Cruella, de Craig Gillespie

Film Disney de 2021, qui revient sur les origines de l’antagoniste des 101 Dalmatiens.

Il y avait des passages intéressants, mais globalement le film est trop long : il dure 2h13 et il aurait dû tenir en 1h30. Beaucoup de détails, de digressions. Franchement toute la partie avant que Cruella ne soit engagée chez House of Baronness aurait dû être expédiée beaucoup beaucoup plus vite. Sa double vie de styliste punk indépendante et subalterne chez Baronness est réussie, les happenings sont bien mis en scène, et c’est vraiment ça qui aurait dû représenter l’essentiel du film. Toute la vengeance finale prend à nouveau beaucoup de temps, avec les révélations familiales multiples dont les enjeux ne sont pas passionnants. Les références au dessin animé sont aussi très lourdement amenées, c’est du fan service assez gratuit.

Cruella et la Baronne sont très bien jouée, leur dynamique marche bien (même si c’est un sacré rip-off du Diable s’habille en Prada, comme le fait remarquer MNL), y’a une jolie esthétique dans les scènes qui se passe dans le milieu de la mode, mais sinon c’est boursouflé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.