Gideon the Ninth, de Tasmyn Muir

Roman de fantasy néogothique de 2019. L’histoire se déroule dans système solaire avec neuf planètes, chacune gouvernée par une maison. Chaque maison maitrise une forme de nécromancie, et prête allégeance à l’Empereur-Dieu, le premier Seigneur-Nécromancien, qui 10 000 ans auparavant a ressuscité l’ensemble du système solaire. On suit Gideon, une serf de la neuvième maison, qui se retrouve obligée de servir de cavalier (plus ou moins garde du corps) à l’héritière de sa maison, qu’elle déteste, alors que celle-ci répond à l’appel de l’Empereur qui a organisé une épreuve pour former de nouveaux Licteurs (ses bras droits, avec des pouvoir de nécromancien.nes +++).

L’univers est très original, mais manque un peu de profondeur dans le premier tome, un défaut qui est un peu réparé dans le second où on a davantage de backstory. C’est un gros mélange d’inspiration, avec de la fantasy, de la SF, des inside jokes sur des mèmes, beaucoup de dialogue intérieur de la protagoniste sarcastique. C’était sympa à lire mais j’ai trouvé que le premier tome, malgré l’univers original, manquait un peu de profondeur. Le second était plus intéressant, notamment avec tout le dispositif de flashback sur la période du premier tome qui ne se déroule absolument pas comme les choses ont été narrées la première fois (i do love an unreliable narrator). Il y a encore deux tomes à paraître, à voir si je les lirais ou non, pour le moment pas totalement convaincu par l’intérêt profond de la série, mais ça fait une bonne lecture d’été si vous aimez les nécromancien.nes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.