Neige : Origines et Neige : Fondations

Deux trios de BDs qui servent de prélude à Neige, une série plus ancienne. Suite à une catastrophe en terme d’ingénierie du climat, l’Europe est prise sous des neiges éternelles, et encerclée par un mur qui l’isole du reste du Monde. Un nouveau Moyen-Âge se met en place, pendant qu’une confrérie oeuvre dans l’ombre pour mettre fin à l’Hiver de l’Europe.

Bref, on s’en fiche un peu du scénario, honnêtement j’ai emprunté cette BD pour pouvoir regarder de jolies planches d’une Europe post-apocalyptique sur fonds enneigés. Et de ce point de vue là ça marche très bien, j’ai beaucoup aimé l’imagination graphique des auteurs.

Un putain de salopard tome 1, de Loisel et Pont

Premier tome d’une série de bandes dessinées. Dans le Brésil des années 70, trois françai.se.s débarquent : un homme à la recherche d’informations sur son père qu’il n’a jamais connu, qui a deux photos sépia comme seuls indices, et un couple d’infirmières qui viennent gérer un dispensaire et retrouver une amie sur place. Les françai.se.s sont optimistes et fleur bleue, mais le contexte autour d’elleux est bien moins joyeux : il y a du trafic d’humains, des règlements de comptes, des mines où les conditions de travail sont atroces… Très vite les héro.ïne.s se trouvent embringué.e.s dans les affaires locales bien plus qu’iels ne l’auraient voulu. Ce premier tome ne fait que planter le décor, mais il le fait fort bien, avec de belles cases, des personnages intéressants (sauf peut-être le mec du trio central).

Sans être renversant, c’est sympa à lire.

Bordeaux

Weekend à Bordeaux pour voir à quoi ça ressemble, au delà des trashages obligatoires des bordelais.e.s dès qu’on évoque la ville à qui que ce soit dans le Sud-Ouest.
Eh bien c’est fort joli, dans le genre architecture bourgeoise récemment rénovée. En tous cas ça l’est sous un soleil de plomb. Le samedi, ce fut arpentage de la ville et musées. Le dimanche, pour rester dans la thématique bourgeoisie, nous sommes allé.e.s au Cap Ferret (que je persiste à vouloir appeler le cap Ferrat, ça doit être la version dans un univers alternatif gauchiste), mais je n’ai pas pris de photos. L’océan était agréable, le soleil trop chaud, les gens surfriqués (ça je l’ai constaté quand j’ai dû retraverser les parties avec des gens pour aller prendre le bateau : « J’ai claqué 800e en boîte hier », une phrase que j’ai entendue prononcer avec un naturel désarmant).

Vue depuis l’autre rive de la Garonne
Vue depuis l’autre rive de la Garonne
Tour
horloge de la Grosse Cloche
street art
Façade bourgeoise
Le mirroir d’eau
Galerie marchande
Angle d’immeuble
Grosse animation
Tour étrange
Street art (noty y aroz)
Bâtiment en grosse réfection
Verrière de la gare

Haute-Ecole, de Sylvie Denis

Roman de fantasy français du début des années 2000. Un royaume en guerre contre son voisin, et dans lequel les enfants avec un talent pour la magie doivent être confiés à la Haute-Ecole, qui les formera et les placera au service du royaume, pour l’armée ou une corporation. Mais le manque de participation de la bourgeoisie aux décisions politiques tout comme le statut asservi des magiciens sont de plus en plus contestés, notamment par les magiciens libres, les quelques mages qui ont réussi à échapper à la conscription de la Haute-Ecole en dissimulant leurs pouvoirs.

Plusieurs fils narratifs qui s’entrecroisent. Globalement j’ai bien aimé l’univers tel qu’il est construit avec les enjeux politiques (sauf la partie finale avec le monde des Dieux que j’ai trouvée reloue), mais je n’ai pas été fan des personnages, globalement les persos secondaires sont les plus intéressants (Raoul des Crapauds, Pierre, Zorr, Arielle), les principaux sont trop caricaturaux.

Lac d’Arrious

Randonnée depuis la cabane du Caillou de Soques jusqu’au Lac d’Arrious. Randonnée relativement courte (4h30 A/R), avec 5 collègues.

Iris des Pyrénées
Sentier et sommets
Bloc et plis
Fleur non identifiée [Edit : Joubarbe, dit Léa dans les comms]
Chaîne
Falaise et ciel (grosse inspiration pour les titres des photos auj)
Lac d’Artouste
Cascade
As usual, colleagues for scale

L’Heure de la Sortie, de Sébastien Marnier

Film français de 2018. Professeur remplaçant dans un collège privé, Pierre Hoffmann se retrouve confronté à une bande d’élève de troisième « précoces ». Toujours ultra sérieux, détachés des autres, soudés en un petit groupe, ils braquent le reste du collège mais sont encensés par l’équipe enseignante ravie de la réputation d’excellence qu’ils apportent au collège. Pierre se retrouve rapidement en conflit avec la bande qui refuse l’intervention des adultes quand l’un d’eux se fait frapper par un autre élève du lycée. Sur fond de canicule, la tension va grandissante alors que Pierre découvre des films enregistrés par la bande.

Continuer la lecture de L’Heure de la Sortie, de Sébastien Marnier

Inside, de Playdead

Jeux vidéo indépendant par les créateurs de Limbo.
Jeux de plate-forme avec des énigmes. C’est de la fausse 3D, très bien rendue du point de vue des placements de la caméra, au point qu’on dirait un film d’auteur.
C’est une ambiance dystopique un peu glauque mais c’est très beau. La fin est assez mystérieuse.

Ça se finit vite et le jeu n’est pas très compliqué, je recommande fortement.

Dial H, de China Miéville

Reboot d’un ancien comic DC par China Miéville. En composant un numéro particulier dans une cabine téléphonique un homme se transforme en héros au hasard. Les héros invoqués sont particulièrement wtf. Mention spéciale à Open Window Man, le super héros des fenêtres ouvertes.

En parallèle d’un certain nombre de batailles super héroïques, le protagoniste essaie de découvrir l’origine du cadran. S’ensuit un multivers, une guerre millénaire, un mystérieux opérateur et un Central Téléphonique. Et les services secrets canadiens – Dark Maple -, d’autres types de cadrans, l’Atlantide, des héros invoqués qui sont trop des stéreotypes racistes pour que les protagonistes acceptent d’utiliser leurs pouvoirs…

Ça part vraiment dans tous les sens, on reconnait bien la patte China Miéville, mais ça garde une cohérence interne et une pertinence malgré la premice totalement random.

Je recommande.

Yesterday, de Danny Boyle

Jack Malik est un chanteur anglais qui fait les kermesses et les pubs. Il aime énormément la musique, mais seuls son amie et manageur et lui-même croient en son talent. Un jour, Jack réalise que personne sauf lui ne se rappelle des Beatles. Il décide alors de reprendre leurs chansons…
C’est divertissant mais pas incroyable, des reproches sur le personnage féminin principal qui est un cliché de Manic Pixie Fairy Girl (alors que les autres seconds rôles sont plutôt réussis, mention spéciale aux parents et à la manager).
Spoilers ci-dessous

Continuer la lecture de Yesterday, de Danny Boyle

Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Universe, de Benjamin Alire Sáenz

Roman américain de 2012. Les Aristotle et Dante du titre sont deux adolescents mexicano-américains vivant à El Paso en 1987. Le roman est narré du point de vue d’Aristotle, qui se débat avec sa place dans le monde, sa difficulté à communiquer (un trait qui court dans sa famille) et plus généralement le fait d’être un adolescent. C’est marketé pour les adolescents mais en vrai ça se lit bien à tout âge, j’ai bien aimé et je recommande.

Spoilers sous le séparateur

Continuer la lecture de Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Universe, de Benjamin Alire Sáenz