Funny Games (version de 1997), de Haneke

J’avais déjà vu la fin de la version US tournée en 2007. Comme elle est identique plan à plan j’ai pas été trop dépaysé. Le film interroge à la fois la représentation de la violence à l’écran et le rôle du spectateur (les psychopathes demandant directement à la caméra ce qu’ils en pensent, mentionnant que l’on en est pas encore à la longueur d’un film et qu’il faut continuer) et montre aussi assez brillamment le détournement des codes sociaux : les deux tueurs réussissent à garder la famille sous leur emprise pendant une bonne partie du film en affirmant très calmement qu’il s’agit juste de dissiper un malentendu. Le décalage de leur comportement leur permet de profiter à plein du phénomène de fascination (incapacité à réagir provoquée par le décalage entre une situation et les repères mentaux que l’on a).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.