Archives par mot-clé : thriller

Promising Young Woman, d’Emerald Fennell

Film US sorti en 202[0/1]. Cassie est une femme qui passe ses soirées à faire semblant d’être alcoolisée dans les clubs de sa ville, pour tester le comportement des hommes qui vont voir en elle une cible facile, et leur défoncer la gueule le cas échéant. Elle tombe un jour dans le cadre de son travail de jour sur un ancien camarade de promotion datant de l’époque de ses études de médecine. Elle apprend à cette occasion le retour aux États-Unis de l’homme de sa promotion qui avait violé sa meilleure amie. Elle décide alors de mettre un branle un plan de vengeance en plusieurs parties.

C’est un film de rape and revenge avec des twists et une approche plus féministe, mais ça reste un film de rape and revenge et je trouve ça pas incroyable comme genre de base. Ici, j’ai été déçu par l’approche psychologisante du sujet du film. Alors que ça démarrait bien, avec une femme qui prend un rôle de vigilante, finalement elle fait ça non pas pour des raisons structurelles mais pour venger son amie (alors oui on peut faire les deux à la fois, mais là dans les faits elle décide de se focaliser entièrement sur la vengeance au bout d’un moment). De plus, le film la montre n’ayant aucune vie sociale ou personnelle en dehors de sa vengeance. Ce n’est que quand elle tente d’abandonner sa quête qu’elle s’autorise une relation sentimentale (et qui du coup est montrée comme une relation totalement clichée – même si la relation est déconstruite plus loin dans le film, je pense que ça aurait été plus intéressant vu le sujet de montrer une relation où les enjeux de consentement sont plus présents tout du long).
L’esthétique du film est aussi très consensuelle, avec des couleurs pastels, de la violence esthétisée, j’aurai bien voulu vu le sujet quelque chose de plus tranchants sur ce point (là aussi, je vois qu’on est dans la subversion des tropes de la comédie romantique, mais ça ne me convainc pas énormément).

Après, c’était bien de faire un film sur ce sujet qui évite la nudité féminine et qui pointe à plusieurs reprises le côté structurel des problèmes (les institutions qui ignorent les soucis et préfèrent préserver la carrière des hommes que les femmes, les hommes qui se soutiennent et se protègent entre eux…) La bande son était assez réussie aussi, même si elle joue bien à fond la carte des reprises en mode mineur. Mais bon je reste quand même globalement pas très convaincu par le film.
OC a davantage aimé, peut-être une contre-revue de sa part ?

Heathers, de Michael Lehmann

Film de 1988. L’action se déroule dans un lycée des Etats Unis. Une hiérarchie sociale stricte est en place, avec au sommet trois filles nommées Heather + l’héroïne du film, Veronica. Cette dernière est tiraillée entre son envie de profiter de sa place quasi au sommet et son désir d’un ordre social plus juste. Elle rencontre un mystérieux nouvel élève qui va se révéler être un psychopathe. Ensemble ils vont exécuter une série de meurtres déguisés en suicide pour tenter de reverser la hiérarchie du lycée mais ne vont faire que la renforcer.

C’était très bien dans le dark. La symbolique sur les couleurs était visuellement réussie (chaque personnage principal est associé à une couleur, les trois Heathers à une couleur vive, dont le rouge pour la leader, Veronica un bleu qui s’assombrit progressivement, JD le noir – les couleurs du lycée sont rouge et noir, les deux pôles populaire et outsider donc, et ça donne aussi aux fanions du lycée un aspect de drapeaux totalitaires).

La mort des personnages éliminés leur donne une profondeur supplémentaires aux yeux de ceux qui leur survivent, au lieu de briser leur emprise sur le groupe elle ne fait que la renforcer. Veronica ne réussi a briser le cycle que quand elle décide d’assumer le rôle de leader et de se montrer bienveillante, plutôt que de tuer dans l’ombre et espérer que les choses s’améliorent d’elles mêmes ensuite.

Toute la réflexion sur les suicides adolescents, les adultes clueless et les effets de popularité et de mode sont assez réussi.

The Third Day, de Dennis Kelly et Felix Barrett

Thriller psychologique diffusé par HBO, en 6+1 épisodes. 6 +1 parce que l’épisode central durait 12h et était diffusé en direct, une performance intéressante.

Les trois premiers épisodes se déroulent en été : Jude Law incarne un père de famille qui se retrouve sur Osea, une île au large des côtes anglaises avec des croyances païennes toujours d’actualité. Venu pour ramener une enfant insulaire perdu sur le continent, il se retrouve rapidement impliqué dans les secrets que recèle l’île.

La seconde partie se déroule 9 mois plus tard en hiver, quand Cass, l’épouse de Jude Law jouée par Naomie Harris vient sur l’île avec leurs deux filles. J’ai bien aimé la première partie, beaucoup moins la seconde : on s’attend à ce qu’elle résolve les questions mises en place durant la première, mais ce n’est pas le cas. Tout les éléments un peu mystiques sont ignorés – ce qui peut être intéressant si on considère qu’on avait le pt de vue de Sam, plus prompt à y croire et à se laisser influencer dans la première partie – mais sans être remplacé par des explications rationnelles : à la place on nous balance une nouvelle histoire – et qui perd en force du fait de se diviser entre les 3 points de vue de Cass, Lu et Ellie (ses deux filles) alors qu’on avait une focalisation sur un point de vue unique dans la première partie.

Bref, bon concept mais réalisation ratée.

Le Patient de Timothé Le Boucher

J’ai moins aimé que sa BD précédente (Ces Jours qui Disparaissent, que je pensais avoir chroniqué ici mais visiblement non). Le seul rescapé du massacre d’une famille sort de 5 ans de coma. Une psychologue le suit, veut comprendre ce qui s’est passé la nuit du meurtre et si sa sœur, la coupable toute désignée, était bien responsable. Le garçon parle d’une présence qui cherche à l’étrangler les nuits dans sa chambre d’hôpital. Mais le rescapé semble aussi moins innocent qu’il ne le laisse paraître au début.

C’est joliment dessiné mais le propos est un peu confus : je trouve ça étrange de faire un thriller avec des mystères et de finalement ne rien résoudre. Il y a plein de lignes narratives qui montre différentes facettes du héros mais ça ne converge pas. Bref, un peu déçu, je recommande par contre Ces Jours qui Disparaissent).

Bad Times at the El Royale, de Drew Goddard

Dans les années 70, 5 personnes se retrouvent dans un hôtel sur le déclin situé à cheval sur la frontière Nevada/Californie. Chacun.e cache un secret, qui va être révélé au fur et à mesure de l’avancée du film, avec des flashback et des twists.

J’ai bien aimé. Le film n’invente rien mais il est de très bonne facture, avec une palanquée d’acteurices connus et doués. Le côté film d’époque est bien mis en scène avec tous les marqueurs qui vont bien (architecture, guerre du Vietnam, actualité sociale). Le film aurait pu être plus court par contre, 2h20 c’est long et certaines révélations/retournements sont un peu gros (mais on reste accroché, contrairement à Avengers par exemple).

Our Kind of Traitor, de John Le Carré

Premier Le Carré que je lisais en VO (et j’ai lu La Constance du Jardinier quand je devais avoir 15 ans). Une histoire d’espionnage bien foutu, notamment parce qu’il y a très peu d’espionnage et encore moins d’action montrée : tout est très feutré, on est dans la psychologie des personnages, leurs réactions à une tension qu’ils ne sont pas sûrs de ne pas imaginer, leurs hésitations et interrogations.

Le style de John Le Carré fait que ce n’était pas le bouquin le plus évident à lire en anglais, mais c’est aussi pour pouvoir apprécier le style plutôt qu’une écriture blanche que c’est intéressant de lire en VO.

Get Out, de Jordan Peele

Thriller de 2017. Un couple composé d’un homme noir et d’une femme blanche part rencontrer les parents de la femme au fond d’une tranquille banlieue résidentielle paumée. L’homme s’inquiète du potentiel racisme de sa belle-famille et très vite se rend compte que les choses ont l’air encore plus inquiétantes que ça…

Fort bien fait, original par rapport au genre, met sur le devant de la scène les questions raciales qui sont habituellement largement laissées de côté dans ces films (où on tue la minorité visible (souvent un homme noir) dès le début et merci bien, c’était juste par hasard mais tout le monde, victime comme serial killer est fort tolérant et en faveur de la diversité). Y’a deux trois points qui étaient incohérents dans le scénario, mais globalement très cool, j’ai appécié de le voir. Pas trop de jump scare, un suspense habilement dosé :)