Archives par mot-clé : bande dessinée

La Cendre et le Trognon, de Gwenaël Manac’h

Une bande dessinée métaphorique, mais on sait pas trop de quoi.
L’histoire entrecroisée de trois personnes, dans un monde où la vie des gens est un voyage en train, avec des voies qui se rejoignent et s’éloignent. De plus, chacun.e transporte un sac avec ses possessions, qui semble être un enjeu important : certains ont de gros sacs, d’autre de petits, certain.e.s refusent de rien avoir qui les retienne et se balade avec un sac ouvertement en train de brûler, d’autres transportent une caisse ouverte pour que tout le monde voit ce qu’il y a dedans.
J’ai bien aimé et c’est joliment dessiné, mais je sais pas trop s’il y avait un point à la BD ou si c’était juste histoire de raconter trois parcours.

Petit, d’Hubert Gatignol

Bande-dessinée française sur la chute d’une famille d’Ogres qui règnent sur un royaume d’humain.e.s. Considérées comme des Dieux (la série de BDs s’appelle « les Ogre-Dieux »), ils vivent dans un palais gigantesque et se nourrissent d’humain.e.s qui sont aussi leurs serviteurices. Déclinant à cause de la consanguinité (originellement humains, iels sont devenus au fil des générations trop grand pour pouvoir se reproduire avec eux), la naissance d’un enfant de taille humaine est considérée comme une bénédiction par sa mère, mais le reste de la famille le considère comme un avorton qui devrait être mangé. Élevé en secret, Petit va précipiter la chute de la famille…

J’ai bien aimé, le style graphique en noir et blanc s’accorde bien avec l’univers de famille régnante en déclin, avec un palais à moitié en ruine. Des meufs à poil de façon un peu gratuite par contre.

Révolution, de Florent Grouazel et Younn Locard

BD-fleuve sur la Révolution Française. Ce premier tome se concentre sur les débuts, l’été 1789 essentiellement. On alterne entre différents points de vue, les députés de l’Assemblée Nationale, la noblesse, le peuple de Paris, différent.e.s révolutionnaires. La BD mèle des figures historiques (Lafayette, Louise-Reine Audu, Marat) et des personnages inventés. Gros travail de documentation en amont, beau dessin, période intéressante et narration non-manichéenne, je recommande fortement.

Le Combat ordinaire, de Manu Larcenet

Bande-dessinée en 4 tomes de Manu Larcenet.
Un photoreporter qui a un blocage créatif décide d’arrêter de partir aux quatre coins du monde. Il s’installe pas loin de Paris et vit sa vie dans son coin de campagne. Il rencontre une vétérinaire avec laquelle il commence à avoir une relation, il va voir son frère à Paris, il retourne voir ses parents, son père se remettant d’un AVC, il va voir les travailleurs du chantier naval où son père à bossé toute sa vie…
Bref, il vit sa vie de mec issu des classes populaires mais qui en est sorti, confortable en couple mais ayant peur de s’engager plus, dégoûté par la politique mais ne sachant pas forcément quoi faire…
Et c’est vachement bien. J’aime vraiment tout ce que fait Larcenet que j’ai lui de lui pour le moment. Il faut que je lise Le Retour à la Terre encore et j’aurai fait le tour de ses séries les plus connues, je pourrais ensuite attaquer les trucs plus obscurs et les one-shot.

L’Origine du Monde, de Liv Strömquist

Bande dessinée féministe de Liv Strömquist, aussi autrice des Sentiments du Prince Charles.
L’oeuvre parle des organes génitaux et de la sexualité féminin.e.s, de la représentation qu’on en avait à travers les âges (identiques à ceux masculins, opposés à ceux masculins, complémentaires à ceux masculins, mais en tous cas toujours considérés par rapport aux masculins), au peu d’études scientifiques dessus par rapport à leurs pendants masculins…
C’est fort intéressant, et je lis en parallèle le premier tome du Deuxième Sexe, de De Beauvoir, qui parle des mêmes sujets avec une approche historique aussi, mais qui réussit beaucoup moins bien le fait de faire passer les choses de façon didactique (et qui souffre aussi de certaines conceptions datés de l’anthropologie, je pense).

Je recommande.

Blast, de Manu Larcenet

Bande dessinée principalement en noir et blanc avec quelques passages en couleurs. En quatre tomes, imposante, sombre, prenante. Une belle oeuvre, la narration par un personnage aux deux policiers qui l’interroge de sa vie et de sa cavale, de son rapport au monde et sa découverte du Blast, un état de conscience modifié.

C’est la seconde oeuvre de Larcenet que je lis après Le Rapport de Brodeck (j’ai lu des bouts du combat ordinaire mais pas la BD entière), il aime les thèmes pesants visiblement, mais il les traite très bien. 

Je recommande (quand vous êtes en forme mentalement).

Les Sentiments du Prince Charles, de Liv Strömquist

Bande dessinée sur les rapports et les différents positionnement hommes/femmes dans une relation hétéro dans la société hétéropatriarcale actuelle.

C’est très intéressant, en tant que mec hétéro moi-même j’y ai très vite reconnu pour partie mes propres comportements. Et ça met bien en évidence que se dire et se vouloir féministe, même en s’étant documenté, même en faisant preuve de bonne volonté, ne permet pas d’effacer tout le conditionnement social que la société vous a inculqué. La lutte est intérieure et de tous les instants.

Après j’ai pas été convaincu pareil par toutes les parties de la BD : je suis tout à fait d’accord avec ce qu’elle raconte mais parfois t’as l’impression que c’est assené juste en mode « c’est comme ça et voilà » et tu restes un peu sur ta faim sur les mécanismes, mais après toutes les références sont précisées donc c’est possible de creuser.

Kobane Calling, de Zerocalcare

Un reportage sous la forme d’une bande dessinée. Zerocalcare est un journaliste romain qui est allé dans différentes partie du Kurdistan (en Turquie, en Irak et en Syrie, jusqu’à Kobané même peut après que la ville a chassé l’Etat Islamique). Son reportage est bien foutu, interroge ses propres motivations à vouloir aller voir ce qui se passe là-bas, présente le confédéralisme démocratique mis en place au Rojava, la lutte armée, interviewe des militaire et des civils kurdes ou non… C’est documenté, c’est engagé en en étant conscient et en ne cherchant pas à prétendre le contraire (ce qui suffit à en faire un meilleur reportage que la plupart, sans compter toute la masse d’éthique journalistique en plus et la qualité du boulot).

Je recommande très fortement.