57, rue de Varenne, de François Perrache

Une fiction radiophonique qui suit le quotidien de quatre Premiers Ministres français successifs, en 5 saisons de 5 épisodes. C’est de la politique fiction écrite par des gens qui ont été proches de la vraie politique, c’est fort bien fait, on retrouve de vraies répliques ou situations mais remixées. On se concentre sur les arrières cuisines et les zones d’ombre, on ne voit pas les acteurs de la série faire de la politique au sens noble, mais plutôt se livrer à des jeux d’influence et gérer des crises. Les trois premières saisons, sur Gerland puis Mercadal sont très réussies. À partir de la quatrième ça décline un peu ; le fait de mettre des gens plus naïfs sur le poste fait qu’ils sont beaucoup plus passifs. De plus l’intrigue de la saison 4 se concentre totalement sur la vie intime de la première ministre, là où c’était bien plus équilibré pour les précédents. Pour la 5 le personnage du nouveau premier ministre est très intéressant mais assez mal exploité : vu qu’il refuse de se salir les mains il n’est pas du tout dans la cuisine du parti et les renvois d’ascenseur, du coup il voit juste les autres les faire.

Je recommande fortement les premières saisons, ça m’a pas mal réconcilié avec les fictions radios.

1 réflexion sur « 57, rue de Varenne, de François Perrache »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.