The Rain, de Jannik Tai Mosholt, Esben Toft Jacobsen et Christian Potalivo.

Série post-apocalyptique danoise. Une compagnie pharmaceutique a relâché un virus dans l’atmosphère, rendant la pluie au dessus d’une zone du Danemark mortelle. Le scientifique qui a aidé à créer le virus met ses enfants à l’abri, dans un bunker créé par l’entreprise pour les cas d’urgence. Puis il disparaît. Six ans plus tard, arrivés au bout des stocks de nourriture du bunker, les enfants se résolvent à sortir…
Le concept est vachement bien, la réalisation pêche un peu par moment. Durant l’épisode 3 notamment, les personnages agissent de façon totalement incohérente. Pour le reste c’est joliment filmé. De beaux paysages, des dynamiques de groupe intéressantes (même si on s’attendrait à ce que Rasmus et Simone, après 6 ans à se fréquenter exclusivement l’un l’autre, soit un peu moins à l’aise en présence soudaine d’autant d’inconnus). 

2 réflexions sur « The Rain, de Jannik Tai Mosholt, Esben Toft Jacobsen et Christian Potalivo. »

  1. La deuxième saison est pas top top. La biologie du virus est développée et ça devient de plus en plus douillesque. La dynamique de groupe est étrange aussi, avec des membres qui disparaissent pendant plusieurs jours sans que cela préoccupe quiconque. Ça mène à un rythme un peu étrange et à des situations forcées. Bref, j’ai plutôt été déçue. Il y a quand même un point positif dans le développement du caractère de Rasmus, qui essaie de prendre ses propres décisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.