Archives par mot-clé : En Ariège toute

Saint-Girons, le retour

Un weekend à Saint-Girons pour profiter des derniers jours de soleil avant l’apocalypse printanière que tou⋅te⋅s les Béarnais⋅e⋅s annoncent. J’en ai profité pour refaire mes stocks de thé et bière au marché.

Saint-Girons centre
Et le Salat
Randonnée vers Balagué
Pyrénées
Randonnée vers Moulis et la croix du Char
Vue sur Engomer
Ligne de crête
Pierres et ardoises

Le Mas-d’Azil

Le dimanche, renforcé.e.s d’un p4bl0, nous sommes allé.e.s au Mas-d’Azil, commune possédant la seule grotte d’Europe que l’on peut traverser en voiture. Randonnée sur la formation rocheuse qui abrite la grotte, glace puis retour à la voiture en passant à pied à travers la grotte. Puis recherche d’un dolmen fort sympathique un peu plus loin dans la campagne. Retour ensuite à Saint-Girons et c’était déjà l’heure du covoiturage du retour pour moi.

Entrée de la grotte
Dans la grotte
Route et cheminement piétons souterrains
Clair obscur proche de l’entrée
Vue du paysage depuis la falaise surplombant la grotte
Arbre

Saint-Lizier 2

L’église de la ville basse (je dis ville basse, mais c’est un gros village, en vrai)

Extérieur de l’église, on voit bien les différentes périodes de construction
Porte de l’église
Peinture du plafond de l’abside
Cloître
Détail d’un des pilier du cloître

Nous avons aussi visité la pharmacie de l’ancien hôtel-dieu, très bien préservée.

Vierge nichée
Pharmacie, vue d’ensemble
Instruments chirurgicaux du XVIIIe siècle
Élixir de Longue Vie

Saint-Lizier

(Ville des Linosaures)

[Il reste quelques chansons épargnée par la fonction « aperçu de 30 secondes et il vous faut un compte pour en avoir plus » sur Soundcloud, mais faut viser juste]

Le samedi après-midi, nous avions prévu une randonnée, mais le temps pleuviotant du matin et des risques d’orage annoncé (bien que jamais concrétisés) nous ont fait nous rabattre sur la visite de Saint-Lizier, pas trop loin et plus propice à s’abriter en cas d’orage que la rase campagne.

Le village est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, et est effectivement fort joli. Deux églises, une belle vue sur le piémont, de petites ruelles pavées.

Vue sur le village et le piémont depuis le musée
Ruelle du village
Outil dont je ne me rappelle absolument plus la fonction, musée de Saint-Lizier
Musée : exposition sur les chemins de Compostelle, et surtout, charpente

La cathédrale de la Sède est l’église de la ville haute de Saint-Lizier. Elle est notable pour ses peintures du XVIIe retrouvées sous celle du XIXe à l’occasion d’une restauration des boiseries, et restaurées assez admirablement. Des fragments encore plus anciens sont visibles derrières les boiseries de la nef, équipées d’un système permettant de les ouvrir lors de la restauration.

Plafond restauré de la cathédrale de la Sède
Détail du plafond

Le lieu abritait de plus dans le cadre du festival In Situ

Oeuvre de Julie Legrand
Ouvre de Julie Legrand
Julie Legrand, Assemblée

Saint-Girons

[je voulais mettre de la musique sur cet article, mais j’ai l’impression que y’a plus rien comme bonne solution pour intégrer un lecteur musical que les gens peuvent lancer sans compte et sans téléverser  et héberger la chanson toi-même. Où sont passés les grooveshark de notre enfance ? Bref, vous pouvez aller écouter Cherry Lipstick d’Adam Naas sur votre plate-forme privative favorite]

Weekend à Saint-Girons, où j’ai été accueilli par Léa. Une promenade de nuit le premier jour dont vous trouverez les photos plus bas (assez peu de photos réussies, les lampes au sodium qui baignent de loin en loin la ville n’étant pas idéales). Passage dans le centre-ville, présentation par Léa d’un kiosque à musique à plafond parabolique (dedans il y a un écho conséquent, inaudible dès qu’on est à l’extérieur du kiosque).

Le lendemain, marché du samedi matin (l’institution de Saint-Girons). C’était assez cool comme marché effectivement. On y a fait le plein de légumes, fromages, thé et bières.

La ville n’est pas très grande, jolie, en cours de contre-gentrification (on voit les traces d’une gloire bourgeoise passée, liée aux papeteries qui ont fermé et à l’ancienne gare, mais la population actuelle semble plus pauvre, la ville un peu en déshérence), fortement hippie, ça donne une ambiance sympa.

Vue de la ville, de jour
Clocher de l’église et maisons
Intérieur de l’église et orgue
Détail du confessionnal
Balcon et lampe au sodium
Plaque d’égouts ouvragée
Berges du Salat
Pharmacie de nuit