Subtil Béton, des Aggloméré·es

Dystopie française. 2040qqch, dans une France dont l’histoire a divergé durant les années 2010. Une dictature écolofasciste est au pouvoir, le dernier grand mouvement social en 2037 a été largement réprimé, les collectifs et les réseaux d’entraide survivent dans une clandestinité toujours plus compliquée. On suit en parallèle les destins d’une petite dizaine de personnes qui participent de plus ou moins près à des actions et modes de vie de résistance.

Globalement, c’était un peu déprimant. L’histoire raconte la mise en place d’une nouvelle lutte, la complexité de se battre contre un État répressif avec une pléthore de moyens, les burn-out militants, la gestion des sentiments dans les groupes affinitaires… Ça finit bien, mais pour en arriver au happy end faut se fader toute la souffrance des personnages dans cet univers avant. Alors ça se voit que c’est issu de vrais questionnements dans le cadre de luttes, et l’écriture et les points de vue choraux sont intéressants, mais en ce moment les dystopies c’est pas forcément le truc dont on a besoin collectivement.

J’ai mis un peu de temps à rentrer dedans mais au bout d’un moment l’écriture et le récit sont prenants et je l’ai fini à pas d’heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.