Archives pour la catégorie Moral haut, Pays-Bas

Rotterdam

Rotterdam, Centraal Station
Rotterdam, Centraal Station

Dimanche, ce fut Rotterdam (visit ALL the dutch cities!).
Arrivée à la gare toute neuve (elle a été refaite en 2013), marche le long des canaux jusqu’au musée d’architecture où nous avons vu l’exposition Designing Scarcity sur les façons de faire face aux pénuries : recyclage, réparations, réemploi, utilisation maximisée…
L’exposition était assez intéressante, elle s’intéressait à l’architecture mais pas seulement : l’économie civile en temps de guerre, les imprimantes 3D, les réparations de chaussures étaient convoqués. Les tables qui supportaient les items exposés étaient montées avec le système Open Structures, qui était présenté dans l’expo.

Après le musée, nous nous sommes promenés vers le centre de la ville, pour voir différents bâtiments, puis nous sommes rentrés, bien fatigués.

Corbeau. Noir.
Corbeau. Noir.
L'immeuble de Frankenstein
L’immeuble de Frankenstein

P1020166

P1020168

Tricotage urbain
Tricotage urbain

Leiden

Hier, après-midi à Leiden. On a mangé des sushis hollandais (du hareng cru avec des oignons dans un petit pain), acheté 500g d’olives, vu des canaux, des églises et la forteresse.

Pieterskerk, intérieur
Pieterskerk, intérieur
Pieterskerk, extérieur.
Pieterskerk, extérieur.
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Vitraux impressionnants
Vitraux impressionnants

Utrecht

Hier, comme je l’écrivais dans le billet précédent, nous nous sommes arrêtés à Utrecht. C’est joli et très hollandais. Vieux bâtiments en briques avec des pierres blanches pour décorer, style Brabant, typique de la Renaissance Hollandaise (oui, c’est CHLPG qui m’a expliqué). Y’a un très beau beffroi, des petites rues très calmes, plein de vélos et des canaux.

On a aussi pu constater qu’ils avaient des araignées de taille sympathique (elle était à l’entrée d’un abribus).

P1020128

Humour Hollandais ?
Humour Hollandais ?
Beffroi
Beffroi
Cathédrale
Cathédrale
Charmant petit canal
Charmant petit canal

Tribulations et jardin à la néerlandaise

Je suis de nouveau à La Haye, pour profiter avec CHLPG de son appartement sur place avant qu’elle ne le rende. J’ai un peu galéré pour arriver jusqu’ici, puisque j’aurais tenté trois covoiturages qui n’auront pas répondu du tout, auront annulé ou … ne seront pas venu me chercher, avant de me rabattre en désespoir de cause sur un trajet en bus. Un lever aux aurores et sept heures trente de route plus tard, j’étais à La Haye, où je me suis effondré sur le lit de CHLPG (je dors très mal dans les transports).
Nous sommes aujourd’hui allés visiter un jardin qui intéressait CHLPG. Pour cela, nous avons pris trois trains et un bus, puisque c’était plus ou moins à l’autre bout des Pays-Bas. Il s’agissait du jardin privé de Piet Oudolf, célèbre jardinier-paysagiste. C’était pleeeein de fleurs et d’insectes et très joli. Sur le chemin du retour, pour rentabiliser le transport, nous avons acheté une énorme courgette jaune (laissé dans une boite sur le bord du chemin avec un écriteau laconique « Courgettes, 40 cents pièce » et un bocal pour mettre les sous), puis nous nous sommes arrêtés à Utrecht.

P1020072

P1020078

P1020123

P1020122

P1020118

P1020116

P1020084

P1020081

P1020064

P1020056

P1020107

P1020115

Den Haag by the sea

Le dimanche, après une grasse matinée, nous partons en tramway vers le bord de mer. Notre tram est arrêté par un marathon et nous marchons le restant du chemin. Le bord de mer est assez surprenant : des installations massives montées sur piliers et une urbanisation intense qui s’arrêtent brusquement pour laisser la place à des dunes sauvages. Dans les dunes, des bunkers rappellent que les Pays-Bas ont été occupés durant la seconde guerre mondiale et que ces plages étaient intégrées dans la ligne de défense. Un des bunkers présente une ouverture permettant de l’explorer partiellement, mais faute d’une échelle nous sommes rapidement bloqué-e-s. La lumière, les constructions gigantesques, les bunkers au milieu des hautes herbes, le tout a un petit côté Myst.
Nous revenons tranquillement vers la ville et passons une soirée tranquille.
Le lendemain, à une heure aussi matinale que 6h28, je prends le train pour Rotterdam, puis de Rotterdam vers Paris. De retour à Paris à 9h40, je vais aussitôt au labo, non sans regret de n’avoir pas pu rester plus longtemps à La Haye.

Structure absurde 1
Structure absurde sous éclairage absurde
Structure absurde 2
Structure absurde 2
Structure absurde, troisième angle.
Structure absurde, troisième angle.
Construction allemande, faite pour durer.
Construction allemande, faite pour durer.
La sobriété des lignes épurées du béton
La sobriété des lignes épurées du béton
On n'a jamais trop de photos de bunker.
On n’a jamais trop de photos de bunker.
Le côté lande désertique
Le côté lande désertique

Amsterdam sous le soleil

Notre jeunesse nous permettant de récupérer en un rien de temps, c’est tout naturellement que CHLPG et moi-même nous levons aux aurores sur le coup de 13h. Un brunch polenta/avocat/oeufs brouillés plus tard, nous voici parti-e-s via le RER local vers Amsterdam. Il fait un temps superbe et nous marchons longuement dans la ville. Le centre touristique est bondé, mais les rues autour sont plus calmes.
Sur les conseils du Lonely Planet, nous prenons le ferry derrière la gare pour aller voir le quais en cours de réhabilitation, possédant une « definite postapocalyptic vibe« . 15 minutes d’attente et 15 minutes de ferry plus tard, nous constatons que la réhabilitation a suffisamment bien fait son œuvre pour que la postapocalyptic vibe soit de l’Histoire ancienne. Un sous-marin échoué devant les quais et un bâtiments abandonnés témoignent cependant qu’elle a bel et bien existée. Il y a pas mal de logements construits avec des matériaux de récupérations (des conteneurs repeints pour la structure extérieure, c’est d’ailleurs dans un immeuble de ce type que loge CHLPG).

Nous achetons un cornet de frites avant le retour, et devant le départ imminent du ferry, la cliente précédente nous abandonne ses frites pour nous donner une chance de l’attraper.
Nous nous posons dans un café avant de repartir vers La Haye.

Clocher

Ta

Tag

Pont-levant
Pont-levant
Clocher
Clocher

P1000964

Le bâtiment abandonné
Le bâtiment abandonné
Une certaine vibration postapocalyptique
Une certaine vibration postapocalyptique
Tag dans le bâtiment
Tag dans le bâtiment
Tags dans le bâtiment
Tags dans le bâtiment
Cliché de bâtiment abandonné, même
Cliché de bâtiment abandonné, même

Romances européennes.

Samedi j’ai pris un covoiturage pour la première fois. Rendez-vous à 19h30 vers Créteil, pour un voyage vers La Haye. Étant un idiot qui ne relit pas ses courriels, j’arrive à 19h précises, tout fier de moi, avant de m’apercevoir qu’en fait non. Une demi-heure plus tard, les autres sont là. A., notre chauffeur, trentenaire informaticien dans une PME, C. en alternance dans une grosse boite d’informatique, B, chargée de projets (informatiques, décidément) dans une autre grosse boite, et K, en BTS topographie.
Tou·te·s autant que nous sommes, nous allons voir notre compagn·e·on qui habite à La Haye.

Le voyage se passe tranquillement, on discute boulot, ça me fait du bien de voir des gens venant d’un autre milieu que mon École, même si entendre « c’est une bonne boite avec une culture d’entreprise développée » me fait un peu grincer des dents. Nous aidons un couple d’espagnol égaré sur une station service à retrouver son chemin. K. parle de ses plongées en apnée, A. et B. de leurs plans de carrière.
Rapidement, nous sommes arrivés. A. nous dépose chacun au plus près de notre destination.
470km, la même distance qu’un Paris-Lyon. J’ai vraiment apprécié ce covoiturage et il est clair que je reprendrai ce moyen de transport.