Amatka, de Karin Tidbeck

Roman dystopique suédois. L’histoire se déroule dans un lieu indéterminé, une nature hostile – probablement une autre planète mais ce n’est pas précisé – dans laquelle les humain.e.s ont installé 5 colonies. On suit Vanja, qui part de la colonie principale pour étudier la possibilité de commercialiser des produits d’hygiène ne sortant pas des usines d’Etat dans une colonie agricole. L’histoire montre comment la vie des citoyen.ne.s est contrôlée par le collectif, une pratique omniprésente et renforcée par l’impératif de nommer et marquer les objets de façon régulière pour ne pas qu’ils se désagrègent et deviennent une menace. Il y a donc une réalité d’Etat qui influe sur la matière même des choses. Progressivement, Vanja en vient à questionner le pourquoi de cette organisation et la remet en cause. C’est intéressant, c’est assez fortement dans la ligne de Nous Autres j’ai trouvé, mais avec un propos beaucoup plus subtil sur cette question du contrôle par l’État.
Je recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.