Solanin, d’Inio Asano

Manga de 2005. La vie de deux jeunes adultes en couple, qui tentent de trouver leur place dans la société, entre leurs boulots chiants et leur envie de faire quelque chose de plus épanouissant de leurs vies. C’était sympa mais pas extraordinaire. Du coup je me permet de SPOILER ci-dessous

Le point intéressant c’est qu’après avoir introduit les deux personnages principaux et montré leur dynamique entre eux et en rapport avec leur entourage, après avoir présenté leurs points de vue et leurs espoirs, l’auteur fait mourir à ~1/3 du manga le mec du couple dans un accident de circulation. Les membres du groupe d’amis, sa copine (Meiko) en tête, reconfigurent leurs vies autour de son absence. Meiko décide d’apprendre la guitare et de jouer l’occasion d’un concert, la chanson que Takeda avait écrite avant sa mort. En parallèle, il faut qu’elle décide ce qu’elle va faire de sa vie, puisqu’elle avait démissionné de son travail roboratif dans un bureau au début du manga.

Le manga est donc l’histoire d’un deuil. S’il ne le raconte pas mal, je ne trouve pas non plus qu’il apporte une vision particulièrement originale à la chose. Le point que j’ai trouvé le plus intéressant c’est une interview du mangaka où il dit qu’il détestait le personnage de Takeda (le mec du couple, celui qui meurt, donc. Il trouve que c’est un personnage égoïste qui ne pense qu’à lui. Avec cette information, on peut relire le manga comme la délivrance de Meiko, qui perd de façon brutale le mec qu’elle traînait comme un boulet. Mais ça ne transparaît pas énormément dans la narration ou Tadeka parait certes un peu mollasson mais bien intentionné et motivé par le fait de réussir à percer avec son groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.