Perte.

Mon père est mort le 29 novembre. J’étais à Grenoble, théoriquement pour trois semaines, pour me faire des contacts et chercher un emploi sur place. Je suis revenu par le premier train quand mon frère m’a appris la nouvelle. Je n’arrive pas encore a vraiment réaliser, pour le moment. J’alterne des phases de pleurs et des phases où ça va, mais j’ai toujours le réflexe de me dire que je pourrais lui parler de quelque chose, lui demander de l’aide sur un point. L’idée que je ne pourrai plus jamais lui parler est simplement horrible. « Plus jamais » est une notion inconcevable.

Depuis qu’il avait un ordiphone, mon père faisait beaucoup de photos, et il avait un bon œil pour ça. Je lui avait plusieurs fois dit de mettre ses photos sur un blog ou une plateforme quelconque. Nous avions même créé le blog ensemble (Le Photograffeur), il m’avait dit qu’il travaillait à un premier article (un truc qui partait dans tous les sens avec n références à la mythologie, je lui avais conseillé de commencer beaucoup plus simple). Le projet n’a jamais abouti, le blog est resté vide à l’exception de la photo d’en-tête que nous avions téléversé ensemble. J’ai récupéré environ 3000 photos sur l’ordinateur familial, je vais faire le tri et les mettre en ligne, soit sur ce blog soit sur celui qui aurait pu être le sien.

Depuis que j’ai appris sa mort, j’ai envie de documenter les choses, les moments, de ne pas laisser se perdre les sensations, les impressions, les ressentis. J’avais déjà cette envie avant, sinon je ne tiendrai pas un blog, mais c’est devenu beaucoup plus présent d’un coup. Peut-être que c’est banal à la mort d’un proche, mais j’ai vraiment peur de laisser échapper les choses. J’ai pris des photos dans le train en me disant que c’est des photos qu’il aurait prises lui.

En bordure de voie
En bordure de voie
Immeuble et grue
Immeuble et grue
Soleil et pylône
Soleil et pylône
éolienne
éolienne
Étendue d'eau
Étendue d’eau

Fauteuil adirondack

J’ai trouvé une palette dans la rue récemment. Du coup, en m’inspirant de designs trouvés sur Internet, j’ai fait un fauteuil de type Adirondack (essentiellement avec du bois non issu de la palette, certes, mais chuut).

La structure est faite avec des pièces de bois de section 40×40 mm², réparties ainsi :
Deux pièces de 580 mm de long (traverses du dos)
Deux pièces de 1045 mm de long, coupées à 75° d’un côté (pieds arrières)
Deux pièces de 579 mm de long, coupées à 15° des deux côtés, coupes parallèles (pieds avant)
Deux pièces de 790 mm de long, coupées à 15° d’un côté (montants du dos)
Deux pièces de 669 mm de long, coupées à 15° d’un côté, à 30° de l’autre (accoudoirs).

L’assise est constituée de 5 planches de 500 mm de long récupérées sur la palette
Le dos est constitué de 4 planches de 720 mm de long, provenant aussi de la palette.

Croquis et calculs préliminaires
Croquis et calculs préliminaires
Jointure de l'accoudoir
Jointure de l’accoudoir
Un des deux côtés
Un des deux côtés
Structure nue
Structure nue
Vue du dessus, avec les planches de l'assise à leur écartement définitif
Vue du dessus, avec les planches de l’assise à leur écartement définitif
Vue de côté (palette en lieu et place du dossier
Vue de côté (palette en lieu et place du dossier
Vue de face
Vue de face : les deux pieds avant sont clairement pas bien parallèles, mais c’est parce qu’à cette étape il y a encore trop de degrés de liberté, une fois les planches de l’assise fixées sur le cadre ça devrait améliorer le couplage

Près des Blancs Manteaux

Pareil que pour le passage Saint-Sébastienn, j’y suis passé une première fois de nuit, puis à nouveau de jour pour faire des photos plus satisfaisantes.

Shatters, the all seeing eye sees all
Shatters, the all seeing eye sees all
Achat de chevaux
Achat de chevaux
Maison bourgeoise moyen-âgeuse
Maison bourgeoise moyen-âgeuse
Invaders, Chat du Cheschire
Invaders, Chat du Cheschire
Noty y AroZ, Batman
Noty y AroZ, Batman
Invaders, vase
Invaders, vase
Codex urbanus : giraffa cœnobita et j3
Codex urbanus : giraffa cœnobita et j3
Codex Urbanus  : Uca Decemlineata
Codex Urbanus : Uca Decemlineata

Quai de Tournelle

Ballade sur le quai de Tournelle.

Invaders Cactus et fenètre
Invaders Cactus et fenètre
Invaders Manchot
Invaders Manchot
I Invaders Paris et perspectives
I Invaders Paris et perspectives
33,49 mètres au dessus de la mer 7,24 au dessus de l'étiage au pont de la Tournelle 68,00 Nivellement de Paris
« 33,49 mètres au dessus du niveau moyen de la mer
7,24 au dessus de l’étiage au pont de la Tournelle 68,00 Nivellement de Paris » (Plaque de nivellement de Paris, situé à l’angle de la rue de Bièvre)

Deux photos du passage Saint-Sébastien qui n’avaient pas trouvé leur place dans l’article précédent :

Paddy, photo quelque peu retouchée
Paddy, photo quelque peu retouchée
Le collage est joli, mais il est dans une série intitulée "Femme Maison", je trouve ça bien pourri en terme d'objectification des femmes.
Le collage est joli, mais il est dans une série intitulée « Femme Maison », je trouve ça bien pourri en terme d’objectification des femmes.

Et sur le chemin entre le passage Saint-Sébastien et la rue des Blancs Manteaux :

Invaders Jaune et Violet, rue de Sévigné
Invaders Jaune et Violet, rue de Sévigné

Passage Saint Sébastien

Œuvres dans le passage Saint-Sébastien. J’y étais passé de nuit avec louis à l’issue de la projection de Mademoiselle à laquelle j’avais assisté, mais les photos ne rendaient rien. Une nouvelle visite de jour à été plus satisfaisante.

Papillon américain
Papillon américain
Princesse Leia, Paddy
Princesse Leia, Paddy
Love, Kaz
Love, Kaz
Mosaïque au papillon, Morèje
Mosaïque au papillon, Morèje
Cercle sur porte, J3
Cercle sur porte, J3
ALO
ALO
Reine d'Angleterre sur attelage de corkis
Reine d’Angleterre sur attelage de corkis
Ribbon, ALO
Ribbon, ALO

Milly-la-Forêt

Promenade à vélo avec OC. À la base on voulait aller voir un bâtiment abandonné mais c’était trop loin et après avoir visité le Cyclop’ à mi-chemin, on a décidé de rentrer. Le Cyclop’ c’est une scultpure monumentale (une vingtaine de mètres de haut) de Jean Tinguely, construite sur 20 ans et illégalement (il possédait le terrain mais n’a jamais demandé de permis, qu’il n’aurait pas eu, les constructions en forêt, qui plus est sur sol sablonneux, n’étant pas tout à fait autorisées en France). Il a travaillé sur la sculpture avec d’autres artistes et leur famille, notamment avec sa femme Nikki de Saint-Phalle. Les matériaux ont été récupérés plus ou moins légalement (il y a notamment une bouche d’aération « emprunté » sur le chantier du musée Beaubourg). On ne pouvait pas prendre de photos à l’intérieur pour cause de droits d’auteur (meh), mais il y avait des œuvres de Nikki de Saint-Phalle et de d’autres artistes. On peut monter jusqu’en haut de la sculpture, il y a une énorme machinerie inutile (qui sert juste à voir son mécanisme en action), une oreille qui peut être actionnée par un moteur indépendant, un petit théâtre avec une pièce jouée par des automates sur deux minutes, une chambre de bonne mise à 90°, un hommage à Mai 68, un wagon qui a servi au transport des déportés durant la Seconde Guerre Mondiale… globalement c’était assez cool.

Ensuite nous sommes rentrés par de petits chemins entre champs et bois, avec la nuit qui tombait et la brume qui montait. Ça faisait très espace liminal, et nous aurions croisé un homme attendant seul à un carrefour avec un attaché case contenant des contrats à nos noms que je n’aurais pas été plus étonné que ça.

Le Cyclop'
Le Cyclop’
Le Cyclop' : wagon
Le Cyclop’ : wagon
Le Cyclop' : cheminée de Beaubourg
Le Cyclop’ : cheminée de Beaubourg
Église de Milly
Église de Milly
Chateau de Milly
Chateau de Milly
Espace liminal
Espace liminal