Yves, de Benoît Forgeard

Film français de 2019. Un wannabe rappeur pas très malin qui vit amorphe dans la maison de feue sa grand-mère est sélectionné pour un programme de test d’un frigo intelligent. Le frigo améliore radicalement sa vie en l’aidant a écrire ses chansons et à séduire la représentante de la compagnie de frigos intelligent qui suit le test. Et par aider je veux dire que le frigo fait tout le boulot.

Y’avait des éléments intéressants : c’est un peu le Ex Machina français dans la réflexion sur le rapport aux machines, en carrément moins prétentieux. L’évolution de la personnalité d’Yves et de sa relation avec Jerem (et So dans une moindre mesure) est bien mise en scène. Par contre y’a aussi pas mal de sexisme : les femmes sont exclusivement des intérêts romantiques ou sexuels. En conséquence logique, le personnage de So est assez raté. L’idée d’un.e convaincu.e de l’IA persuadé que le frigo ne peut pas se tromper dans son analyse aurait pu être intéressante si ça avait été utilisé pour autre chose que la faire rentrer au forceps dans une relation romantico-sexuelle. Les scènes du héros totalement apathique devant ses tentatives de séduction étaient intéressantes, mais il aurait fallu éviter de lui faire retourner sa veste dès qu’elle ne s’intéressait plus à lui.
En dehors des questions de sexisme, les personnages de Jerem et d’Yves sont plutôt réussis, leurs ascension et chute en décalé sont assez intéressantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.