Randonnée autour de la vallée d’Aspe (1/5)

J’ai fait une randonnée de 5 jours en vallée d’Aspe avec un ami (ci-après dénommé Stram). On était en autonomie, c’est-à-dire qu’on avait pris l’ensemble de notre nourriture sur nous, ainsi que de quoi bivouaquer. Cinq jours c’est un peu la limite pour une autonomie complète, je pense, au départ nos sacs pesaient 15+ kilos chacun. Nous sommes partis de Pau en train jusqu’à Bedous (discussions sur les randonnées avec le contrôleur), puis bus de Bedous à Estaut (discussion sur le meilleur chemin avec la serveuse du café de Bedous), où nous avons commencé à marcher.

Le début de la rando passe d’Estaut à Borce, sur l’autre flanc de la vallée. On monte assez raide à flanc de vallée pour aller rejoindre une piste forestière (piste de Belonce). Pas de chance pour ce début de randonnée, les nuages étaient coincés dans la vallée, du coup épais brouillard pour nous, pas de visibilité sur la vallée elle-même.

La visibilité depuis la piste forestière

La piste nous permet d’arriver dans une vallée secondaire, la vallée de Belonce. On remonte la vallée dans son fond, avant de regrimper sur le flanc. Il commence à pleuvoir. On profite d’un passage en forêt pour mettre des habits de pluie. La pluie s’accentue, on pousse jusqu’à une cabane de berger. Elle est en activité, on s’annonce. Un berger avec deux enfants. Le berger nous fixe sans rien dire. Je tente un « vous pensez que la pluie va durer longtemps ? » (hint hint, propose-nous de nous abriter). Le berger ne dit toujours rien. Un des enfants répond « je pense, oui ». Bon, on n’insiste pas, on continue notre chemin, toujours sous la pluie, qui s’accentue même.

Dans la vallée de Belonce
Jument et poulain
Iris des Pyrénées

45 minutes plus tard, nouvelle cabane. Je toque, pas de réponse, j’ouvre la partie haute. C’est clairement habité. Une porte au fond s’ouvre, le berger me dit qu’on peut s’abriter sous les différents auvents extérieurs. « Désolé, je suis sous la douche ». Well, nous aussi. On va s’abriter dans une petite cahute, on tente de sécher ce qu’on peut, on mange des fruits secs en attendant que l’orage passe, Stram fait une petite sieste. 45 minutes plus tard, une accalmie. On repart, et 10 minutes plus tard, l’orage aussi… Peu à peu ça se calme.

Sous la pluie
Avantage de la pluie : ça dissipe un peu le brouillard (un peu)

Nous arrivons au refuge d’Arlet à 16h, sous une légère pluie. On avait prévu d’aller plus loin aujourd’hui (notre topoguide proposait bivouac à Arlet, on voulait faire des étapes plus longues). Finalement Arlet ce sera très bien. On se dévêt et déchausse dans l’antichambre. Covid oblige, masque obligatoire pour les déplacements dans le refuge. On rentre, on commande un chocolat chaud. On discute avec un mec qui parcourt la Haute Route des Pyrénées (parti d’Hendaye il y a 9 jours, il est à un quart de son trajet). Une heure plus tard, la pluie s’arrête enfin. Nous montons le bivouac (une confortable tente 3 place, achetée par Stram pour ses multiples pérégrinations de l’été). Nous mettons quelques affaires à sécher au refuge.

Le brouillard se dissipe plus fortement

La frontière/crête n’est pas loin et le ciel s’est éclairci, nous y montons pour voir de l’autre côté. Les Pyrénées espagnoles sont beaucoup plus minérales. Belle mer de nuage en dessous du refuge, et belle vue des deux côtés de la crête. Nous redescendons, mangeons, faisons quelques parties de carte, et nous mettons au lit tôt avec l’intention de faire une grosse journée le lendemain pour rattraper le temps perdu.

Joubarbe
Pyrénées espagnoles
Pyrénées espagnoles toujours
Le refuge d’Arlet et la mer de brouillard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.