State of the Machin 2016

[Bon, à la base cet article avait un long préambule auto-référentiel qui devenait de plus convolu au fur et à mesure que je revenais dessus et que je changeais la date de publication dans ma tête ; essentiellement ça se résume à : j’ai commencé à faire un petit bilan avant de me rendre compte que c’est la période de l’année où je le fais habituellement. Je suis pas au jour près mais qu’est-ce qu’on s’en fout.]

Or donc : ça va mieux. J’ai eu une année de formation et de stage, j’ai rencontré des nouvelles personnes intéressantes, je me suis davantage engagé politiquement, je continue à photographier du street-art, je suis dans une relation avec OC depuis bientôt 7 mois, relation qu’on arrive (je trouve) plutôt bien à faire fonctionner.
Je suis content de ma formation, plus appliquée et concrète que mes études précédentes, ce qui me convient mieux. Après tout n’est pas encore parfait : je suis toujours angoissé par rapport à mon avenir (y’a des moments où je me dis que je me vois pas du tout être adulte, que toutes ces décisions et cette gestion au quotidien c’est épuisant), je dois trouver un emploi mais faire de la recherche d’emploi me déprime en cinq minutes. C’est jamais les bonnes compétences, le bon profil. Mais déjà je suis davantage motivé par le boulot décrochable derrière :)

Je pourrais être plus efficace dans mon stage, y’a des moments où je ne suis vraiment pas motivé. Mais de façon générale le service dans lequel je travaille n’est pas très nerveux, ça pousse pas à repousser ses limites.

Que dire d’autre ? Je vais moins dans les tréfonds ces temps ci et je regrette un peu, j’ai un peu l’impression d’être souvent débordé alors qu’il y a beaucoup de moments où je ne fais pas grand chose. Mais ça je pense que c’est un peu mon stress inhérent (plus peut-être des temps de trajet un peu plus long que ce que je voudrais (et où je ne fais rien vu que c’est pas des transports en commun ; après tenter d’optimiser chaque moment de sa vie c’est pas top non plus). Ou alors faudrait que je vois moins de gens, me lance dans moins de trucs différents. Peut-être qu’habiter dans une ville où je connais moins de monde serait pas mal de ce point de vue. Parce que je suis toujours content de voir les gens mais j’ai souvent l’impression de laisser passer plus d’occasion que je n’en saisis.

Bref, on verra bien pour la suite, mais les choses vont mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.