Archives du mot-clé politique-fiction

Baron Noir, de Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon

Série politique française. J’avais gavisionné la saison 1 à sa sortie et là j’ai gavisionné la saison 2. Beaucoup aimé la saison 1, à laquelle je reproche juste d’avoir un PS qui propose des trucs de gauche alors que bon, dans la réalité… Sinon c’était assez cool de voir une série type House of Cards mais avec les institutions françaises et des lieux français. Par rapport à HoC ce qui est bien aussi c’est que tous les personnages sont intelligents et manigancent, pas juste le perso principal qui est surhumain. Du coup c’est plus intéressant et les stratagèmes des un⋅e⋅s peuvent plus souvent échouer face à ceux des autres.

La saison 2 j’étais un peu partagé. Je trouve que l’actrice qui joue la présidente fait un peu forcée quand elle parle. Par ailleurs, ça manque des points de vues de gens qui ne sont pas des professionnels de la politique, des syndicalistes, des gens ordinaires… Là c’est vraiment l’Histoire faite par les grands hommes. Par contre ça présente une vision intéressante du passage clivage droite/gauche à droite nationaliste / centristes / gauche.
Leur Mélenchon-like est très bien fait, leur Valls-like aussi. J’ai pas trop trop reconnu les autres mais les personnages sont bien écrits.

La présidente et Totalitaire, de François Durpaire et Fabrice Boudjellal

De la politique fiction imaginant l’arrivée du FN au pouvoir. Le premier tome est assez glaçant par la justesse des prédictions (plusieurs trucs, notamment l’application d’un État d’urgence permanent, ayant été faits sous le mandat de Hollande), la deuxième paraît plus irréaliste mais bon, j’aurais dit ça de la première il y a quelques années…

Il y a un troisième tome qui est sorti depuis (La Vague, je crois) qui parle des relations de la France de cet univers avec la Russie de Poutine et les USA de Trump. Pas encore lu.

Okkupert

Série d’anticipation politique norvégienne. Après une crise climatique, la Norvège porte au pouvoir le parti écologiste, qui décide d’arrêter totalement l’exploitation des énergies fossiles norvégiennes et de lancer des centrales au thorium à la place. Mais l’UE et la Russie ne l’entendent pas de cette oreille et passent un accord : des troupes russes occupent les plates-formes pétrolières norvégiennes et relancent la production. La série suit le gouvernement norvégien, un journaliste et la société civile qui réagissent à cette perte de souveraineté et à celles qui risquent de s’ensuivre. C’est assez bien fait. Visiblement les Norvégien⋅ne⋅s ne portent pas l’UE dans leur cœur, els la considère comme une bande de connards manipulateurs (et, well, on peut pas trop leur donner tort). La série présente les renoncements obligés du gouvernement Berg, qui n’a aucune marge de manœuvre pour lutter contre l’alliance UE/Russie. On peut y voir des parallèles avec ce qu’a vécu le gouvernement Tsipras en Grèce. On voit aussi les pertes progressives de libertés civiles dans la société norvégiennes, les compromis avec la Russie, l’aspiration à une résistance et la question de la différence résistance/terrorisme, les tensions/rapprochement entre les services de sécurité norvégiens et ceux russes, qui ont tellement moins de réglementations compliquant leur boulot… C’est vraiment intéressant, même si certaines scènes peuvent sembler un peu forcées/mal jouées. La fin de la saison voit une escalade brutale de la tension qui fait que la saison 2 ne peut plus trop ressembler à la 1, et des personnages qui changent un peu vite d’intensité avec laquelle ils agissent, mais ça reste crédible.

La Servante écarlate, de Margaret Atwood.

Bouquin publié en 1985, de la SF féministe qui décrit un avenir où les Etats-Unis basculent dans un fondamentalisme religieux chrétien où la natalité est au centre de la société. Les femmes voient leurs droits disparaître et sont divisées en classes, parmi lesquelles les femmes les plus susceptibles de porter un enfant, les servantes écarlates.

Superbe (et terrifiant) roman, écrit à la première personne par une servante. L’autrice révèle son univers au fur et à mesure, avec une narration qui alterne entre passé et présent pour décrire l’avènement de la dictature et son fonctionnement.

House of Cards, saison 4

Arf. Cette série tourne de plus en plus au mélodrame. Je m’en fiche des histoires de cœur et de cul personnellement, je veux voir des manœuvres politiques tordues ! Je trouve que le ressort dramatique de la série a disparu et qu’elle se laisse vivre. Après c’est toujours très joliment filmé, pas de problème de ce côté là, mais ça ne suffit pas.

(je pensais avoir passé en revue les autres saison qq part mais visiblement non. J’ai pas regardé la saison 5 depuis et j’ai un peu la flemme de le faire, on verra)