La Médiocratie, d’Alain Deneault

Un essai sur comment les processus et formes de management actuels poussent à promouvoir et responsabiliser des gens moyens : si le système ne cherche pas à avoir des incompétents aux commandes, il ne sélectionne pas non plus des gens qui pourraient remettre en question le cadre. Non pas qu’il y ait une volonté active d’acteurs secrets, mais le middle management engendre le middle management, avec le besoin de remplir les cases des indicateurs pour correspondre à ses objectifs annuels : les gens considérés comme efficaces dans ce cadre vont être sélectionné pour gravir les échelons, où formatés par leur expérience précédente, ils préconiseront la mise en place de nouveaux indicateurs…

Bon, ce point était intéressant mais ce n’était qu’une partie du livre, Deneault part un peu dans tous les sens, et parfois il sacrifie un peu l’argumentation de fond aux effets de forme (il trippe beaucoup sur la polysémie de « moyen » et « milieu » notamment), du coup c’est un peu long pour ce que ça dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.