J’ai un billet de retour.

<(‘-‘<) (^’-‘^) (>’-‘)>

[gigya src= »http://grooveshark.com/songWidget.swf » width= »250″ height= »40″ wmode= »window » allowScriptAccess= »always » flashvars= »hostname=cowbell.grooveshark.com&songIDs=31949902&style=metal&p=0″]

Nuff’ said.

Dantès sourit dans l’obscurité. L’affaire était conclue. Une volute de fumée s’échappa du narguilé du cheikh, qui donnait des instructions dans un arabe rapide à un de ses serviteurs. Un autre serviteur s’approcha et tendit un coffret d’ébène au Comte. Dedans, le pendentif qui donnait clairance pour embarquer dans l’aéroplane diplomatique du cheikh, vers Abu Dhabi au préalable, puis l’aérogare royale de Versailles. En échange, Dantès ôta la bague qui ornait son majeur droit et la tendit au serviteur. La bague lui venait de sa mère, une des rares possessions de valeur qu’avait eu sa famille. S’en séparer était un crève-cœur, mais l’échange était honnête.
Le cheikh Etihad tendit le narguilé à Dantès, qui en inspira une longue bouffée, rompu à l’usage par son séjour au Caire. Le retour en France n’avait jamais été aussi proche, songea-t-il en exhalant la fumée au parfum entêtant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.