The French Dispatch, de Wes Anderson

Film états-unien de 2021. Le film présente cinq histoires, reprenant les cinq articles publiés dans le dernier numéro du magazine fictif The French Dispatch, le supplément sur la France et rédigé en France d’un journal du Kansas. Wes Anderson déploie dans les différentes histoires des visions d’une France correspondant à ses grands clichés, entre cuisine, film noir, révolte étudiante et artistes fous.

Le côté film à vignettes avec des variations de cadrage, de médium, de colorisation m’a un peu fait penser à Kill Bill, dont l’histoire ne part bien sûr pas du tout dans les mêmes directions, mais qui a un peu ce même côté « grosse variabilité du medium ». Il se passe beaucoup de chose dans le film, ça parle beaucoup, les tableaux sont denses avec beaucoup de détails, il demande un effort de concentration à voir. C’était sympa mais le côté vignettes m’a un peu laissé sur ma fin, j’aurai préféré une histoire qui se déploie sur l’ensemble du film, et le côté France fantasmée m’a fait sourire mais sans m’emporter totalement : c’est rigolo d’avoir une espèce de territoire onirique qui est à la fois un charmant petit village et une version over the top du Paris des années 60/70 renommée Ennui-sur-Blasé, mais ça fait pas une histoire pour autant, à mon sens. Dans les influences, je trouve aussi que le descriptif de la ville et toute l’enquête policière à base de nourriture ont un côté très Orphelins Baudelaire, aussi.

J’ai passé un bon moment devant, mais ce n’est pas mon Wes Anderson préféré pour autant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.