Archives du mot-clé littérature blanche

Pastorale américaine, de Philip Roth

Philip Roth retrace la vie de Seymour « Le Suédois » Levov, un des compagnons de classe de son alter ego romancier Zuckerman. Comme souvent chez Roth, ça parle de la vie d’un enfant qui a grandi dans une communauté juive de l’État de New York. Mais le parcours de Levov est différent en ce qu’il a incarné et voulu vivre pleinement le rêve américain. Ça parle de la fabrication de gants, de l’entreprenariat américain entre les années 20 et 80, de l’Histoire de l’Amérique. C’est dense mais fort bien. J’aime beaucoup le style de Philip Roth, la façon dont il déroule l’histoire de façon non linéaire, en faisant des retours dans le temps, en évoquant des souvenirs, des comparaisons entre époques, des digressions, des changements de personnages suivi tout en restant très fluide dans la narration.

Réparer les Vivants, de Maylis de Kerangal

J’avais bien aimé Corniche Kennedy de la même autrice, j’ai été un peu déçu par celui là. Déjà parce que c’est vraiment exactement la même écriture, et puis parce que y’a un peu trop de jeu sur l’émotion par certains côtés, et que les personnages sont parfois de gros clichés un peu malaisant (l’infirmière qui couche avec son mec à l’improviste au milieu des poubelles, vraiment ?)

La Douleur porte un costume de plumes, de Max Porter

Un livre relativement court (je l’ai lu en deux heures je dirais) sur le deuil. Trois points de vues qui alternent : Un homme, ses deux enfants, et Corbeau, une créature imaginaire, qui parlent de la perte d’une femme / d’une mère et du processus de deuil qui s’ensuit. Il est globalement intéressant, mais je l’ai trouvé trop court et un peu inégal.

Corniche Kennedy, de Maylis de Kerangal

Marseille, années indéterminées. Des gamins des quartiers pauvres squattent un bout de falaise à pic sur la mer. Une plate-forme, trois plongeoirs, ils font leur vie. Mais voilà, ça fait désordre, ces jeunes qui crient fort et font leurs petits trafics. Le maire décrète la tolérance zéro, un chat et souris s’installe entre jeunes et policiers. Les portraits des jeunes sont intéressants et réalistes, le commisaire de police est plus cliché et moins crédible. C’est bien écrit et intéressant, mais par contre ça se termine en queue de poisson, c’est un peu dommage.

Les Limites de l’Enchantement, de Graham Joyce

La vie d’une jeune fille asociale dans une petite ville de campagne anglaise dans les années 60s. C’est bien écrit, cool à lire et ça un petit côté « chroniques de la vie ordinaire » à la Jane Austen assez sympa, par contre je comprends toujours pas pourquoi Graham Joyce est publié dans une collection SF/fantastique/fantasy plutôt qu’en littérature blanche.

Les Cerfs-Volants de Kaboul de Khaled Hosseini

Un écrivain raconte sa jeunesse à Kaboul puis son exil aux États-Unis, ses relations avec son père et avec son serviteur et meilleur ami. Le contexte est intéressant (je ne connaissais strictement rien à la culture afghane avant et pas grand chose de plus maintenant), mais l’histoire est très convenue. Il y a des méchants très méchants, des innocents qui se font blesser ou tuer, et un narrateur qui, s’il est lâche et doit vivre avec le poids de cette lâcheté, est cependant indiscutablement quelqu’un de bien, du côté de qui il faut être.

La Condition humaine, de Malraux

Je l’avais déjà lu il y a longtemps, mais je n’en avais pas retenu grand chose de plus que la scène d’ouverture. Recommandé par un ami communiste pour la description de la guerre de Chine. Je n’avais pas du tout en tête le fait que la Révolution avait été menée par la double composante Parti Communiste/Komintuang, avec tous les conflits internes que ça a engendré. Le livre décrit vraiment bien tout ça.