Archives par mot-clé : film anglais

In the earth, de Ben Wheatley

Film anglais de 2021. En sortie de confinement, un scientifique anglais part sur un site de recherche au cœur d’une vieille forêt anglaise. Accompagné d’une ranger du parc, il s’enfonce à pied dans la forêt pour rejoindre le site. Mais alors qu’ils campent à mi-chemin, ils se font agresser par des inconnus qui détruisent leurs moyens de communication et leur volent leurs chaussures. Partant de là, les choses vont continuer à partir en latte, et les deux protagonistes vont perdre le contact avec la réalité et un fonctionnement logique des choses.

J’ai pas mal aimé. Y’a des longueurs et des éléments bizarres, même en terme de montage parfois y’a des cut to black étranges, un pour lequel on s’est même demandé si c’était pas un bug du fichier. J’ai notamment aimé tout le parallélisme qui est fait entre l’approche ésotérique et l’approche scientifique : les protagonistes tombent sur deux personnages qui prétendent comprendre ce qui se passe dans la forêt en utilisant des clefs de compréhension présentées comme opposées, mais finalement leur relation aux protagonistes va être la même, et leurs approches mêmes converger. J’ai bien aimé aussi tout le côté psychédélique et le travail sur l’image pour faire ressentir aux spectateurs les changements de perception, avec une bande son électronique qui est à la fois intra et extradiégétique puisque un des persos fait des expériences sur la perception sonore. L’horreur reste finalement assez légère : il y a quelques passages légèrement gore, mais on a plus l’impression d’un film qui s’approprie par moment les codes du film d’horreur que d’un film d’horreur en soi. La fin reste ouverte (ainsi que l’interprétation des phénomènes), c’est plutôt réussi.

Black Narcissus, de Michael Powell et Emeric Pressburger

Film anglais de 1947. Dans l’Inde coloniale, un dignitaire indien offre à une congrégation de nonnes un ancien harem perdu dans les montagnes, pour qu’elles en fassent un monastère. Le seul européen en contact avec elle est un anglais débraillé au service du dignitaire indien, qui leur sert d’agent de liaison malgré son incompatibilité de caractère avec les religieuses. Dans cet environnement trop « intense », les bonnes sœurs vont avoir de plus en plus de mal à se conformer à leurs vœux.

C’était assez cool. On suit principalement la jeune mère supérieure qui a des réminiscences de sa vie avant les ordres et qui doit interagir avec Mr. Dean, l’agent de liaison, qui est de plus en plus dévêtu à chaque fois (et qui est à la fois la figure tentatrice et totalement ridicule quand il arrive en short sur un tout petit poney). Toutes les nonnes ont du mal à se conformer à leur voeux mais elles y réagissent différemment : la mère supérieure tente quand même de garder tout en ordre, la sœur jardinière demande à être transférée au plus vite dans un autre monastère, et une autre va se laisser sombrer dans la psychose, persuadé que la mère supérieure agit contre elle. Les nonnes doivent en parallèle gérer leur rapport à la population locale qui fréquente leur école et leur dispensaire, notamment une jeune indienne qu’elles hébergent, l’héritier du dignitaire qui vient assister à leurs cours, la factotum du harem… Ce qui rajoute des couches d’interaction qui n’ont rien à voir avec la bonne marche d’un monastère. Le crescendo final est très réussi, la tension prend bien. Le symbolisme n’est pas subtil (la pureté en blanc, la tentation en rouge ! Des gouttes de sueur en gros plan pour bien faire passer la maladie !) mais ça s’explique bien par la date de sortie du film, et ça marche toujours très bien en le regardant aujourd’hui.

Les montagnes d’arrière-plan sont très manifestement peintes mais ça rajoute du charme au film.