2012, de Roland Emmerich

Eh bien c’était très mauvais, sans surprise. C’est rigolo à regarder entre ami·e·s, mais rien ne fait sens. C’est dégoulinant de faux bons sentiments, les femmes ne jouent aucun rôle et attendent jusque que les mecs leur disent quoi faire, la physique ne fait sens à aucun niveau, les pistes d’atterrissage sont toutes dans le bon sens pour que l’explosion suive en ligne droite l’avion, le plan pour sauver l’Humanité implique de sauver des vieux riches de 80 ans comme la Reine d’Angleterre plutôt que des gens jeunes et avec des compétences en agriculture et mécanique, et pour sauver la biodiversité on emporte des couples de grands mammifères sans penser au fait que tu recrées pas une population stable depuis 2 individus. Bref, non non non.

Et puis y’a une bonne partie des effets spéciaux qui sont même pas bien faits et donc pas crédibles pour un sou.

Après y’a probablement des fanfics rigolotes à faire avec les deux mecs (le chirurgien-pilote et l’auteur raté) qui se mettent ensemble, ou avec une révolution des travailleurs qui ont construit les arches et qui partent sans tous les connards riches.

3 réflexions sur « 2012, de Roland Emmerich »

  1. Mais la pellicule inflationniste ! Les subtiles références à la Genèse !! Le personnage de Charlie !!! La jubilation à prendre les trucs les plus énormes (une ville, un porte-avion, l’Everest) et à les réduire en miettes !!!! Les girafes en petit pyjama !!!!!
    Je te trouve très injuste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.