, importante pour les décisions, mais qui est un point de vue situé, qui peut être challengée par des contre-expertises. De façon plus générale, plutôt que de multiplier les dispositifs de PC inféodés au pouvoir, mieux vaudrait accorder une plus large place dans la vie démocratique aux contre-pouvoirs : associations, médias (à condition d’être pluralistes et indépendant, rarement vérifié au niveau local) …

Démocratiser l’action publique face à l’urgence écologique

Besoin de vraies délibérations dans la vie des collectivités, pas le théâtre déjà joué que sont actuellement les conseils. Pour cela, la délibération ne devrait pas précéder un vote qui ne fait qu’acter des démarcations déjà figées, mais arriver plus en amont pour déplier les composantes d’un sujet, en cerner les conséquences pour les citoyen·nes et préciser la commande passée à l’administration pour qu’elle intègre plus de facettes. Les sujets à délibérer pourraient être proposés par la majo, l’opposition, l’administration elle-même, ce qui permettrait de mieux politiser les questions, un rôle plus intéressant à donner aux élu·es que celui de « super chef·fe de projet » enchaînant les copils pour contrôler l’action de l’administration.

Une institution publique seule dans son coin n’est pas le seul acteur influençant la prise et la mise en place d’une décision. Les autres acteurs publics ou privés impliqués peuvent en mitiger fortement la portée, une phase de négociation est toujours un préalable à la mise en place d’une décision. Si les corps intermédiaires, affaiblis (par la participation citoyenne qui grignote leur légitimité notamment) prennent moins part à cette négociation, ce n’est pas le cas des lobbys, défendant des intérêts sans être soumis à aucun impératif de représentativité. Les différents groupes qui composent la société n’ont pas des intérêts alignés : partant de là, la démocratie ne vise pas le consensus, mais une négociation pour arriver à une position alignée avec l’intérêt général et acceptable par le plus grand nombre. Pour cela, il n’est pas besoin de grands raouts de concertation sans lendemain mais d’avoir des négociations régulières avec des engagements opposables. Notamment sur les questions climatiques et de raréfaction des ressources, la négociation des contraintes est la seule alternative à la contrainte unilatérale (à géométrie variable et via les arrêtés préfectoraux). Les exécutifs locaux ont un rôle de mise en place de ces négociations. Doivent être perçus comme légitimes, donc impartiaux, et pouvoir asseoir tout le monde autour de la table : à la fois aller chercher ceux qui ne participent habituellement pas et refuser les négociations en coulisse avec ceux qui ont trop l’habitude de l’accès direct aux institutions. Ce rôle de cadrage des négociations implique une mise en retrait qui pourrait être vue comme dépolitisante pour les élu·es, mais le choix des sujets débattus et du cadrage est en soi un rôle très politique, et iels gardent la main sur la décision finale, une fois toutes les parties entendues.

Conclusion : avoir la charge de nous représenter

La participation citoyenne innove sur les marges de la démocratie sans rien changer à son fonctionnement. L’important n’est pas d’implémenter plus de participation mais de rapprocher citoyen·nes et élu·es, pour que les représentant·es soient… représentati[ve|f]s. Les auteurices proposent à cette fin de mettre en place un tirage au sort pour représenter les abstentionnistes dans les assemblées, à proportion de la quantité d’abstention et corrigeant le défaut de représentativité de l’assemblée en question (en reprenant les critères sociologiques de la Convention Citoyenne pour le Climat : genre, âge, CSP niveau de diplôme, lieu d’habitation).

Sans Transition, de Jean-Baptiste Fressoz

Essai français publié en 2024. L’auteur retrace l’évolution des différentes sources d’énergie utilisées depuis la Révolution industrielle. Il montre que si on présente classiquement l’Histoire des énergies comme un récit phasiste (avec un Âge du Charbon auquel succède un Âge du Pétrole puis un Âge de l’Électricité…), cette vision est fausse, reposant sur une étude des consommations relatives des énergies, mais s’effondre si on regarde les consommations absolues. Les énergies ne se sont pas succédées mais entraidées à croître.

Fressoz expose dans le détail sur plusieurs chapitres les synergies entre différentes énergies :

  • L’exploitation du charbon a nécessité celle du bois pour étayer les mines, faisant exploser les consommations et le commerce mondial du bois sur le temps long (au début des années 50, les mines européennes absorbent encore 10% du bois d’œuvre européen)
  • L’usage de la machine à vapeur et du charbon ont en retour facilité l’exploitation forestière et en faisant baisser le coût du bois, augmenté sa demande (et ses usages, avec les traverses de chemins de fer, remplacées fréquemment jusqu’à l’invention de la créosote), usage du bois et charbon de bois en remplacement du charbon de mine dans ces machines dans certains cas (notamment les scieries qui avaient la matière sous la main) : la sidérurgie brésilienne utilise actuellement 30 millions de m³ de charbon de bois par an (vs 1 million au pic de la sidérurgie US dans les années 80).
  • Le pétrole est fortement consommateur de charbon pour les infrastructures d’exploitation (acier des derricks et oléoducs) et de consommation (voitures, routes), mais aussi de bois à ses débuts (transport en tonneaux, le pétrole US consomme dans les années 1900 2x plus de tonneaux que l’industrie des boissons alcoolisées) et encore actuellement pour la fabrication d’acier : si est marginal par rapport au charbon, une seule entreprise française de production d’infrastructures pour l’exploitation pétrolière (Vallourenc) consomme actuellement 3 millions de m³ de bois/an, plus que toute l’industrie pétrolière à la fin du XIXe siècle.
  • L’énergie peu chère du pétrole va aussi favoriser le bâtiment et donc les coffrages, les panneaux de contreplaqué, les plaques de plâtre (avec un support carton intégré, donc consommatrices de bois), ainsi que la consommation domestique et donc les emballages et les palettes. La sylviculture va bénéficier des engrais azotés et de la mécanisation, faisant croître fortement les surfaces exploitées. Byproduct de cette exploitation, la consommation de bois de feu mondiale a doublé depuis 1960 (x7 sur le continent africain).

La transition n’a jamais eu lieu. Mais comment l’idée que c’était le cas (qui alimente l’idée que puisqu’il y a eu plusieurs transitions énergétiques déjà réalisées, une nouvelle transition hors des fossiles sera possible) s’est diffusée ? Ce discours sur la transition énergétique s’est diffusée en plusieurs temps :

  • Suite à la crise des années 30, des ingénieurs US diffusent l’idée que les équations logistiques (les « courbes en S » avec un plateau bas, une croissance brusque et un plateau haut) décrivent tous types de comportement, dont la production d’énergie : il n’y a pas de croissance infinie de la production, et une fois sur le plateau haut, il est nécessaire de transitionner vers une autre énergie pour continuer à subvenir à des besoins croissants.
  • Le rapport Energy for the Future rédigé en 1953 par Putnam pour l’industrie nucléaire introduit une étude de l’énergie sur le temps long (cadrage temporel plus facilement adopté par l’industrie nucléaire, en raison de la demi-vie de leur produit et des problèmes de gestion associés) : ce rapport affirme que les ressources fossiles seront épuisées à la moitié du XXIe, et que la transition vers le nucléaire (et la technologie des surgénérateurs) est nécessaire pour affronter ce problème de ressources. Ces réflexions sont couplées à un néomalthusianisme voyant l’énergie comme le goulet d’étranglement de l’Humanité (les engrais de synthèse apparaissant comme une réponse à la production agricole). C’est aussi des cénacles pro-nucléaires que les premières alertes sur le risque des gaz à effet de serre se font entendre, toujours avec en ligne de mire la solution de l’énergie nucléaire.
  • L’idée de crise énergétique se développe dans les années 70 en Occident (avant même le choc pétrolier de 73 qui va l’amplifier), d’abord comme backlash contre les environnementalistes, qui risqueraient de précipiter cette crise en menaçant le développement du nucléaire. Le choc pétrolier amplifie cette idée ainsi que celle de la transition énergétique qui permettrait une souveraineté énergétique. Puis ces concepts sont retournés par les mouvements écologistes pour argumenter en faveur d’un paysage énergétique sans fossiles ni nucléaire, avec l’argument d’une décentralisation (comparé au nucléaire qui doit être centralisé et géré par l’État) qui permettra d’économiser les coûts du réseau et de technos qui peuvent être portées par un marché libéral. La transition énergétique devient à partir de ce moment un terme attrape-tout revendiqué par tous et décrivant des stratégies contradictoires.
  • Jusqu’au début des années 80, la transition est donc un concept qui vise à gérer la raréfaction perçue des fossiles, pas leur trop grande abondance. Cesare Marchetti (scientifique atomiste), va diffuser l’idée que l’évolution de l’usage des énergies dépend de la diffusion des techniques permettant leur usage. Les énergies sortiraient du paysage par obsolescence quand de nouvelles technologies matures permettraient d’exploiter l’énergie suivante (vision très téléologique, et comme l’a montré la première partie, totalement fausse pour la disparition des énergies du paysage énergétique). Mais cette idée permet de parler d’une transition liée aux technologies disponibles et non aux stocks de ressources. La diffusion progressive des enjeux climatiques va mettre en évidence ce besoin de transition, au début perçu comme totalement compatible en termes de calendrier. Il était affirmé sans base que la transition prendrait 50 ans (en se basant sur une estimation du temps de découverte et diffusion des nouvelles technologies qui la permettrait, sans être clair sur ce que seraient ces technologies, excepté toujours les fameux surgénérateurs – qui n’existent toujours pas en 2024), ce qui laissait le temps de la faire bien avant que les enjeux climatiques ne soient prépondérant. Il était donc urgent d’attendre pour que les technologies puissent se développer. Mais ces estimations occultaient totalement le temps de déploiement sur le terrain des technologies en question en termes de formation des métiers et déploiement d’infrastructures : la transition imaginée effectuée durant les années 2010-2020 une fois les technologies matures n’était économiquement absolument pas viable.
  • Les modélisations plus sérieuses du système énergétique et de ses évolutions concluent à un changement climatique inévitable : éventuellement un peu repoussé par les mesures les plus audacieuses, mais jamais évité. Dans cette optique, promotion à la fin des 70s/début des 80s de l’adaptation, dans le cadre de travaux sous-estimant grandement (par rapport aux travaux + récents) les coûts des impacts du CC, notamment sur l’agriculture, et considèrent comme acceptable de rendre des portions entières du globe inhabitables.
  • Les mêmes experts vont passer de la modélisation de la crise énergétique à celle de la crise climatique, et y importer le modèle de la transition. Ce constat s’applique aux prémices du GIEC aux USA, en France et en Inde. Les mêmes modèles vont être appliqués, en considérant que la ressource limitée n’est plus les fossiles mais un climat stable. La création du GIEC visait initialement à redonner la main aux États sur les négociations climatiques, en tuant dans l’œuf l’initiative onusienne Advisory Group on Greenhouse Gases (AGGG), considéré comme trop indépendante (et qui voulait gérer les GES de la même façon qu’avait été traité le trou dans la couche d’ozone, avec des objectifs contraignants). Les USA notamment – mais pas seulement – vont notamment promouvoir via le groupe III du GIEC et la convention des Nations-Unies sur le Climat (UNCC) les solutions technologiques (pas de contraintes sur les émissions, pas d’assistance sous forme financière aux pays impactés, mais de l’assistance technique et des transferts de technologie).
  • À partir des années 2000, le GIEC infléchit ses positions suite à des batailles d’influence en interne. Le risque de carbon lock-in entraîné par une position attentiste est mis en lumière, les objectifs de limitation de l’augmentation des températures sont rehaussés, et une trajectoire de transition rapide devient plébiscitée (sur le papier). Mais comme dans le même temps les émissions n’ont pas décru, les trajectoires de réductions des émissions sont devenues ultra-raides, avec l’invocation de techniques de capture du carbone technologiquement non-matures pour permettre de rester sur la trajectoire. Ces technologies plus ou moins irréalistes ont servi de diversion pour ne pas parler de sobriété ni de décroissance, mots qui ne sont apparus dans le rapport du groupe III seulement en 2022.

Le discours de la transition énergétique a surtout servi à justifier l’attentisme et le fait d’utiliser les fossiles comme « énergie de transition » le temps d’avoir d’hypothétiques technologies propres : dans le vocabulaire actuel des majors de l’Oil & Gas ne domine plus le climato-scepticisme mais l’action en faveur de la transition (sans que la réalité du gros de l’activité ne change. La transition énergétique, basée sur une Histoire fausse, fait office de « futur politiquement correct du monde industriel ». Elle change le mal en remède, les industries polluantes en industries vertes et l’innovation en solution universelle.

Le Cœur cousu, de Carole Martinez

Roman publié en 2007. Dans l’Espagne et le Maghreb du début du XXe siècle, on suit la vie de Frasquita, femme issue de la paysannerie. Lors de la Semaine Sainte suivant ses premières règles, sa mère lui as transmis des prières permettant d’exécuter des miracles plus ou moins mineurs, et une boite contenant un don : dedans, Frasquita a trouvé un nécessaire de couture, qui va faire d’elle une couturière hors pair, un don qui ne va pas forcément lui porter chance. L’une après l’autre, toutes les filles de Frasquita vont trouver un don ambivalent dans la boîte, et on va suivre ces deux générations de femmes l’une après l’autre.

J’ai beaucoup aimé. C’est du réalisme magique très réussi dans son écriture, on est accroché à la vie de Frasquita et de ses filles, aux différentes péripéties qui rythment son mariage puis son errance, à la puissance de la magie qu’elle peut invoquer sans pour autant maîtriser ses effets.

Recommandé.

Techno-luttes, de Fabien Benoît et Nicolas Celnik

Essai français publié en 2023. Les auteurs retracent différentes époques de la résistance à l’implémentation de nouvelles technologies. Ils mettent en évidence que ce n’est pas une résistance dans l’absolu à toute technologie mais le plus souvent la proposition d’une alternative, d’un autre chemin technique et social. Ils insistent aussi sur le fait que présenter les technologies comme des outils neutres qui peuvent être utilisées pour le bien comme pour le mal est une arnaque : beaucoup de technologies contraignent des choix de société et ferment des chemins, elles ne sont pas neutres (pour prendre un exemple caricatural, la bombe atomique peut difficilement être vue comme pouvant être utilisée pour le bien. Et dire que c’est « le nucléaire » la technologie et qu’on peut l’utiliser pour tout n’est qu’une figure de style : déjà ce n’est pas en soi la même technologie, et le nucléaire civil est toujours lié aux programmes militaires). De façon plus générale, beaucoup de techno, notamment liées à l’électronique et au numérique enferment dans des choix de société mondialisées, très interdépendantes et exploitatrices : pas d’ordiphones sans des dizaines de composants chimiques extraits dans des conditions dégueu et aux quatre coins du globe. Le numérique, la gouvernance par indicateurs, dépossèdent aussi les gens de leur expertise pour en faire des exécutants qui doivent juste remplir correctement les tableaux (exemple des conseillers Pôle Emploi), puisque c’est le remplissage du tableau qui devient l’indicateur et donc le résultat attendu.

Face à ces évolutions, les auteurs proposent de suivre plutôt la voie des outils conviviaux proposés par Illich, Ellul et consorts technocritiques. Ils donnent l’exemple de l’Atelier Paysan qui permet aux agriculteurices de construire des outils pas connectés du tout mais adaptables à leur problème plutôt que de demander d’adapter leur pratique à l’outil. Mais ce n’est pas sans écueils : ils citent Framasoft qui propose des outils libres pour dégoogliser internet, mais les utilisateurices veulent le même fonctionnement, la même qualité de service qu’avec des outils google, les gens restent dans une posture de consommateurs. La proposition de Framasoft est alors de minimiser l’usage plutôt que de proposer une alternative à l’identique.

C’était intéressant, ça fait une bonne synthèse, mais ce n’est pas assez creusé à mon sens : c’est du journalisme et pas des sciences sociales, donc je trouve que souvent ça survole un peu le sujet.

Le Chevalier aux Épines, de Jean-Philippe Jaworski

Série de roman de fantasy en trois tomes, dont le dernier n’est pas encore sorti. On retrouve l’univers du Vieux Royaume, plus précisément le duché de Bromael. Suite à la décision du duc de répudier sa femme et de se remarier avec la fille du Podestat de Ciudalia, les fils du duc organisent un tournoi pour défendre les couleurs de leur mère, entrant ainsi en rébellion feutrée contre leur père. Cet affront a lieu alors que le duc souhaite mener une campagne militaire contre les clans Ouroumands, que de la nécromancie fait sa réapparition dans le Duché et que des Elfes semblent enlever des enfants…

J’ai beaucoup aimé, surtout le premier tome. Dans le second on retrouve le point de vue de Benvenuto Gesufal, le narrateur de Gagner la Guerre, qui est gouailleur mais un peu trop cynique pour nous faire totalement vibrer en empathie. Dans le premier tome par contre, on suit plusieurs points de vue mais les principaux appartiennent tous à des chevaliers de Bromael, qui ont une vision très « amour courtois et intrigues de cour ». C’est très bien écrit, avec des descriptions qui font qu’on s’immerge dans le pays, et avec de beaux effets de style : on va par moment adopter le point de vue d’une rivière, d’un chat ou d’anguilles pour passer d’un lieu à un autre. On a aussi une énigme sur l’identité du narrateur de toute l’histoire (qui relate depuis une mystérieuse maison la chronique de la Guerre des deux duchesses, et qui est allé demander ses souvenirs à Benvenuto, ce qui forme la matière du second tome). L’intrigue fonctionne bien, les rebondissements, les différents fils narratifs et même ce qui se cache dans les ellipses est prenant.

[EDIT 02/2024 suite à lecture du 3e tome] On retrouve dans ce tome le style du premier. On suit très majoritairement le point de vue d’Ædan de Vaumacel, le chevalier aux Épines du titre, qui s’accroche aux valeurs chevaleresques (au point d’en agacer fortement ses interlocuteurices qui voudraient souvent plus que des déclarations de principe) et sa loyauté partagée entre plusieurs dames qu’il sert. L’action est relativement resserrée par rapport aux premiers tomes, puisqu’après une première partie autour de Vekkinsberg, l’essentiel de l’action va se concentrer autour du château de Vayre, ses cours, ses souterrains, ses toitures et sur quelques jours. C’est très prenant (j’ai lu les 500 pages sur 2 jours), mais pas grand chose n’est résolu à la fin, tbh. Ce qui est logique pour un roman qui se présente comme la chronique des retournements politiques d’un pays, mais j’avoue une certaine frustration à ne pas avoir les tenants et aboutissants des affrontements entre les différentes factions, ni de certitudes sur l’identité du narrateur. Ça manque d’un tome 4, à mon sens (en ce moment, clairement je suis preneur de tout ce que Jaworski écrit, et je vais me remettre à lire Les Rois du Monde.) Mais même sans résolution, tout le roman se lit très bien, c’est toujours super bien écrit, super puissance d’évocation pour plonger dans des embrouilles politiques ou des lieux avec une géographie compliquée.

Je recommande fortement.

Et vous passerez comme des vents fous, de Clara Arnaud

Roman français de 2023. Le roman raconte une saison d’estive dans les Pyrénées ariégeoises. On suit le point de vue de Gaspard, berger pour un groupement pastoral qui s’occupe de 800 bêtes et tente d’oublier la tragédie de sa dernière estive, et Alma, une éthologue qui étudie le comportement d’une ours qui va bientôt être désignée comme « ours à problème » à cause de ses attaques répétées sur les troupeaux.

J’ai bien aimé. Au début j’avais l’impression de lire un truc que j’avais déjà lu dix fois, entre du Morizots et Entre Fauves, mais finalement le roman (enfin son autrice, I guess) a une voix propre. Les personnages sont plus subtils que dans Entre Fauves, notamment. La relation des personnages à la montagne est bien décrite, je m’y retrouve en tous cas.

Je recommande.

Replay de Ken Grimwood

Roman fantastique américain paru en 1986.
Jeffrey Winston, journaliste appartenant à la classe moyenne américaine, meurt d’une crise cardiaque à 43 ans, en 1988. Il se réveille en 1963, avec tous les souvenirs de sa vie. Profitant de sa connaissance des événements sportifs et des évolutions du marché, il bâtit un empire financier, change totalement les gens avec qui il vit, et fait surveiller extensivement son cœur à l’approche des 43 ans, sans éviter pour autant la crise cardiaque… et se réveiller en 1963.

J’ai bien aimé. C’est assez original pour une histoire de boucle temporelle au vu de la durée de la boucle qui s’étale sur 25 ans au lieu de une ou quelques journées habituellement. Après c’est assez marqué dans son époque ; notamment c’est assez orienté sur la sexualité (notamment avec le fait qu’il y ait la libération sexuelle au milieu et que donc les premières années de replay se fassent dans un environnement assez corseté même pour des personnages qui sont dans leurs années d’université) et – assez logiquement – il n’y a rien sur le changement climatique, quand le personnage tente dans un de ses replays d’améliorer le cours de l’histoire, il tente d’empêcher l’assassinat de Kennedy en pensant que ça améliorera automatiquement tout ce qui vient après. Je suis un peu sceptique sur la capacité de mémorisation des personnages sur une Histoire (et leur histoire personnelle) qui s’étend sur 25 ans par contre (surtout qu’à la fin ils ont vécu plus d’une centaine d’années de replay, avec des variations autour de motifs). La mécanique de la boucle qui commence de plus en plus tard à chaque fois, figeant les personnages dans les choix qu’ils avaient fait dans leur première vie est intéressante et permet d’explorer le rapport des personnages aux différentes personnes qu’ils ont connu dans leur vie.

Je recommande si vous aimez les boucles temporelles.