Le Paradoxe de Fermi, de Jean-Pierre Boudine

Après l’effondrement de la civilisation, un homme raconte dans un cahier comment ça c’est passé. Je suis jamais très satisfait par les versions françaises de ce trope (à l’exception de la trilogie Chromozone, de Beauverger, qui était fort cool). Cet ouvrage ne fait pas exception à la règle, hélas. C’est très pessimiste et s’il y a des passages intéressants ce n’est pas globalement passionnant, même si j’ai bien aimé le réalisme de la difficulté de la survie en milieu naturel.
Mais franchement je ne crois pas à son effondrement total de la civilisation, il y aurait des reconstructions à des échelles locales, son idée de poussées de violence qui empêcherait toute reconstruction, juste non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.