L’architecture de survie, de Yona Friedman

Court livre de 1977. Ça parle d’architecture de façon très générique. Ça m’a un peu déstabilisé au début, je m’attendais plus à un manuel pratique, mais au final c’était assez intéressant et ça reste assez actuel pour un livre de 77. L’auteur parle de l’épuisement des ressources et du besoin d’avoir une empreinte des Humain.e.s sur la planète, architecture comprise, qui soit la plus légère possible, si on veut justement assurer la survie de l’Humanité sur le long terme. Il discute ensuite de ce qu’apporte l’architecture ou plus généralement le bâti de façon très basique : une protection contre les conditions climatiques, de l’intimité, une collecte d’eau potentielle sur les toits, un espace pour les cultures autour des habitations, des espaces publics. Il s’attarde aussi sur la forme bidonville de l’architecture, qu’il considère comme l’exemple de l’architecture de survie, avec l’autoplanification des habitations, la gestion commune des espaces publics, l’empreinte légère par rapport aux villes, les circuits courts… Il parle de l’importance de faire des communautés à une petite échelle ou les gens se connaissent et se sentent attachés à la communauté.
Et il parle aussi de l’importance de l’autoplanification pour que les habitations répondent aux besoins des habitant.e.s, avec l’idée que les architectes professionnels devraient être davantage dans une position de conseillers que d’experts-décidants.

C’est court, illustré, et intéressant, je recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.