Techno-féodalisme, de Cédric Durand

Essai de 2020 sur les évolutions du capitalisme à l’ère des firmes qui gèrent l’économie des données.

Durand détaille l’idéologie qui soutient les startups: plus que la mise en marché de tout, c’est l’application de la destruction créatrice (renommée disruption) à tout qui est au cœur du phénomène. Sur le papier, ça veut dire tout faire pour favoriser l’entrée de nouveaux petits acteurs sur les marchés qui vont pouvoir challenger les grosses firmes en place fossilisées dans leurs process, et donc ça justifie la flexibilisation du marché du travail, la dérégulation pour ne pas favoriser des méthodes spécifiques, etc…

Dans les faits, s’il y a eu une vague de nouveaux entrants sur les marchés numériques dans les années 90’s, les gagnants de cette période d’instabilité qui ont tiré leur épingle du jeu sont devenus les nouveaux monopoles et font tout pour ne plus être délogeables et rachètent les startups prometteuses depuis leur position de force. La concurrence exacerbée n’était pas un nouveau paradigme mais le moment d’un cycle des marchés.

En parallèle, l’intrusion du numérique dans le monde du travail a conduit à plus de contrôle des exécutants : les cadres sont nomades et autonomes (mais joignables partout et tout le temps), pour tous les autres il y a des scripts détaillés d’actions à faire et des indicateurs mesurés en permanence.

Enfin, la démocratie est érodée par la capture de la conversation publique par les médias de masse concentré entre les mains de quelques firmes et milliardaires. Ces médias personnifient les enjeux politiques, faisant qu’on ne se positionne pas sur des programmes mais sur des personnes (les médias ne sont pas les seuls responsables, les politiques s’engouffrent aussi à fond dans ce système, mais les médias l’accentuent au lieu de le contrer). Avec l’avénement des réseaux sociaux, le phénomène s’est encore accentué : même les déclinaisons entre petits groupes de personnes de la conversation publique sont médiées par des plateforme privées qui revendiquent d’utiliser leur position pour influencer le débat, expérimenter sur les gens, mettre en place du nudge et récolter des données. De plus il est difficile de quitter ces plateformes une fois qu’on y a investit du temps, construit son réseau de relations sociales, personnalisé leur fonctionnement et transféré nos données. On se trouve littéralement inféodé à ces plateformes, travaillant pour elles à créer des données qu’elles peuvent monétiser et avec de forts coûts sociaux rendant difficile de les quitter.

Durand effectue une comparaison entre les modes de production que sont esclavagisme, capitalisme et féodalisme : dans le féodalisme, les producteurs sont libres d’organiser leur production comme ils le souhaitent (les paysans gèrent leurs parcelles et leur temps comme ils l’entendent, contrairement aux salariés d’une entreprise), mais pas de changer de seigneur (saufs coûts prohibitifs dissuasifs, avec la nécessité de reprendre à zéro la culture d’une terre et de laisser tous les gens que l’on connaît derrière soi). L’économie de plateforme des GAFAM s’apparente, sur le point de la création/monétisation des données à ce système.

Titane, de Julia Ducournau

Film français de 2021, lauréat de la palme d’or. Alexia est une trentenaire qui a toujours été attirée par les voitures. Un soir, elle tue un homme qui la harcèle et fait l’amour avec une voiture. Commence pour elle une cavale où elle va devoir dissimuler son identité et se faire passer pour un garçon alors qu’une grossesse étrange modifie son corps…

C’est difficile à résumer, parce qu’il se passe beaucoup de choses dans le film. Je l’ai même trouvé un peu fouillis, avec plusieurs séquences qui auraient chacune pu être un film entier. C’est clairement un film qui parle du rapport au corps, de body horror et de transformation (Ducournau cite Cronenberg comme une de ses inspirations et ça se voit). La protagoniste passe son temps à faire ou voir son corps changer (le personnage de Vincent Lindon aussi a un rapport torturé à son corps, qui présente un contrepoint intéressant). Le scénario aussi subit des changements brusques, avec des virages brusques que l’on n’attend pas et qui laissent un peu frustré d’une conclusion de la partie précédente. Visuellement ça en met plein la vue, avec des séquences très réussies (la fête dans la caserne de pompiers notamment, en terme de couleur, d’éclairage, de renversement de l’ambiance ; les séquences de feu aussi). Gros travail sur l’ambiance sonore aussi, avec une très belle bande son.

Je pense que j’avais préféré Grave en terme de cohérence thématique et d’ambiance générale, mais il y a beaucoup d’éléments intéressant dans Titane. Je recommande si vous êtes à l’aise avec le body horror et les séquences de violence graphique.

Les enfants sont rois, de Delphine de Vigan

Roman français de 2021. On suit l’histoire de la disparition de Kimmy, enfant-star d’une chaîne Youtube familiale, où la mise en scène de Kimmy et de son frère dans des vidéos d’unboxing et de Buy everything challenge assure un revenu confortable à l’ensemble de la famille. L’enquête sur la disparition permet à l’auteure de détailler le fonctionnement de cette économie des chaînes youTube mettant en scène des enfants pour un public lui aussi composé d’enfants.

Je n’ai pas été convaincu par le roman. Le sujet est intéressant, mais la mise en scène dans cette forme fictionnelle, et encore plus la conclusion dix ans dans le futur ne m’ont pas du tout embarqué. Le passage sur le passé de la mère de famille était intéressant, celui de la policière par contre était totalement anecdotique. Je pense que de façon générale, un texte purement documentaire sur le sujet aurait été plus intéressant.

Albi – Castres

Histoire de ne pas perdre le rythme après les quatre jours de randonnée, j’ai profité du dimanche pour faire un petit aller retour à Castres en vélo, sur une voie verte qui suit le tracé de l’ancienne voie ferrée. 47,5 km aller quand même, on les a sentis à la fin de la journée. Castres en soi n’est pas très très jolie, quelques beau hôtels particuliers et un canal un peu mignon, mais rassemblé dans un tout petit périmètre. C’est un peu trop minéral pour moi. Par contre la voie verte était sympa, une belle variabilité des paysages traversés.

Canal de Castres, « la Venise du Tarn ».
Seuil
Théâtre mvnicipal
Lombers, petit village sur la route
Pin et puits

Article invité : Le Sauvage, de Jean-Paul Rappeneau

Le Jour et la Nuit en mieux, Le Misanthrope en moins bien ?

Avertissement : Si le divulgachage vous dérange, évitez de regarder ne serait-ce qu’un résumé de trois lignes (à part le mien) parce qu’ils contiennent tous d’importants spoilers.

Caracas, dans les années 1970.

Nelly (Catherine Deneuve), française, la petite trentaine, s’échappe la veille de son mariage. Poursuivie par son fiancé italien (Luigi Vannucchi) et bientôt par son ancien patron américain (Tony Roberts), elle tente désespérément de rentrer en France.

Martin (Yves Montand) est venu quelques jours à Caracas pour récupérer une gazinière, ce qui est tout de suite moins épique. Il occupe la chambre d’hôtel adjacente à celle de Nelly, et se retrouve mêlé à la fuite de cette dernière à son corps défendant.

Le film comprend deux parties principales : l’une à Caracas, avec force courses poursuites et action, et l’autre sur l’île où habite Martin, plus intimiste.

Je suis mitigée mais j’ai quand même globalement bien aimé. C’était parfois trop long ou bizarrement rythmé, et le genre est un peu bâtard (comédie mais avec des passages plus noirs), ce qui ne constitue pas forcément un problème en soi, mais ce qui ici donne ponctuellement l’impression que le réalisateur ne savait pas toujours ce qu’il faisait. Le scénario est pas mal, avec des retournements inattendus, certains un peu grossiers, d’autres vraiment intéressants.

Je trouve toutefois qu’Yves Montand n’est pas très bon, et surtout pas très crédible en objet de désir. L’article wp explique qu’il « était inquiet que son personnage soit dominé par celui de Catherine Deneuve »,* et ça se ressent à l’écran à mon avis.

Catherine Deneuve au contraire est excellente en fille libre et débrouillarde qui a de la suite dans les idées. D’ailleurs le titre français est bien pourri, je préfère à la rigueur le titre anglais (Lovers like us) et surtout allemand (Die schönen Wilden, c’est-à-dire « les Beaux Sauvages »), le film n’étant pas spécifiquement centré sur Martin.

Viens ravager notre île Catherine ! Dérobe nos tableaux de maître ! Mets le feu à notre maison coloniale !

Sinon, j’aime beaucoup le cœur du film, la rencontre de deux personnes très différentes qui sont insatisfaites de leur vie et tentent activement de la transformer, et en assument les conséquences. Mais je trouve que la thématique aurait dû être davantage creusée, ainsi que celle des dynamiques du désir (Nelly qui passe de proie à prédatrice notamment).

Quoi d’autre ? Les décors sont beaux, certaines scènes marquantes, la musique de Michel Legrand est la musique de Michel Legrand, globalement c’est agréable à regarder. Ça vaudrait le coup d’en faire un remake, mais d’un autre côté ce serait triste sans Catherine.

Cette interview avec le réalisateur est intéressante : https://www.cinematheque.fr/article/1285.html

* C’est assez intéressant comme test de féminisme pour un acteur, puisque Belmondo avait les mêmes réticences que Montand avant le tournage de Léon Morin, prêtre. Apparemment, jouer un homme qui résiste aux avances d’une très belle femme ce n’est pas viril.

Randonnée dans la vallée d’Orlu : Jour 4/4

Dernier jour, enfin du soleil ! Nous plions le camp sous une lumière qui joue entre les nuages, avant d’attaquer la montée de la couillade d’en Beys. Nous replongeons dans les nuages, mais nous les laissons pour de bon derrière nous une fois arrivés à la crête. A partir de là, ce ne sera que de la descente, d’abord jusqu’à l’étang de Naguille, que nous longeons sur le tracé d’une ancienne voie ferrée, où nous faisons notre pause déjeuner. Puis depuis le barrage qui ferme l’étang, nous plongeons dans l’étage forestier, pour redescendre lentement jusqu’à Orlu et la voiture, à laquelle nous arrivons bien rincés.

Sommet qui joue à cache cache
Enfin de la visibilité
Sommet dans la brume
Etang des Peyrisses depuis la Couillade
Cairn imposant
Vestiges industriels
Ancien bâtiment
L’étang dans la longueur
L’étang de Naguille depuis la voie ferrée
L’étang depuis le barrage

Un peuple et son roi, de Pierre Schoeller

Film français de 2018. On suit une partie de la Révolution française, de la prise de la Bastille à la mort de Louis XVI. Le film suit à la fois les débats de l’Assemblée (nationale puis constituante) et le point de vue de parisien.nes du peuple : une lavandière, un souffleur de verre et un ancien paysan qui les rejoint en montant à Paris lors du retour du roi depuis Varennes. On suit notamment l’évolution des sentiments envers le roi, de « il faut lui faire quitter Versailles pour qu’il comprenne la réalité du pays, il est mal conseillé » à « il doit mourir pour que la révolution vive ». On voit les débats de l’Assemblée sur ce sujet, le vote solennel, les différents points de vue politiques, les moments de violence.

J’ai beaucoup aimé, c’était bien filmé et très intéressant. C’est difficile d’un point de vue de néophyte de juger de la réalité historique, mais ça avait l’air réaliste en tous cas, et ça recoupait d’autres récits qui je connaissais (mes souvenirs de cours, la bande dessinée Révolution, la série Netflix…)

Randonnée dans la vallée d’Orlu : Jour 3/4

Du point de bivouac, une grande montée vers la portella des Lanós. Pas trop violente à part la toute fin, nous doublons les groupes qui avaient dormi au refuge et été plus matinaux que nous. Nous laissons les sacs à la portella pour un aller retour sur la crête vers le puig Pedros, où le soleil apparaît enfin. De retour à la portella, les indications de notre itinéraire sont cryptiques. Nous n’arriverons jamais à trouver le raccourci qu’il voulait nous faire prendre et suivons à la place le GRP, dans un paysage assez minéral et vers la coume d’Aniel. Ça nous rajoute une belle boucle en montée puis crête avant de resdescendre vers l’étang de Lanoset où nous mangeons. Puis re-montée vers la portella d’Orlu, qui nous permet de basculer sur l’autre versant de la montagne, dans une vallée très étroite au dénivelé impressionnant. Le brouillard décide malheureusement de faire son grand retour, et la descente entame bien nos forces. Nous campons proche de l’étang de la Couillade. Stram pousse jusqu’au refuge d’En Beys pour refaire de l’eau pendant que je monte le bivouac dans un creux entre deux collines qui nous abrite du vent.

La montée matinale
Vue depuis la crête
Petit plan d’eau
Névé et perspective depuis la coume d’Aniel

Randonnée dans la vallée d’Orlu : Jour 2/4

Deuxième jour bien gris lui aussi. En montant au dessus de Merens les Vals, on tombe sur une belle vallée très verdoyante, mais le ciel reste plombé. On quitte rapidement cette vallée un peu ouverte pour une vallée beaucoup plus étroite et beaucoup plus raide, qu’on grimpe sous la pluie. Arrivés en haut, on tombe sur un petit lac (l’Estagnas) entouré de rochers rouges qui serait sûrement très mignon si on avait une quelconque visibilité plutôt qu’un brouillard glaçant. On décide de continuer à grimper et de faire notre pause déjeuner un peu plus tard. Pendant la pause, le vent découvre par moment les montagnes d’en face, mais ça ne dure jamais bien longtemps. Nous recommençons à grimper, et arrivons à la Porteille des Bésines. La vallée devant nous est épargnée par le brouillard, et nous avons même le droit à quelques brefs rayons de soleil. Nous descendons en suivant le GR vers le refuge des Bésines où nous refaisons de l’eau et laissons nos sacs pour faire un aller retour à l’étang des Bésines. Au refuge, quelques randonneurs qui font la boucle en sens inverse raconte qu’à la coume d’Aniel où nous passerons le lendemain, ils ont eu le droit à de la grêle « à la limite du blizzard ». Les emplacement de bivouac du refuge sont pleins et nous apprécions la tranquillité, nous poussons malgré la fatigue de la journée un peu plus loin pour poser la tente, juste avant que la bruine ne revienne. Nous ne faisons pas long feu ce soir là.

Le début de la journée
Le Nabre
Vue en arrière sur la montée super raide
Une brève fenêtre de visibilité sur les sommets
Bis
L’étang des Bésines, vue 1
L’étang des Bésines, vue 2
La descente vers le refuge
Depuis notre point de bivouac

Randonnée dans la vallée d’Orlu : Jour 1/4

Randonnée dans la vallée d’Orlu avec Stram, sur quatre jours, en bivouac. On a eu globalement assez peu de chance sur la météo, avec du beau temps un peu franc uniquement le dernier jour.

Le premier jour, on a randonné à quatre : en plus de Stram et moi, Léa et Mathieu étaient présent·es. Iels ont déposé leur voiture à Merens-les-Vals, la destination de l’étape, puis on est parti à quatre dans la voiture vers notre point de départ, Orlu. Le début était joli, avec une forêt pleine d’anciens murs de pierre recouverts de mousse, puis une hêtraie moins anthropisée. Mais en montant un peu plus nous nous sommes retrouvé·es dans une zone de sylviculture assez laide, avec des arbres renversés dans tous les sens et une piste forestière défoncée. Puis encore plus haut nous sommes arrivé·es dans des alpages, mais aussi dans un brouillard bien épais. Nous sommes ensuite redescendu·es vers Orlu, accompagné·es par une bruine qui forcissait par moment.

A Orlu nous avons pris un chocolat chaud de réconfort dans le gîte d’étape. Mathieu et Léa sont repartis prendre leur voiture, et Stram et moi sommes remontés au dessus du village trouver un site de bivouac. On a trouvé un site parfait en bordure du chemin, et après avoir posé la tente, nous sommes redescendus un peu profiter de sources sulfureuses naturelles, ce qui a un peu sauvé notre première journée, en apportant un petit luxe inespéré à cette randonnée.

La hêtraie
La sylviculture
Les alpages dans la brume
Merens