Vox, de Christina Dalcher.

The Handmaid’s Tale, mais en carrément moins bien.

Assez déçu. J’avais vu une jolie couverture en librairie, j’avais feuilleté le premier chapitre qui commençait bien – je pensais être parti pour une dystopie féministe intéressante. Et puis non. Si la prémisse est intéressante – un gouvernement américain fondamentaliste décide littéralement de réduire les femmes au silence, le scénario est totalement implausible, empilant facilité sur facilité. Les personnages ne sont pas crédibles (et particulièrement manichéns) et les coïncidences abondent. Et en plus c’est mal écrit, avec des passages qui se répètent.

Bref, je ne recommande pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.