Archives par mot-clé : deuxième ville de France

Corniche Kennedy

Pas le roman de Maylis de Kerangal, mais une promenade à vélo (à LeVélo ?) le long de la corniche, pour revenir du rond-point du Prado

Une villa privée en toute simplicité posée au bord des flots, avec un accès perso à la plage. Ca m’a fait penser à une des premières photos que j’ai postées sur ce blog, les bâtiments de l’Institut Français de Pondichéry.
Frioul et Château d’If
Vallon des Auffes
Vallon des Auffes, seconde vue
Vallon des Auffes, entrée
Porte transdimensionnelle Monuments aux étrangers morts pour la France
Vue de la corniche
Vue de la corniche, autre côté
Hôtel Peron

Île de Pomègues (3/3)

Une demi-journée sur une des îles du Frioul. Il ventait à mort, on était bien fatigué·e à la fin de Pomègues, on n’a pas eu la foi d’enchaîner sur Ratonneau, ce sera pour une prochaine fois.

Partie souterraine de l’ancienne batterie.

Tranchée couverte
Vers le château de la belle au bois dormant
Couloirs souterrains
Salle souterraine
Salle souterraine 2
Couloir ouvert dans la roche
Rare photo de l’auteur du blog
Une salle
Wildstyle, marseille 18
ROM (et bateau dans une bombe)

Île de Pomègues (2/3)

Une demi-journée sur une des îles du Frioul. Il ventait à mort, on était bien fatigué·e à la fin de Pomègues, on n’a pas eu la foi d’enchaîner sur Ratonneau, ce sera pour une prochaine fois.

Excellents bunkers.

Ancrage d’une batterie de tir
Plaques de béton
Canalisation à travers le mur
Sabotage the industrial military complex!
Ancien pas de tir et OC contemplant l’océan.
Bunker et tags
Bunker, vue de l’extérieur (franchement avec une petite baie vitrée sur mesure, ça ferait une super habitation)
Gros boulon rouillé
Vue d’ensemble des baraquements
Vue d’ensemble des baraquements sur deux étages
Perdu X ??? (toilettes)

[Edit 12/05 : merci à Maxime qui m’a fait remarqué que j’avais mis les même photos à la fin de ce post et du suivant, j’ai donc viré les trois dernières ici.]

Île de Pomègues (1/3)

Une demi-journée sur une des îles du Frioul. Il ventait à mort, on était bien fatigué·e à la fin de Pomègues, on n’a pas eu la foi d’enchaîner sur Ratonneau, ce sera pour une prochaine fois.

Belles calanques.

Ça fait très jeu vidéo, comme décor
Gabian sur le point de lâcher leur prochain son
Gabian qui se prend pour Batman
Calanque de la Crine
Pin couché
Calanque de la Crine, plan large
Roche-mer
Roche percée

Randonnée dans les calanques

Départ de Callelongue, montée au sommet de Marseilleveyre, suivi de la ligne de crête pour passer le col de la Selle, remontée sur le plateau de l’Homme mort, descente par le Grand Malvallon jusqu’à arriver à la mer au niveau de la calanque de Marseilleveyre, côte longée jusqu’à revenir à Callelongue. Le tout recommandé par Visorando.

Une complainte habituelle pour les lecteurices de ce blog : la lumière n’était pas très satisfaisante pour faire des photos (d’extérieur, les grottes on gérait nous même à la frontale). Mais en même temps, un grand ciel bleu et un soleil de plomb ça aurait probablement compliqué la randonnée. Il faut accepter les compromis, je suppose. Bref, du coup ça rend mal sur les photos mais les paysages était superbes, faisant penser à la Bretagne par endroit avec le ciel gris et le vent qui agitait la mer. Grande variété de points de vue, de formations rocheuses, de paysages de façon générale. Les grottes sur le chemin sont un bonus appréciable (il y avait aussi des voies d’escalade et des grimpeureuses qu’OC a regardé avec envie).

Vue sur Callelongue
Asphodèle ramifié
Entrée d’une première grotte peu profonde
Stalactites
Concrétions
Concrétions
Concrétions toujours
Éclairage depuis l’entrée
Vers l’entrée de la grotte
Vallon
Vue d’ensemble de la ville
Vue d’ensemble de la calanque
Vers la mer
Marseille sur Armor

Exposition Dubuffet au MUCEM

Nous sommes allés à la première de l’exposition « Dubuffet, un barbare en Europe » qui s’ouvrait au MUCEM. Je ne connaissais pas du tout l’œuvre et la philosophie de Dubuffet, c’était fort intéressant.

Pour résumer à grand traits, il s’intéresse à la pratique artistique non-influencée par l’histoire de l’Art et les conceptions communes de l’art, notamment tout l’héritage de la tradition européenne. Il réfute notamment la coupure entre cet art européen et tout le reste, rassemblé en « art primitif » à son époque. Il s’est du coup intéressé aux dessins d’enfants, aux œuvres d’aliéné·e·s, aux productions des artisan·e·s et aux traditions européen·ne·s pour les rapprocher des soi-disant arts primitifs et montrer les convergences entre eux.

Bon Courage, Dubuffet, 1982
Affiches diverses par Dubuffet
Chambranle Kanak, auteurice inconnu·e, XIXe siècle
Personnages et écritures, Johann Knopf, circa 1910
Maquette du pavillon à deux étages, Dubuffet, 1967 (et une excellente proposition de remplacement de la flèche de Notre-Dame)
Oriflammes, Dubuffet, 1984
Texte qui accompagnait le livre compilant les « Oriflammes ».
Le Triomphateur, Dubuffet, 1973.
Tarlatane amidonnée, bristol d’époxy et latex
Peuplements au sol, Dubuffet, 1952
Vue d’ensemble du bâtiment du MUCEM où se tenait l’exposition